Billet de blog 20 mai 2022

Entretien avec Marcello Quintanilha, pour son roman graphique "Écoute, jolie Márcia"

Dans une favela de Rio de Janeiro, Márcia, infirmière très impliquée dans un hôpital, se démène aux côtés de son compagnon pour éviter le pire à sa fille Jaqueline qui entretient de dangereuses fréquentations avec la pègre locale.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Marcello Quintanilha a reçu en mars 2022 lors de l'édition du Festival International de la bande dessinée d'Angoulême le Fauve d'Or pour "Écoute, jolie Márcia dont il est l'auteur et l'illustrateur.

Cédric Lépine : Pouvez-vous parler de la manière dont vous avez construit votre histoire ?

Marcello Quintanilha : J'ai construit le récit autour de deux thèmes principaux : le fait que l'art puisse changer des vies et l'histoire d'une mère qui prend une décision extrême pour sauver sa fille. L'influence que peut avoir l'art est mise en exergue par le lien du personnage de la mère avec une ancienne chanson brésilienne, enregistrée pour la première fois en 1823. Cette chanson permet au personnage d'être en contact avec elle-même de manière très profonde. Ce contact avec sa propre humanité est probablement la raison pour laquelle elle est capable de prendre cette décision difficile.

Marcello Quintanilha et son Fauve d'Or 2022 © Antoine Guibert pour FIBD:9eArt+

C. L. : Pourquoi avoir choisi le personnage d'une mère infirmière dans sa relation avec sa fille pour porter votre histoire ?

M. Q. : Je ne fais jamais de choix. Ce sont mes personnages qui font leurs propres choix. L'amour d'une mère est généralement quelque chose de plus fort que la vie elle-même et j'ai toujours été tenté d'explorer ce genre de sentiment. Une infirmière côtoie la vie et la mort au quotidien, ce qui lui donne un sens aigu de la finitude et de l'importance de résoudre les problèmes tant que c'est encore possible.

C. L. : Cette édition s'adressant aux lecteurs étrangers, de quelle manière souhaitez-vous partager une réalité du Brésil d'aujourd'hui ?

M. Q. : Je crois vraiment qu'il n'est pas nécessaire que quiconque soit familier avec un endroit spécifique pour s'identifier aux sentiments et aux préoccupations partagés par tous. Je ne travaille jamais à partir de stéréotypes, et je n'ai pas peur de montrer la réalité de la manière la plus honnête possible.

C. L. : Quelles sont vos sources d'inspiration dans votre écriture et vos dessins ?

M. Q. : Ce sont les mêmes depuis très, très longtemps... La littérature brésilienne, le néoréalisme italien, le cinéma social des années 1960. Certaines de mes histoires ont été construites pour tenter de recréer l'atmosphère de certains de ces films. Par ailleurs, le photojournalisme a toujours été présent ainsi que la musique populaire brésilienne, et je travaille souvent à traduire sa tension rythmique en lignes graphiques. Dostoïevski et Beckett ont également eu une influence très profonde pour la construction d'Écoute, jolie Márcia.

C. L. : Qu'est-ce qui a changé dans l'histoire que vous racontez dans les favelas depuis l'arrivée au pouvoir présidentiel de Bolsonaro ?

M. Q. : Un gouvernement comme celui de l'actuel président aggrave dangereusement les maux sociaux qui se sont renforcés au Brésil au fil des décennies, notamment en raison d'une incapacité - ou d'un désintérêt - des pouvoirs publics à répondre de manière adéquate aux aspirations de la population.

C. L. : En dernière partie de votre récit, vous évoquez en prison l'émergence des mouvements évangélistes qui diabolisent les pratiques religieuses syncrétiques afro-brésiliennes : peut-on y voir, en plus du développement de la criminalité et de la corruption des forces de l'ordre, une menace à l'heure actuelle des mouvements évangéliques qui se retrouvent jusque dans les prisons ?

M. Q. : La corruption et la criminalité se sont institutionnalisées au Brésil, comblant le vide laissé par l'État lorsqu'il s'agit d'œuvrer pour une plus grande égalité entre tous les membres de la collectivité. Cet écart atteint des niveaux extrêmes. Chaque fois que l'État est absent, en ne remplissant pas son rôle, que cela soit dans les domaines de la santé, de l'éducation, des transports, de l'assainissement ou pour la dignité de l'institution carcérale, les personnes deviennent vulnérables aux actions de groupes qui imposent une sorte de pouvoir parallèle, comme des factions criminelles. En outre, le néo-pentecôtisme s'est renforcé en tant que force d'absorption du citoyen au sein d'une communauté supposée homogène. Une promesse d'ordre - parfois basé sur l'intolérance - dans un contexte de chaos créé par les crises économiques et institutionnelles successives. Dans les moments de crise, la promesse d'ordre est une valeur politique. Dans ce contexte, la contamination entre ces différentes composantes de la société devient possible. 

C. L. : Quelle est la place des bandes dessinées dans la diffusion de la culture au Brésil actuellement ? Où peut-on lire votre bande dessinée au Brésil ?

M. Q. : Tous mes livres sont publiés au Brésil et au Portugal et disponibles en librairies. La bande dessinée au Brésil accroît son importance chaque année. Depuis deux décennies, le marché est dynamique et d'innombrables nouveaux artistes ont la possibilité de faire connaître leur travail au public notamment grâce au soutien des plateformes numériques, et de plus en plus d'éditeurs apparaissent. C'est une période très intéressante, et j'espère que cela s'amplifiera encore davantage dans les années à venir.

Écoute, jolie Márcia
Titre original : Escuta formosa Márcia (Brésil)
de Marcello Quintanilha (auteur, illustrateur)

Traduction de Dominique Nedellec
Nombre de pages : 128
Format : 24 x 31cm
Date de sortie (France) : 10 septembre 2021
Éditeur : Çà et là

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali
Journal — Économie
Le risque d’une crise systémique de l’économie
Avec l’irruption de l’inflation s’engage une nouvelle phase de la crise du capitalisme. Désormais, celle-ci semble totale et multidimensionnelle. En trouver l’issue sera de plus en plus complexe. 
par Romaric Godin
Journal — États-Unis
Attaque du Capitole : Donald Trump plombé par un témoignage dévastateur
Une membre du cabinet de l’ancien président états-unien a témoigné mardi devant la commission d’enquête sur les événements du 6 janvier 2021. Elle affirme que Donald Trump savait que ses partisans étaient armés et qu’il a voulu les rejoindre.
par François Bougon
Journal
La crise politique de 2019 secoue encore la Bolivie
L’ancienne présidente par intérim, Jeanine Áñez, a été condamnée à 10 ans de prison pour non-respect de la Constitution et manquement à ses devoirs, pour s’être installée à la présidence sans en avoir le droit, en 2019, après le départ d’Evo Morales. Une procédure judiciaire loin d’être finie. 
par Alice Campaignolle

La sélection du Club

Billet de blog
Innovation et Covid : demain, rebelote ?
La quiétude retrouvée dans nos pays n’est pas de bon augure. S’il y a résurgence du Covid, tout est en place pour revivre ce qui a été si cruellement vécu: l’injustice dans l’accès aux vaccins à l’échelon mondial et le formatage de la gestion de la pandémie au gré des priorités économiques des pays riches et intérêts financiers des firmes pharmaceutiques ... Par Els Torreele et Daniel de Beer
par Carta Academica
Billet de blog
« Very bad trips » à l’Organisation mondiale du commerce
20 mois et 6 jours de négociations à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour finalement acter, une nouvelle fois, que le commerce prime sur la santé. L’OMC et l’Union européenne (UE) se gargarisent aujourd’hui d’un accord sur la levée temporaire des brevets (TRIPS) sur les vaccins anti-COVID.
par Action Santé Mondiale
Billet de blog
Pour un service public de santé territorial 3/3
Publié sur le site ReSPUBLICA et écrit avec Julien Vernaudon, le premier volet de cet article donnait le contexte historique, le second une analyse de la situation actuelle des professionnels de santé de premier recours et de leur évolution. Ce troisième et dernier volet propose la création d'un vaste et nouveau service public se santé territorial.
par Frédérick Stambach
Billet de blog
Hôpital public : lettre ouverte à Monsieur le Président
A l’orée de cet été, la situation de l’hôpital public est critique. Nous sommes à la croisée des chemins. Depuis des mois l'hôpital public est sur le devant de la scène, après les 2 années de pandémie cet été s'annonce difficile. Nous adressons aux responsables politiques un point de vue de cadres et de soignants de proximité, investis dans l'hôpital, un bien commun, qu'il faut préserver, quoi qu'il en coûte.
par Fabienne dubeaux