Billet de blog 2 mars 2021

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

"Rytmann, l'aventure d'un exploitant de cinémas à Montparnasse" de Huyghe et Chapuy

Histoire d’un entrepreneur nommé Rytmann qui fut le propriétaire et l’exploitant de cinq salles dans le quartier Montparnasse à Paris : le Mistral, le Miramar, le Bretagne, les Montparnos et le Bienvenüe.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Parution du livre Rytmann, l'aventure d'un exploitant de cinémas à Montparnasse d’Axel Huyghe et Arnaud Chapuy

Cinéma Beverley, le dernier porno à Paris de Claude Forest (textes) et Arnaud Chapuy (photographies) initiait la nouvelle collection aux éditions L’Harmattan dédiée à l’histoire des salles de cinéma. Après le mythique cinéma d’exploitation pornographique, ce nouvel ouvrage met en avant un homme qui eut entre les mains l’activité culturelle cinématographique du quartier de Montparnasse à Paris. Son histoire suit les soubresauts de la France avec notamment la dépossession de la gestion de ses deux salles de cinéma apparues dans les années 1930, lors de la Seconde Guerre mondiale où le régime vichyste a dépossédé les entrepreneurs juifs de leurs biens. Au sortir de la guerre, avec un quartier en pleine ébullition et transformation architecturale avec la construction d’une nouvelle gare, d’une immense tour et d’un immense centre commercial, Joseph Rytmann déploie son emprise culturelle avec de nouvelles salles fonctionnant sur la diffusion en exclusivité parisienne de longs métrages. La programmation repose sur de larges succès populaires, sans engagement spécifique à l’égard du cinéma d’art et d’essai alors naissant. Ce qui n’empêche pas non plus de la part de ces salles d’avoir des goûts affirmés qui ont permis de programmer presque intégralement les films de Claude Lelouch comme celui-ci le rappelle en hommage dédié à Joseph Rytmann dans la préface écrite pour cet ouvrage.

Cet ouvrage trace dans un premier temps les grandes lignes de l’histoire de l’exploitation des salles de cinéma par Joseph Rytmann au rythme de la création de celles-ci, la succession à sa fille Benjamine au début des années 1980, puis la vente desdites salles aux grands groupes Pathé, Gaumont, UGC. Une grande place est donnée aux archives photographiques avec deux tiers de l’ouvrage présentant les photos d’Arnaud Chapuy prises il y a quelques années. Face à ces images, il en découle une nostalgie redoublée par la fermeture des salles de cinéma par décision gouvernementale depuis la fin du mois d’octobre 2020.

Rytmann, l'aventure d'un exploitant de cinémas à Montparnasse
d’Axel Huyghe (textes) et Arnaud Chapuy (photographies)

Nombre de pages : 128
Date de sortie (France) : 9 février 2021
Éditeur : L'Harmattan
Collection : Salles de Cinéma

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
« CNR santé » : la désertification médicale fait dérailler le grand raout institutionnel
Difficile de bien qualifier le Conseil national de la refondation, dans sa version santé, lancé dans la Sarthe. Devant 500 personnes, le ministre de la santé a appelé les « territoires » à trouver leurs « propres solutions ». Des habitants sans médecin traitant ont tenté de rappeler à l’État ses obligations.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Santé
En ville, à la mer et à la montagne : là où se trouvent les oasis médicales
Cause sans cesse perdue, la lutte contre les déserts médicaux masque une autre réalité : les médecins libéraux s’installent toujours plus nombreux comme spécialistes dans quelques zones privilégiées. Ils sont aussi toujours plus nombreux à pratiquer des dépassements d’honoraires.
par Caroline Coq-Chodorge et Donatien Huet
Journal
Guerre en Ukraine : des Français collaborent avec la « justice » de Poutine
Depuis le lancement de l’invasion de l’Ukraine, plusieurs militants français d’extrême droite fabriquent des preuves de crimes de guerre ukrainiens pour un faux tribunal russe.
par Elie Guckert
Journal — Moyen-Orient
« Les foules iraniennes exigent de séparer le gouvernement de la religion »
Pour le philosophe Anoush Ganjipour, les manifestations en Iran exigent que le pouvoir des mollahs abandonne sa mainmise sur l’espace public. Une telle revendication d’une sécularisation, moderne, procède des injustices commises par la République islamique.
par Antoine Perraud

La sélection du Club

Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Artistes, écrivains et journalistes iraniens arrêtés
Une traduction de la chanson « Barayé » (Pour...) du chanteur Shervin Hajipour, arrêté le 29 septembre.
par Mathilde Weibel
Billet de blog
Appelons un chat un chat !
La révolte qui secoue l'Iran est multi-facettes et englobante. Bourrée de jeunesse et multiethnique, féminine et féministe, libertaire et anti-cléricale. En un mot moderne ! Alors évitons de la réduire à l'une de ces facettes. Soyons aux côtés des iranien.nes. Participons à la marche solidaire, dimanche 2 octobre à 15h - Place de la République.
par moineau persan
Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost