Billet de blog 3 déc. 2021

Docteur Louis Destouches et Mr Céline.

Lecture de Semmelweis, L'Imaginaire, Gallimard.

Rabourgris
Retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La révélation par Jean-Pierre Thibaudat de l’existence de manuscrits cachés de Céline m’a amené à relire Le Voyage et Mort à Crédit. Personnellement cela m’a montré que je ne suis plus tout à fait le même qu’à vingt ans ni tout à fait un autre. J’avais oublié beaucoup de péripéties de cette excursion littéraire, l’air de la chanson m’était bien resté en tête, mais pas seulement, la langue et l’esprit antimilitariste aussi. Par contre jeune mâle écervelé j’avais gommé tous les passages sur les avortements.

Sachant, comme le dit si bien un certain Destouches, que « demain ce ne sera plus rien, demain l’audace bruyante, vite épuisée, ne sera plus d’aucun prix », je ne suis jamais allé plus loin, et je pense que j’ai bien fait, dans la production célinienne. Peut-on parler d’oeuvre célinienne tant sont devenus abjects l’auteur et sa prose ?

Par la grâce donc de Thibaudat je me suis ré-intéressé à Louis-Ferdinand et j’ai lu Semmelweis, édition Gallimard, collection L’Imaginaire, qui en attribue la paternité à Céline alors qu’il s’agit d’une thèse de médecine, datant de 1924, signée, et cela figure dans le l’édition d’août 2021 que je possède, par Louis Destouches. Usurpation d’identité !

Je l’ai dit plus haut, à la façon de Verlaine, je ne suis plus le même ni tout à fait un autre et Louis Destouches lui aussi s’est mué en Louis-Ferdinand Céline, puis la postérité en a fait Céline tout court, outrage ultime fait à la mère de sa mère dont c’était le prénom.

Je pense que Céline la grand-mère, Marguerite la mère, toutes les parturientes martyrisées, toutes les femmes lui sont reconnaissantes d’avoir honoré le médecin hongrois trop tard écouté.

Voici à nouveau texte que j’ai publié hier que j’ai donc improprement attribué à Céline qui conclut l’édition « contractée » de la thèse de Destouches sous le titre « Les derniers jours de Semmelweis » :

"Temps farouches du passé, temps guerriers, temps fragiles au fond comme tout ce qui est masculin. Aussi longtemps que la force physique permit tous les exploits, tant que le muscle fut l’instrument même de la puissance, la virilité resta la base de nos sociétés mais, aujourd’hui, la force physique c’est peu de chose. Demain ce ne sera plus rien, demain l’audace bruyante, vite épuisée, ne sera plus d’aucun prix, il faudra pour être vraiment fort respecter la vie, et c’est, en réalité, le propre des médecins et surtout la qualité majeure des femmes qui anticipent dans le monde actuel les destinées de l’avenir. Le génie mâle, en vérité, a réalisé d’admirables constructions logiques et mécaniques, mais n’a-t-il pas détruit dans le domaine de l’idéal et ne menace-t-il pas de détruire aussi son propre royaume de matière ? C’est une triste infirmité de sa verve féroce, de son génie impur qui ne peut se passer de conquêtes bruyantes, de panache et de feu. Regardez autour de nous, aujourd’hui, sur tous les points du globe, l’idole mâle est au dessous de sa tâche. Il s’implore lui même et ne peut plus...Il a trop détruit. On commence à ne plus croire à son ingéniosité, il se prend à douter de lui-même. A force de secouer ses plumes, de les trouver admirables, il s’était cru tout permis ; demain il sera ridicule.

Alors les femmes, patientes, plus subtiles, moins logiques, plus mystiques, en somme plus vivantes, sortiront du silence et nous conduiront à leur tour avec plus de bonheur, peut-être, sur un autre chemin. Nous les suivrons, rétifs seulement pour la forme, dociles, au fond, car nous savons bien que nous n’avons plus rien à dire et que notre système d’hostilité est sans issue."

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Politique
À l’approche de « l’élection reine », le vote bousculé
Au fil des scrutins, il semble de plus en plus difficile d’y voir clair dans les comportements électoraux. Deux ouvrages s’attaquent au problème sur des bases simples : comprendre et réhabiliter les absents des urnes et ajouter la loupe des histoires individuelles.
par Mathilde Goanec
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette