Billet de blog 8 avr. 2019

La Nouvelle Vague, un mouvement de droite ?

La Nouvelle Vague a marqué a jamais l'histoire du cinéma français jusqu'à nos jours et au-delà aussi de ce seul espace géographique. Et pourtant, qu'en est-il de ce « mythe cinématographique » comme l'aime à le présenter l'auteur de cet ouvrage ? Un compte rendu critique sans concession preuves à l'appui.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Parution du livre Nouvelle Vague, essai critique d'un mythe cinématographique de Yannick Rolandeau

Après avoir assassiné par leurs plumes les cinéastes français de leur époque, les critiques de cinéma sont devenus cinéastes de la Nouvelle Vague, comme s'il fallait faire un coup d'État dans la profession pour y trouver sa place. Yannick Rolandeau revient ici dans cet ouvrage sur les circonstances sociohistoriques et politiques précises de cette période en revenant notamment sur le contexte d'après-guerre du plan Marshall qui a failli par son libéralisme sans limites, noyer complètement, sous l'eau d'un torrent de films hollywoodiens, l'industrie du cinéma français. Celui-ci a été protégé à travers l'invocation du cinéma comme exception culturelle. C'est ce cinéma qui a été honni par les critiques de la nouvelle revue de cinéma des Cahiers, fervents admirateurs du cinéma made in US. Pour Yannick Rolandeau, la Nouvelle Vague est une révolte de droite contre une industrie du cinéma fortement syndicalisée de gauche. L'auteur démontre avec perspicacité, preuves à l'appui, que les classes sociales les plus modestes tout comme les problématiques sociales disparaissent complètement dans les films réalisés par les cinéastes de la Nouvelle Vague. Une fois au pouvoir, ce mouvement s'est perpétré par la suite avec de nouveaux cinéastes de la nouvelle génération qui s'en sont réclamé : la Post Nouvelle Vague. Et il est vrai que s'il y a bien révolution de la part de la Nouvelle Vague, c'est pour installer un nouveau pouvoir politiquement plus à droite qu'à gauche, même si les apparences l'ont placé à gauche une fois devenue célèbre notamment au cours des années 1970 et la mode aveugle du trotskysme et du maoïsme de la part d'individus devenus de nos jours naturellement de fervents sarkozystes et macronistes à l'instar de Romain Goupil. Avec un corpus de films et de cinéastes à son appui, Yannick Rolandeau réalise le procès d'une dictature artistique qui a caché son nom, après avoir employé la terrorisme de ses écrits incendiaires à l'égard de ses ennemis directs. L'analyse ici ne fait guère de concession dans l'idée d'évacuer le mythe au profit de la réalité des faits. Cela n'empêche pas des analyses générales excessives dans certains paragraphes. Quant à cet ouvrage, il a pour avantage de poser un nouveau regard sur un mouvement un peu trop consensuellement sorti de la sphère des critiques.

Nouvelle Vague, essai critique d'un mythe cinématographique
de Yannick Rolandeau

Nombre de pages : 340
Date de sortie (France) : 4 décembre 2018
Éditeur : L'Harmattan

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, et même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi
Journal — International
« Ils ne nous effaceront pas » : le combat des Afghanes
Être une femme en Afghanistan, c’est endurer une oppression systématique et brutale, encore plus depuis le retour au pouvoir des talibans qui, en un an, ont anéanti les droits des femmes et des fillettes. Quatre Afghanes racontent à Mediapart, face caméra, leur combat pour ne pas être effacées. Un documentaire inédit.
par Mortaza Behboudi et Rachida El Azzouzi
Journal
Un homme condamné pour violences conjugales en 2021 entre dans la police
Admis pour devenir gardien de la paix en 2019, condamné pour violences conjugales en 2021, un homme devrait, selon nos informations, prendre son premier poste de policier en septembre dans un service au contact potentiel de victimes, en contradiction avec les promesses de Gérald Darmanin. Son recrutement avait été révélé par StreetPress.
par Sophie Boutboul
Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Une déflagration mondiale (3/9)
La veuve de Céline disparue, délivré de mon secret, l’heure était venue de rendre publique l’existence du trésor et d’en informer les héritiers… qui m’accusèrent de recel.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat