Billet de blog 3 juil. 2019

Le zombie, témoin de la conquête du capitalisme

Quelle carte des relations humaines contemporaines dressent les films de zombies ? C'est la problématique inédite que propose d'interroger dans son essai Manouk Borzakian aux éditions Playlist Society.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Parution du livre Géographie zombie, les ruines du capitalisme de Manouk Borzakian

Sous la forme libre de l'essai, les films et séries télévisées de zombies qui ont connu depuis ces dernières décennies une nouvelle ampleur et un regain d'intérêt sans commune mesure, sont analysés avec perspicacité par le géographe Manouk Berzakian, également fondateur du blog « Géographie et cinéma ». Si la figure du zombie intéresse toujours plus de réalisateurs, de producteurs, de même que le public, c'est qu'elle constitue une parfaite illustration des dynamiques propres à notre monde moderne à travers ses processus de déshumanisation qu'entraîne cette bête immonde qui se nourrit de la cervelle de ses victimes : le capitalisme. Manouk Borzakian repose ses analyses sur la figure du zombie dans l'histoire du cinéma à travers un corpus de films loin d'être exhaustif. En effet, les plus analysés sont comme de bien entendu ceux du père tutélaire du zombie, à savoir Georges A. Romero, ainsi que le diptyque 28 jours plus tard (2002, Danny Boyle) et 28 semaines plus tard (2007, Juan Carlos Fresnadillo), World War Z (2013, Marc Forster) et les séries The Walking Dead et Z Nation. L'étude est surtout pour l'essentiel limitée à ces films récurrents, au détriment des productions audiovisuelles issues d'autres géographies du cinéma, notamment d'Amérique latine et plus particulièrement des Caraïbes où les cultes du vaudou constituent pourtant la matrice originelle du zombie moderne. Il aurait été intéressant pour élargir cette géographie de pouvoir bénéficier du regard de l'auteur sur le film cubain Juan de los Muertos (2012) d'Alejandro Brugués. Mais sous la contrainte de 128 pages, difficile d'avoir un corpus élargi de cette filmographie thématique.
L'auteur s'attache à son sujet à la fois avec le sérieux universitaire des analyses et avec la passion non dissimulée du cinéphile averti. Il vient ainsi rappeler qu'il n'y a rien d'anodin dans la création des figures fantastiques, d'autant plus lorsque celles-ci interagissent si vivement avec leur public. Chaque époque est caractérisée par ses propres croquemitaines et le zombie est un être qui occupe un espace pour interroger le sens de l'humanité de celui-ci. Car le zombie interroge la frontière et invoque comme scénario social, le repli sécuritaire sur soi ou l'ouverture vers de nouveaux horizons où prend place l'altérité affirmée comme telle. Le zombie est donc l'interrogation du lien social à l'heure où celui-ci est appréhendé comme une source potentielle d'une contagion. Un brillant essai qui ouvre de multiples portes sur de nouveaux mondes de réflexion.

Géographie zombie, les ruines du capitalisme
de Manouk Borzakian

Nombre de pages : 128
Date de sortie (France) : 14 mai 2019
Éditeur : Playlist Society
Collection : essai / cinéma

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Violences conjugales : Jérôme Peyrat finalement contraint de retirer sa candidature
L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, condamné pour violences conjugales, renonce à la campagne des législatives. La défense catastrophique du patron de LREM, Stanislas Guerini, a accéléré les choses. Et mis fin à la gêne qui montait au sein du parti présidentiel, où personne ne comprenait cette « décision venue d’en haut ».
par Ellen Salvi
Journal
Affaire Jérôme Peyrat : « Le problème, c’est qu’ils s’en foutent »
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA