L'adolescence, un âge immortel

Aspirine est une vampire qui a les traits d'une adolescente et se comporte avec tout le mal-être d'une adolescente dans le Paris d'aujourd'hui. Sauf qu'elle dévore littéralement toutes les personnes qu'elle déteste. Un ado adepte des jeux de rôle est de plus en plus fasciné pour elle jusqu'à devenir son serviteur.

Parution de la bande dessinée Aspirine de Joann Sfar

Les difficultés de l'enfance traitées dans Petit vampire, sont retransposées ici par le même Joann Sfar dans l'adolescence, autour de la figure du vampire. On est en terrain familier même si le public visé est distinct car les mots d'Aspirine, l'ado vampire, sont très crus. Le vampire est un être immortel, ce qui signifie pour le personnage un âge qui n'en finit plus de ne pas finir : imaginez être ado toute sa vie ! Cette période de transition n'en est donc pas une pour Aspirine, comme pour tout ado qui doit vivre son âge sans le nier dans sa quête du saint Graal que serait l'âge adulte. Aspirine n'a pour toute famille que sa sœur aînée comme substitut parental pour se rebeller et interroger les liens transgénérationnels qui la dépassent. Aspirine, avec tous ces excès de mal-être qui explosent dans un vampirisme gore, est une parfaite incarnation de la rage de vivre coûte que coûte en l'absence d'horizons immédiats à défendre, des Rebel without a cause, comme était intitulé fort justement dans la version originale La Fureur de vivre de Nicholas Ray. Une des théories de Joann Sfar est ici de faire de l'adolescence un âge en manque de canalisation d'énergie faute de responsabilités prédéfinies acceptées et assumées comme telles. Un roman graphique qui s'absorbe d'une traite de lecture, sans pause, pour saisir cet âge incertain qu'on dit adolescent.



couv-aspirine
Aspirine
de Joann Sfar

Nombre de pages : 140
Date de sortie (France) : 6 juin 2018
Éditeur : Rue de Sèvres
Collection : BD Ado - adultes


 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.