Billet de blog 22 sept. 2020

La rencontre poétique de Chokebore et Dionysos

En bilingue français-anglais, voici le recueil de textes poétiques écrits par Troy Balthazar, leader du groupe Chokebore, accompagnés des dessins de James Kroll, bassiste de Chokebore et les photographies de Mathias Malzieu, chanteur du groupe Dionysos.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Parution du livre Caution ! Poison snake ! No entry ! de Troy Balthazar

C’est une très belle et stimulante opportunité de voir réunis en un même recueil dédié à la poésie, trois personnalités du monde de la musique issus notamment de deux groupes de part et d’autre de l’Atlantique, entre Chokebore et Dionysos. Les textes de Troy Balthazar au centre de cette édition, trouvent ainsi un véritable contrepoint avec lequel dialogué, mélangeant les impressions d’une fausse chronique intime issue d’un journal intime où les angoisses et autres bizarreries du quotidien trouvent un nouvel épanouissement au-delà du seul espace musical qui a pu initialement être le terreau de cette poésie. La mélancolie est ici profondément ancrée dans les textes où il est notamment question pour son auteur de voir longuement se noyer sa propre mère alors qu’une certaine léthargie l’empêche pleinement de réagir et de prendre toute la mesure de ce qui est en train de se passer. Cette séquence est ainsi symptomatique de l’ambiance décrite dans ces textes mis en images, qu’il s’agisse des photos comme des dessins. Le surréalisme comme l’inquiétante étrangeté de l’univers de Chirico sont ici convoqués dans une troublante description du quotidien qui laissent à la fois pantois et rêveur.

Caution ! Poison snake ! No entry !
Textes de Troy Balthazar, dessins de James Kroll, photos de Mathias Malzieu et traduction de Léopold Bouchet

Nombre de pages : 80
Date de sortie (France) : 10 juillet 2020
Éditeur : EIDOLA

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Mélenchon et Marseille : l’histoire d’un rendez-vous manqué
Il y a cinq ans, son élection comme député dans la deuxième ville de France avait généré beaucoup d’espoir au sein d’une gauche locale en mal d’incarnation. Mais entre désillusions réciproques et choix stratégiques divergents, la greffe de l’Insoumis au sein de la gauche marseillaise n’a pas pris. Récit en trois actes.
par Pauline Graulle et Coralie Bonnefoy (Marsactu)
Journal — Europe
Bruxelles vole au secours des travailleurs « ubérisés »
La Commission européenne propose de considérer que les chauffeurs VTC et autres livreurs à vélo ne sont pas des travailleurs indépendants, mais des salariés des plateformes numériques avec qui ils travaillent. Une prise de position puissante, et opposée à celle de la France, qui prend en janvier la présidence de l’Union européeenne.
par Dan Israel
Journal
Attendre les vaccins français (Sanofi ou Valneva) : pourquoi c’est une fausse bonne idée
Plus d’un an après les premiers vaccins contre le Covid-19, ceux des firmes françaises devraient arriver sur le marché début 2022. Pas sûr que leur composition convainque les plus réfractaires à recevoir leur première injection.
par Rozenn Le Saint
Journal — Industrie
Colère à la SAM, fonderie abandonnée par Renault et l’État
Lâchés par le constructeur automobile, qui a refusé de soutenir un ultime plan de reprise, et par le gouvernement, qui avait promis des millions d’euros, les 333 ouvriers de la fonderie de Viviez-Decazeville s’apprêtent à passer les fêtes dans leur usine occupée. Un baroud d’honneur.
par Nicolas Cheviron

La sélection du Club

Billet de blog
À Montpellier, le secteur médico-social en colère dénonce l'incurie de l'État
Le médico-social se mobilise nationalement ce mardi 7 décembre pour tirer le signal d'alarme sur une situation de précarité dramatique et exponentielle, dont les effets ne peuvent être endigués par des conditions d'exercice toujours plus difficiles. À Montpellier, la mobilisation s'inscrit dans un contexte marqué par la politique d'expulsions du préfet Hugues Moutouh.
par lamuledupape
Billet de blog
Éduquer et soigner, malgré tout
Ce mardi 7 décembre, le médico-social a chaussé ses meilleurs souliers pour défiler ; montrer qu’elles et ils existent et luttent quotidiennement pour assurer leurs missions. Nous avons rencontré ces professionnel.le.s et avons découvert une mosaïque non exhaustive des métiers de l’éducation, de l’accompagnement, au travers de ces récits pluriels. Avec un constat hélas unanime : la galère.
par Mouais, le journal dubitatif
Billet de blog
Alprazolam Team
Les travailleurs sociaux ont appris à faire face aux difficultés des publics accompagnés. C'est même leur raison d'être. S'ils ne réussissaient pas à le faire, ils n'auraient rien à faire là ! Ce qui les mine, ce sont, à l’image des soignants de l'hôpital public ou du monde la justice, leurs conditions de travail. En réduisant l’État social, ce sont ses acteurs qu’on pousse au bord du gouffre.
par lien-social
Billet de blog
Travail social : « le fil ténu d’une humanité qui s’étiole »
Le 7 décembre, c’était journée d’actions dans toute la France dans le secteur du travail social et médico-social. Les mots d’ordre portent sur les conditions salariales, actuellement désastreuses, sur le fonctionnement du secteur qui va à vau-l’eau. Mais aussi sur le sens de l’action menée, alors que l’État et les médias, le plus souvent, ignorent ou méprisent cette activité sociale fondamentale.
par YVES FAUCOUP