Billet de blog 2 janv. 2022

"Une histoire du cinéma français 1950-1959" de Philippe Pallin et Denis Zorgniotti

Avec ce troisième tome, Philippe Pallin et Denis Zorgniotti poursuivent leur ambitieuse encyclopédie de l’histoire du cinéma français, de l’apparition du parlant à nos jours, en se focalisant sur une décennie honnie par la Nouvelle Vague et d’autant plus fascinante à découvrir une fois évacués les préjugés.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Parution du livre Une histoire du cinéma français 1950-1959 de Philippe Pallin et Denis Zorgniotti

Si le terme n’est pas prononcé par les auteurs, c’est bien l’ambition encyclopédique qui est à nouveau mobilisée pour redécouvrir sous le jour de nouvelles informations éparses, l’histoire du cinéma français, une décennie après l’autre. Ici, c’est certainement la période la moins aimée officiellement de cette histoire car la nouvelle génération de cinéastes des années 1960 s’est affirmée en déversant sa haine à l’égard de ses prédécesseurs.

Méconnue, cette décennie a été réduite à n’être qu’une transition entre ce qui fut considéré comme un âge d’or de l’industrie du cinéma français en l’absence de concurrence immédiate dans la première partie des années 1940 et la prise de pouvoir par les cinéastes de la Nouvelle Vague dans les années 1960. Or, toute nouvelle génération ne naît pas spontanément et même si ces cinéastes ont été chercher à l’étranger leurs figures tutélaires, le cinéma des années 1950 a bel et bien entretenu un savoir-faire qui fut par la suite mis à la disposition des nouveaux venus.

Dans ce nouvel opus, Philippe Pallin et Denis Zorgniotti reprennent méthodiquement leurs analyses consacrées à chaque année avec les films largement analysés qui ont marqué celle-ci, ainsi que l’acteur, l’actrice et le metteur en scène (pas de réalisatrice encore relevée pour cette période), sans oublier un sujet thématique qui traverse toute la décennie et les dépasse tout en la singularisant, qu’il s’agisse de l’apparition de la couleur, du lien entre peinture et cinéma, Zola et le cinéma, le genre « cape et épée » typiquement français, le film noir, etc.

Même si les auteurs avouent que cette décennie du « cinéma de papa » selon les mots volontairement dépréciatifs de Truffaut, est marquée par un très faible renouvellement de ceux qui font du cinéma, devant et derrière la caméra, avec une très large minorité de premiers films comme l’émergence de nouveaux.elles acteur.rice.s., c’est à cette époque que va progressivement s’imposer le cinéma documentaire sous le format de long métrage ambitieux en France. De même, les années 1950 ont vu à la fois la consécration de deux genres de films où les codes ont alors été définis : le film noir avec Touchez pas au grisbi (Jacques Becker, 1954) et le film de capes et d’épées avec Fanfan la Tulipe (Christian-Jaque, 1952). De nouveaux cinéastes ont commencé à faire bouger des lignes même s’ils n’ont pas été reconnus officiellement par ladite Nouvelle Vague qu’il s’agisse de Louis Malle, Agnès Varda ou Alain Resnais, alors que d’autres ont été adoubés à l’instar de Jean-Pierre Melville, Jean Rouch, etc.

Quels que soient les films et leur appréciation, les auteurs de ce passionnant ouvrage rappelle qu’ils sont aussi le reflet d’une époque qui permettent a posteriori d’en saisir encore à l’heure actuelle toute la singularité. Ce tome est à nouveau une mine prodigieuse pour saisir tous les enjeux d’un art cinématographique en perpétuel régénération.

Une histoire du cinéma français 1950-1959
de Philippe Pallin et Denis Zorgniotti, avec la collaboration d’Ulysse Lledo et Daniel Patte
Préface de Patrick Brion

Dimensions : 170 × 240 cm
Nombre de pages : 500
Date de sortie (France) : 12 novembre 2021
Éditeur : LettMotif

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française