Pour redécouvrir Kathleen Collins, figure engagée des droits civiques

Sous l’initiative des Éditions du Portrait, voici réunis des lettres, des extraits de journal et de romans de Kathleen Collins pour rendre hommage à cette autrice militante prématurément disparue dans les années 1980.

Parution du livre Journal d’une femme noire de Kathleen Collins

Kathleen Collins a été une écrivaine, scénariste et réalisatrice portant avec la force de ses mots ses problématiques de femme noire émancipée dans la société américaine des années 1960 et 1970. Pour rendre hommage à cette inoubliable autrice de la cause noire et féminine des États-Unis d’Amérique du Nord, Les Éditions du Portrait ont choisi de faire connaître à travers cette compilation d’écrits fictionnels ou non, la diversité de la parole de Kathleen Collins qui, de la fiction à l’intime, porte toujours sur l’émancipation d’une femme en avance sur son temps.

Il n’est jamais trop tard pour redécouvrir l’histoire des mouvements sociaux du siècle dernier à travers la force de la verve de l’écriture de Kathleen Collins, mettant en relief les discriminations au pluriel contre lesquelles sa force de tempérament a dû lutter à une époque où, dans la foulée des luttes pour les droits civiques des années 1960, il n’était pas encore de bon ton dans certains milieux d’avoir des relations intimes entre personnes de couleurs de peaux différentes. La vie personnelle de Kathleen Collins pleinement impliquée dans son époque lui a fourni de nombreux sujets à nourrir sa réflexion écrite. Ses mots possèdent une contemporanéité fascinante à la lire de nos jours en 2020 en France comme ailleurs, aussi cette (re)découverte tombe à point nommé pour enrichir son regard sur le passé éclairant notre temps présent.

 

 

journaldunefemmenoire
Journal d’une femme noire
de Kathleen Collins
traduit de l’américain par Marguerite Capelle et Hélène Cohen

Nombre de pages : 136
Date de sortie (France) : 5 juin 2020
Éditeur : Les Éditions du Portrait

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.