Billet de blog 14 juin 2018

Tony et Ridley Scott : deux frères, deux filmographies

Rares sont les frères réalisateurs qui ne sont pas nécessairement coréalisateurs : telle est la situation atypique de Tony et Ridley Scott, dont les filmographies contemporaines sont à la fois antithétiques et complémentaires.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Parution du livre Tony et Ridley Scott, frères d'armes de Marc Moquin

Singulière approche que celle qui consiste à faire parler la filmographie d'un cinéaste en la mettant en dialogue avec celle d'un autre. Arnaud Guigue dans son livre Truffaut & Godard (CNRS Éditions, 2018) avait proposé cet exercice avec une grande perspicacité d'analyses. Ici, il n'est pas question de frères ennemis mais bel et bien de cette base élémentaire de deux frères de sang dont l'héritage et la formation sont assez similaires mais qui vont prendre des voix opposées dans la manière de traiter leurs récits. D'un côté le résolument pessimiste Ridley Scott et l'optimiste acharné Tony Scott. Nés en Angleterre où ils ont passé leur enfance et cultiver leur sens esthétique de l'histoire de l'humanité, ils entrent à la fin des années 1970 et au début des années 1980 au sein de l'industrie hollywoodienne en lui offrant les films les plus emblématiques de cette période : Blade Runner, Alien, le huitième passager, Top Gun, etc. Marc Coquin fait le choix de parcourir les filmographies conjointes des frères réalisateurs pour y déceler les thèmes et logiques récurrentes dans un dialogue implicite entre Ridley et Tony. Le livre est ainsi centré sur l'analyse thématique et stylistique des films pour dévoiler le dialogue implicite qui se jouent entre eux. En revanche, on apprend très peu de choses sur les parcours respectifs des réalisateurs : il ne s'agit pas d'une double biographie.
Il est curieux qu'une personnalité comme Tom Cruise, révélé dans le Legend de Ridley Scott et consacré juste après dans Top Gun de Tony Scott, ne fasse pas l'objet d'une curiosité cinéphilique. Cependant, l'enjeu est cependant de taille et par là très honorable : remettre en avant les auteurs que sont les frères Scott, les succès de l'un profitant dès lors à l'autre, comme si les deux frères s'étaient épaulés tout en conservant une vraie indépendance l'un vis-à-vis de l'autre. Un cas atypique et très stimulant dans la réalisation de films qui méritait effectivement un essai comme sait très bien le faire les éditions Playlist Society ; après notamment le brillant livre consacré à Christopher Nolan où là aussi il était question d'une fratrie créatrice !

Tony et Ridley Scott, frères d'armes
de Marc Moquin

Nombre de pages : 160
Date de sortie (France) : 23 mai 2018
Éditeur : Playlist Society

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Lidl : les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
Conditions de travail : la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Politique
Zemmour : quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)

La sélection du Club

Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau