"Pour une couleur de peau" une BD d'après une histoire d'Edimo

Au moment où Chantal accouche, son compagnon et futur père de leur enfant est absent. Alors qu’autour d’elles, l’enfant est rejeté en tant qu’albinos en raison de diverses superstitions, Chantal va se battre pour offrir les meilleures opportunités à sa fille Agnès.

Parution du roman graphique Pour une couleur de peau d’Edimo

Cette histoire qui se déroule en partie à Yaoundé mais aussi en milieu rural au Cameroun, dénonce l’intolérance subie « pour une couleur de peau » lorsque l’on naît albinos. Il y a tout d’abord la déchirante désillusion pour une jeune mère de se voir abandonnée par son compagnon dès son accouchement. Elle subit ensuite diverses vexations associées à des superstitions et fantasmes divers à l’égard des personnes albinos. Mais Chantal est une véritable mère courage qui réussira à élever ses enfants comme elle l’entend, grâce à la solidarité également de personnes bienveillantes à ses côtés. Cette histoire se suit de la naissance d’Agnès à son arrivée triomphale à l’âge adulte en trois chapitres successifs donnant une importance à trois personnages : la mère, la fille et le père qui les a abandonnés. Le récit est élémentaire dans sa démonstration et ne se démarque pas par son originalité mais comporte une partie documentaire bien nourrie pour s’approcher de la réalité camerounaise, qu’il s’agisse de l’intolérance catastrophique à l’égard d’une différence de couleur de peau, comme de la difficulté à trouver à s’intégrer dans la société. D’ailleurs, les personnages principaux devront quitter la capitale pour trouver de nouvelles opportunités et une plus grande ouverture d’esprit fondée sur la bienveillance et l’hospitalité en milieu rural.

 

 

pour-une-couleur-de-peau
Pour une couleur de peau
Scénario d’Edimo - Dessins de Martini Ngola, Joseph Danny Nyembi et Nathanael Ejob

Nombre de pages : 74
Date de sortie (France) : 20 août 2019
Éditeur : L’Harmattan
Collection : L’Harmattan BD

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.