Billet de blog 9 mai 2018

Les amours plurielles: une expérience de vie

Ce vendredi 11 mai, au cinéma Accattone à Paris, Françoise Simpère accompagne ce doux plaisir de cinéma polyforme qu'est le film «Lutine» d'Isabelle Broué dans lequel elle apparaît. Dans sa nouvelle édition d'«Aimer plusieurs hommes», Françoise Simpère a mis à jour ses réflexions sur les amours plurielles.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Parution du livre Aimer plusieurs hommes de Françoise Simpère

On passe sa vie à la chercher, flirtant dangereusement avec des modèles préétablis, aussi séduisants qu'un habitat préfabriqué, un repas en boîte de conserve... Et puis, il y a des personnes qui prennent leur plume pour écrire, leur caméra pour filmer une expérience de vie plus épanouie en dehors des sentiers mille fois rebattus d'insatisfaction. Un film peut amener à une lecture : ce fut le cas pour moi avec le très beau film d'Isabelle Broué Lutine qui permet, entre autres belles découvertes, de se laisser emporter par un nouveau rapport au monde à travers les mots de Françoise Simpère. Pour bien débuter cette nouvelle année 2018, les éditions Tabou ont choisi de rééditer Aimer plusieurs hommes revu et enrichi des retours des lecteurs des premières éditions. L'auteure part ici avant tout de son expérience biographique pour définir les amours plurielles comme une cocréation d'une relation de vie complète entre deux individus. Ce témoignage est d'autant plus précieux qu'en dehors de l'audacieuse initiative de la cinéaste Isabelle Broué d'en faire le sujet de sa comédie documentée servie avec un sens inné de la mise en scène, les médias passent complètement à côté d'un sujet de société capable de remettre en cause l'état explosif d'une société dont les individus sont soumis à des relations contraintes rarement consenties. Ce que pointe du doigt Françoise Simpère, c'est le projet liberticide de l'amour exclusif qui repose sur le contrôle de l'autre au détriment des valeurs démocratiques de relations harmonieuses sans hiérarchies. Sous la plume élégante de Françoise Simpère qui décrit des situations avec une rare limpidité où la conviction s'impose comme une évidence auprès du lecteur, la réflexion se développe dans la continuité socratique : le monde, les règles sociales ne vont pas de soi, il faut les éprouver autant que les penser pour en saisir tout le contenu. Le couple monogame devient l'un des éléments clé de toute idéologie sur laquelle repose une organisation coercitive. La première victime de l'institution du couple monogame à l'amour exclusif, c'est bien la femme. C'est pourquoi la réflexion sur les amours plurielles inclut une dimension politique féministe, libérant par la même occasion l'homme jusqu'alors enfermé dans son rôle de censeur oppresseur. C'est peu dire que ce livre est porté par l'amour, sincère, fidèle parce que sans exclusivité sexuelle : un ouvrage qui fait du bien à l'intellect comme aux émotions !


Pour une vie polyamoureuse épanouie
de Françoise Simpère

Nombre de pages : 176
Date de sortie (France) : 16 janvier 2018
Éditeur : Tabou

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Sarkozy-Kadhafi : des mises en examen dans l'opération Hannibal
Une partie de l’équipe impliquée dans la fausse rétractation de Ziad Takieddine a été mise en examen en juin pour « corruption d’agent public étranger », pour avoir tenté de faire libérer le fils de Mouammar Kadhafi, Hannibal, incarcéré au Liban. Noël Dubus, qui pilotait l’opération, a été écroué vendredi.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal — International
Guerre d’Algérie : la parole aux héritiers
Elles et ils sont petits-fils et petites-filles d’indépendantiste, d’appelé, de harki, de pieds-noirs, de juifs d’Algérie, de militant à l’OAS. 
par Rachida El Azzouzi et Khedidja Zerouali
Journal
Le niveau de diplôme des enfants d’immigrés progresse, malgré des inégalités persistantes
Selon l’enquête statistique « Trajectoires et origines 2 » réalisée conjointement par l’Ined et l’Insee et rendue publique ce mardi, un tiers de la population de moins de 60 ans a des origines immigrées sur trois générations en France. Les enfants d’immigrés sont aussi davantage diplômés que leurs parents mais les inégalités sociales perdurent.
par Faïza Zerouala
Journal
Paris rapatrie 16 mères ex-membres de l’État islamique et 35 mineurs détenus en Syrie
La France récupère 51 de ses ressortissants qui étaient détenus dans un camp du nord-est de la Syrie depuis la chute de Daech. Uniquement des femmes, anciennes membres du groupe terroriste et leurs enfants, dont sept orphelins.
par Céline Martelet, Hussam Hammoud et Noé Pignède

La sélection du Club

Billet de blog
RN-LREM : Après le flirt, bientôt un enfant ?
Rassemblement national et Marcheurs ! flirtent juste, pour l’instant. Mais bientôt, ils feront un enfant. Bientôt, le système y verra son issue de secours. Bientôt, se dessinera la fusion du projet « national-autoritaire » et « euro-libéral ». Comment y répondrons-nous ?
par Ruffin François
Billet de blog
Voilà comment Jupiter a foudroyé Jupiter !
Emmanuel Macron a sans doute retenu la leçon de Phèdre selon laquelle « Jupiter nous a chargé de deux besaces : l’une, remplie de nos fautes, qu’il a placée sur le dos ; l’autre contenant celles d’autrui, qu’il a pendue devant » : les siennes, il les a semées et les sème encore …
par paul report
Billet de blog
Macron triomphe au Palais Garnier
Depuis sa réélection à la présidence de la République, Emmanuel Macron est plongé dans une profonde mélancolie. La perte de majorité absolue à l’Assemblée nationale n’a rien arrangé. Au point qu’il est question d’un « homme en fuite ». Et s’il s’était réfugié, juste à côté, au Palais Garnier ?
par Paul Alliès
Billet de blog
par Fred Sochard