Billet de blog 2 janv. 2022

"Steven Soderbergh, anatomie des fluides" de Pauline Guedj

Une plongée aussi fascinante qu’hallucinante dans le cinéma de Steven Soderbergh, le cinéaste le plus atypique et indépendant au cœur et en dehors du cinéma des studios hollywoodiens.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Parution du livre Steven Soderbergh, anatomie des fluides de Pauline Guedj

Après avoir consacré tout un ouvrage à Louis Malle, Pauline Guedj poursuit ses analyses ambitieuses autour d’un autre cinéaste singulier dont chaque film qui semblerait contredire le précédent, alimente en fait une logique complexe d’une grande fluidité. En trois grands temps, Pauline Guedj s’intéresse à l’ensemble de la filmographie de Steven Soderbergh, sans en oublier aucun ou presque, autour de la thématique du temps, du corps et de la perception de la globalisation du monde contemporain qui innerve ses films et ses séries.

Pour Pauline Guedj, inutile de suivre un récit chronologique, même si elle rappelle l’évolution que Soderbergh a dû défier après l’énorme poids imposé dès le début de son travail professionnel de cinéaste avec sa palme d’or pour son premier long métrage Sexe, mensonge et vidéo (Sex, Lies, and Videotape, 1989) alors qu’il n’avait que 27 ans. En effet, la renaissance de Steven Soderbergh qui lui a permis de gagner la liberté dont il continue à jouir actuellement, se produit avec le succès public et critique du film Hors d’atteinte (Out of Sight, 1998). Dès lors, il peut développer tout son univers cinématographique en explorant de nouvelles technologies et des mises en scènes n’excluant jamais l’expérimental en alternant blockbuster avec stars à l’affiche et petites productions avec des acteurs non professionnels.

Pauline Guedj use particulièrement dans un premier temps des réflexions de Gilles Deleuze pour appréhender l’univers diégétique de Steven Soderbergh dans un désir profond de faire surgir un film portrait du cinéaste à partir de l’affirmation faussement hétérogène de ses productions.

En qualité de producteur, scénariste parfois mais souvent réalisateur-monteur et chef opérateur sur les mêmes films, Soderbergh a réussi à développer et mettre en usage un contrôle d’une grande force sur ses films qui en font toute leur singularité. Pauline Guedj par son livre en offre une singulière et passionnante exploration.

Steven Soderbergh, anatomie des fluides
de Pauline Guedj

Format : 14 x 18,3 cm
Nombre de pages : 160
Date de sortie (France) : 16 novembre 2021
Éditeur : Playlist Society
Collection : cinéma/essai

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre