Billet de blog 28 nov. 2021

"Une histoire du cinéma français 1940-1949" de Philippe Pallin et Denis Zorgniotti

Parfois considérée comme son âge d’or, la décennie 1940 est une époque particulière marquée tout d’abord par une production en temps d’Occupation et un retour à une nouvelle industrie en temps de paix. Une période méconnue revisitée par Philippe Pallin et Denis Zorgniotti dans cet ouvrage passionné et ambitieux.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Parution du livre Une histoire du cinéma français 1940-1949 de Philippe Pallin et Denis Zorgniotti

Quel magnifique et ambitieux projet que de se projeter dans une histoire du cinéma français des années 1930 à nos jours lancée par les éditions LettMotif ! Après le premier tome consacré à la décennie 1930, voici le deuxième tome toujours conçu et écrit par Philippe Pallin et Denis Zorgniotti. L’enjeu de ces différents tomes n’est rien moins au final que de constituer une véritable encyclopédie de l’histoire du cinéma français depuis l’apparition du parlant. Le projet est rare, dans le milieu de l’édition d’ouvrages sur le cinéma, de rendre compte d’un savoir encyclopédique alors qu’il y a effectivement matière à raconter et que les nouveaux médias actuels permettent en effet de nouvelles explorations et analyses. Ce projet renoue avec la passion de réunir et de partager une passion encyclopédique du cinéma chère à Georges Sadoul et Gaston Haustrate. Il était temps malgré tout de mettre à jour les connaissances historiques et cet ouvrage vient à point nommé faire tomber les idées préconçues et redécouvrir la créativité au cœur des heures les plus sombres de la France occupée. Cela permet en même temps de proposer une alternative à la condamnation unilatérale opérée par les critiques de la Nouvelle Vague peu tendre quand ils ont lancé ce qu’ils ont appelé avec mépris la « qualité française ». Or, un vrai talent s’est développé et s’est confirmé durant les 1940 laissant apparaître une nouvelle génération de cinéastes.
L’ouvrage est conçu méthodiquement et chronologiquement : chaque grand chapitre est constitué d’une année, lui-même divisé en sous-parties comprenant la présentation générale du contexte historique, quelques films de l’année, un rapide « arrêt sur images » des autres films importants de ladite année, la mise en valeur d’un réalisateur, d’une actrice et d’un acteur, sans oublier pour finir un dossier thématique (documentaire, la collaboration dans l’industrie du cinéma, le fantastique, etc.). Ce panorama systématique de chaque année permet en effet une exploration en profondeur avec la volonté de ne rien oublier, au moins concernant les grands moments incontournables du cinéma, car l’exhaustivité est rarement accessible sur la question de l’histoire du cinéma. Il est notable malgré tout que parmi les réalisateurs mis en valeur, il n’y ait aucune femme. Elles existent cependant, même si elles sont minoritaires. Ce qui est regrettable en revanche, c’est qu’il n’y ait pas de dossier consacré au problème du monopole des hommes dans la réalisation durant cette décennie pour comprendre quels sont les défis qu’ont dû vaincre les réalisatrices apparues dans les années 1950 suivantes, à l’instar d’Agnès Varda.

Néanmoins, le livre est riche d’informations qui permettent de comprendre une période moins connue que d’autres décennies, notamment en ce qui concerne l’industrie du cinéma sous l’Occupation et plus particulièrement de la Continental. L’ouvrage démontre ici que la société de production financée par des capitaux allemands et dirigée par Alfred Greven était peu encline à supporter l’idéologie nazie et qu’il en résulte la production de films ambitieux qui n’ont rien de compromettant contrairement à ce que l’on pouvait craindre d’eux. Ainsi, la production globale du cinéma français se révèle blanchie des reproches que l’on pouvait lui faire, surtout lors de l’épuration lors de la Libération. Les auteurs démontrent que l’antisémitisme s’exprimait ainsi davantage en France à la radio et dans les journaux qu’au cinéma.

Cet ouvrage permet un long et large aperçu des enjeux et des spécificités de cette période qui ont contribué à poursuivre la constitution d’un savoir-faire et de spécificités du cinéma français pour les décennies suivantes, même dans les réactions contre ce cinéma qui a contribué, en survivant, à leurs contemporains de survivre à leur tour.

Une histoire du cinéma français 1940-1949
de Philippe Pallin et Denis Zorgniotti, avec la collaboration d’Ulysse Lledo et Daniel Patte
Préface de Thierry Frémaux

Dimensions : 170 × 240 cm
Nombre de pages : 390
Date de sortie (France) : 13 avril 2021
Éditeur : LettMotif

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Politique
À l’approche de « l’élection reine », le vote bousculé
Au fil des scrutins, il semble de plus en plus difficile d’y voir clair dans les comportements électoraux. Deux ouvrages s’attaquent au problème sur des bases simples : comprendre et réhabiliter les absents des urnes et ajouter la loupe des histoires individuelles.
par Mathilde Goanec
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart