Billet de blog 7 déc. 2020

" Le Cinéma ouest-africain francophone" un livre de Mame Rokhaya Ndoye

Qu’est devenu le cinéma des pays francophone de l’Afrique de l’Ouest ? Quelle est la réalité contemporaine de cette production nationale ? Dans le cadre de recherches universitaires, Mame Rokhaya Ndoye, docteure en sociologie, a étudié plus particulièrement la spécificité des cinémas sénégalais et burkinabés pour en analyser les forces et les contraintes.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Au sujet du livre Le Cinéma ouest-africain francophone de Mame Rokhaya Ndoye

Vu de France, le cinéma d’Afrique noire s’est fait de plus en plus rare sur les écrans de cinémas, en sorties officielles comme dans les festivals. « Et pourtant, ils tournent ! » comme l’affirme avec un élan d’espoir le sous-titre du livre proposé par Mame Rokhaya Ndoye. « Ils » ce sont les cinéastes qui sont à la fois réalisateurs, producteurs, scénaristes et parfois même les diffuseurs de leurs propres films. La situation semble à la fois atypique et révélatrice de l’esprit inventif et de survie dans des pays où l’industrie du cinéma est structurellement inexistante. Mame Rokhaya Ndoye, docteure en sociologie, spécialisées en socio-anthropologie des arts et de la culture et en sociologie visuelle et filmique, membre du Centre de Recherche ISA (Imaginaire & socio-anthropologie) de l’Université de Grenoble, a centré ses recherches, pour parler du cinéma ouest-africain francophone exclusivement sur deux pays : le Sénégal et le Burkina-Faso. Cela ne signifie pas que les autres pays de cette aire géographique sont inexistants mais que les informations répertoriées sont issues de ces deux pays qui sont également à la pointe, malgré leurs difficultés, de la production du cinéma d’Afrique de l’Ouest. Le Burkina-Faso témoigne en effet d’une cinéphilie enracinée parmi son public et d’un festival à la fois panafricain et international, le FESPACO, qui donne une aura hors du commun à ce pays. Quant au Sénégal, la production de films documentaires se développent toujours plus alors que la fiction est bien plus présente dans la production burkinabé.
Cet ouvrage analyse avec perspicacité et à renfort de nombreux témoignages des professionnels locaux de cinéma concernés par les enjeux actuels, les contraintes et dynamiques propres à ces deux pays. Il en ressort des stratégies individuelles de réalisateurs d’une nouvelle génération apparue au début des années 2000 avec l’apparition du numérique baissant les coûts de production mais aussi avec le défi à relever face à la diminution drastique des financements des pays européens. Le cadre juridique propre à la politique de chaque pays en matière de soutien de son propre patrimoine culturel est mis en valeur avec les difficultés inhérentes à un fonctionnement qui n’est pas encore transparent et démocratisé. Les réalisateurs sénégalais et burkinabés doivent en permanence développer de nouvelles stratégies pour réaliser leurs projets avec une force de conviction sans égal, tout en développant un réseau essentiel à toutes les étapes de la réalisation de leurs films, que ceux-ci soient destinés à un public institutionnel, télévisuel, local, festivalier, européen ou international.

Le Cinéma ouest-africain francophone. Et pourtant, ils tournent !
de Mame Rokhaya Ndoye

Nombre de pages : 204
Date de sortie (France) : 19 août 2019
Éditeur : L’Harmattan
Collection : Logiques Sociales

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND