Billet de blog 12 août 2020

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Sophocle, père du film noir

Durant les années 1940 aux États-Unis est apparue une nouvelle forme de cinéma appelée en France quelques années plus tard « film noir », répondant à un déterminisme tragique de la destinée humaine que l’auteur de cet ouvrage propose de relier notamment à la tragédie grecque antique.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Parution du livre Aliénation et déterminisme dans le film noir classique (1944-1949) de Toufic El-Khoury

Si chaque film est le produit de son époque, comme l’explique très bien Marc Ferro, le film noir américain est étroitement lié au contexte et aux conséquences extrêmement tragiques de la Seconde Guerre mondiale. Avec le film noir, on passe ainsi d’un cinéma américain qui se référait essentiellement au mélodrame issu de la littérature européenne du XIXe siècle, à un sens tragique du devenir de l’humanité qui puise ses sources dans la tragédie antique grecque, ses prolongements dans le théâtre de Shakespeare et sa contemporanéité dans la philosophie existentialiste de Sartre. Ainsi, l’auteur de cet ouvrage, Toufic El-Khoury qui avait précédemment écrit une histoire de La Comédie hollywoodienne classique (1929-1945), poursuit sa démarche rétrospective et analytique pour comprendre les mouvements philosophiques qui innervent la production cinématographique hollywoodienne. Ses propositions associant la tragédie grecque au film noir conduisent à voir dans l’anti-héros désabusé des polars américains un nouvel Œdipe en quête d’une révélation monstrueuse de son humanité. Les analyses proposées ici sont développées notamment autour de la dissection minutieuse de quelques films-clés des choix de mise en scène et des scénarios de cinq films emblématiques du genre : La Dame de Shanghai (The Lady of Shanghai, Billy Wilder, 1947), Assurance sur la mort (Double Indemnity, Billy Wilder, 1944), The Killers (Robert Siodmak, 1946), Out of the Past (Jacques Tourneur, 1947) et Criss Cross (Robert Siodmak, 1949). Ces 5 films constituent le corpus sur lequel l’auteur va pouvoir analyser en profondeur l’essence d’un genre résolument moderne dans sa vision sombre, quasi apocalyptique de l’humanité. Les propositions sont particulièrement pertinentes pour comprendre l’apparition d’une nouvelle expression cinématographique dans un contexte humain donné et dans des origines culturelles trouvant effectivement ses racines dans la naissance de la tragédie en Grèce notamment autour d’Œdipe de Sophocle. Avec la modestie propre aux ambitions du spectacle cinématographique d’un cinéma aux budgets réduits par rapport aux grands spectacles des productions flamboyantes d’avant-guerre, le film noir exprime implicitement une vision philosophique de l’humanité traduite de l’autre côté de l’Atlantique au même moment sous la plume de Jean-Paul Sartre. Cette concordance des temps offre ainsi une perspective plus globale pour comprendre le contexte d’une production cinématographique et sa singularité dans l’héritage qui laisse dans les réalisations ultérieures qui voient une réinvention du film noir aux USA comme dans d’autres pays.

Aliénation et déterminisme dans le film noir classique (1944-1949)
de Toufic El-Khoury

Nombre de pages : 224
Date de sortie (France) : 25 juin 2020
Éditeur : L’Harmattan
Collection : Champs visuels

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte