Billet de blog 15 août 2022

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

"Ces écrans qui absorbent nos enfants" de Catherine L'Ecuyer

Quel est l'état de la science dans les conséquences des excès d'écrans numériques subis par les enfants dans leur rapport au monde environnant ? Catherine L'Ecuyer y répond dans son livre qui tire une nécessaire sonnette d'alarme face à l'aveuglement à l'égard de la fascination des espaces virtuels.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Parution du livre Ces écrans qui absorbent nos enfants de Catherine L'Ecuyer

Après le succès mondial de son livre Cultiver l'émerveillement, la docteur en sciences de l'éducation et psychologie Catherine L'Ecuyer poursuit ses analyses en alertant sur un danger qui prend de par le monde une ampleur toujours plus néfaste : les enfants abandonnés dans leur processus d'apprentissage de la vie devant des écrans dès leur plus jeune âge.

Avec de nombreuses données statistiques et des résultats de recherches, Catherine L'Ecuyer témoigne de la place prépondérante du numérique auprès des enfants et les conséquences qui ne tardent pas à se manifester chez eux jusque dans leur âge adulte. Elle commence pour cela à dénoncer ce qu'elle appelle les « neuromythes » ou comment les entreprises de marketing s'efforcent de démontrer que les technologies numériques des écrans et d'Internet améliorent l'apprentissage des enfants dès leur plus jeune âge alors que les résultats scientifiques sont à l'inverse de ce que les parents pouvaient escompter. En effet, les écrans sont une stimulation extérieure sans empathie ni émotion partagée charnellement par un pair, qui génère certes de la fascination, à l'image d'un cerf pris par les lumières d'un véhicule en pleine nuit sur une route avant de se faire percuter. L'esprit de curiosité est à chercher davantage dans une stimulation intérieure à l'individu, accompagné par l'amour et l'attention de ses proches dans son apprentissage progressif d'appréhension du monde.

La stimulation des cinq sens est également incontournable pour comprendre le monde et enraciner ses connaissances, à l'instar de l'accompagnement émotionnel des proches d'un enfant pour grandir en confiance avec une base d'amour essentielle pour se confronter aux difficultés de la vie. Pour tout cela, les écrans se retrouvent déficients et continuent malheureusement à véhiculer le fantasme d'une omniscience comme d'une omniprésence sur les différents terrains de la connaissance, qui ferait notamment d'Internet et de ses interfaces des outils inévitables d'une transhumanité poussée à marche forcée.

Ces écrans qui absorbent nos enfants de Catherine L'Ecuyer constitue une lecture simple et accessible pour reprendre un recul sain sur l'arrivée massive des nouvelles technologies de la communication et repenser avec l'appui des dernières analyses scientifiques indépendantes la compréhension de l'éducation des enfants.

Ces écrans qui absorbent nos enfants. Plaidoyer pour un retour à la réalité
de Catherine L'Ecuyer

Nombre de pages : 202
Format : 15 x 22,5
Date de sortie (France) : 11 février 2021
Éditeur : Éditions Eyrolles

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Défense
Défense française : le débat confisqué
Le ministre des armées répète que les questions militaires sont l’affaire de tous. En France, en 2022, tout le monde n’est pourtant pas invité à en débattre.
par Justine Brabant

La sélection du Club

Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES