gérard jacquemin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Sterne © 

J'évoquais dans cet article du 15 avril  dernier, ma lecture de cette épopée "Shandienne" de Laurence Sterne "La vie et les opinions de Tristram Shandy". Mon premier billet n'avait évoqué que le premier tiers du livre car depuis, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts et les digressions du Sieur Tristram, narrateur atypique s'il en est  puisqu'il raconte sa propre naissance par le détail, émaillent sans discontinuer une chronique détaillée, discursive, touffue et souvent loufoque.
J'en suis arrivé au volume VI, après être passé par les longs palabres du père de Tristram avec son frère, l'oncle Tobie et son valet le Caporal l'astiqué. Ces deux derniers passant leurs loisirs à reconstituer grandeur nature le décor de la mémorable bataille de Namur à laquelle ils participèrent tous les deux. Les angoisses existentielles du père au sujet du prénom, de la forme du nez et de l'intelligence du rejeton à venir nous tiennent dans une semi-hilarité permanente.  Le récit est essentiellement centré sur les hommes. La mère de Tristram étant en train d'accoucher, elle n'a pas droit au chapitre et  les quelques domestiques qui traversent les salons sont parfois mêlés aux intrigues de couloir et aux sursauts du récit de l'accouchement. Il est vrai que l'histoire se déroule au XVIIIème siècle dans la bonne société anglaise, ceci expliquant cela. Néanmoins la modernité du récit tient au fait que sont évoqués toutes sortes d'avis et d'opinions sur la sexualité, la contraception, l'éducation, la mort, le plus souvent en termes retenus et parfois tellement sous entendus que les mots sont remplacés par des astérisques…à interpréter au bon désir du lecteur.
Sous ses aspects futiles, le récit n'en est pas moins étoffé de référence à Rabelais et à Locke entre autres, et de nombreux renvois aux notes de fin d'ouvrage éclairent sur les références de Monsieur Sterne et sur les turpitudes de la bonne société anglaises de l'époque.
Lorsque parvenu à la fin du volume V j'entamais le volume VI, telle ne fut pas ma surprise d'être à nouveau interpellé par l'auteur en ces termes:
"Nous n'aurons pas deux minutes d'arrêt mon bon monsieur- mais comme nous voici maintenant avec nos cinq volumes derrière nous (je vous en prie, Monsieur, asseyez vous sur cette pile- c'est mieux que pas de siège du tout) jetons tout de même un simple petit coup d'oeil en arrière sur le pays que nous avons traversé. Quelle contrée sauvage! et quelle chance nous avons eu de ne point nous y égarer ou de ne point nous y faire dévorer par les bêtes féroces!"
Il serait vain de vouloir résumer cet énorme foisonnement littéraire qui occupera vos insomnies beaucoup mieux que n'importe quel somnifère. Des mots inventés de toutes pièces dignes de l'Oulipo, des scènes d'une cocasserie sans limite comme celle où le jeune Tristram encore enfant se faisant langer par sa nounou, s'approche trop prêt d'une fenêtre à guillotine dont l'arrêt de zinc a été dérobé par le Caporal l'astiqué afin  de réaliser une pièce d'artillerie pour le fameux diorama grandeur nature, la dite fenêtre à guillotine se ferme brutalement sur le zizi de l'enfant et le circoncit tout de go.
Bref, c'est un réel plaisir de lire cette littérature ancienne, un peu ampoulée (mais on s'y fait très vite), totalement à contre courant des modes littéraires de notre époque. La lecture de ce pavé de plus de 900 pages pouvant très bien s'interrompre momentanément pour lire quelque roman express qui aurait attiré votre curiosité. Ce que je fis l'autre jour lorsque que je tombais par hasard sur "Pétronille" d'Amélie Nothomb qui pourrait être l'antithèse par excellence de "La vie et les opinions de Tristram Shandy", tant par sa futilité que par sa brièveté insipide.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Écologie
En Isère, dans les bottes de la police de l’eau
Dans le département de l’Isère, une vingtaine d’agents sont chargés de réaliser les contrôles pendant les périodes de sécheresse. Arme à la ceinture, mais en privilégiant la prévention à la verbalisation.
par Maïté Darnault et Mathieu Périsse (WeReport)
Journal — Écologie
Incendies en Gironde : « C’est loin d’être fini »
Dans le sud de la Gironde, le deuxième mégafeu de cet été caniculaire est fixé mais pas éteint. Habitants évacués, élus et pompiers, qui craignent une nouvelle réplique, pointent du doigt les pyromanes avant le dérèglement climatique, qui a pourtant transformé la forêt des Landes en « grille-pain ».
par Sarah Brethes
Journal — Amérique du Nord
La républicaine Liz Cheney battue à la primaire par une pro-Trump
La vice-présidente républicaine de la commission d’enquête sur les événements du 6 janvier 2021 paie son opposition à l’ancien président. Ce dernier a soutenu sa rivale, l’avocate Harriet Hageman, qui a remporté mardi la primaire dans le Wyoming.
par Alexis Buisson

La sélection du Club

Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart