Billet de blog 29 août 2022

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

"La Mécanique Lucas Belvaux" de Quentin Mével et Louis Séguin

Une plongée au cœur du cinéma de Lucas Belvaux réalisateur autour d'une analyse de sa filmographie et un entretien avec lui autour de chacun de ses films.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Au sujet du livre La Mécanique Lucas Belvaux de Quentin Mével et Louis Séguin

La collection « entretien/cinéma » de Playlist Society a pour vocation de mettre en lumière tout l'ensemble de la filmographie d'un.e cinéaste contemporain.e grâce à l'exploration avec l'artiste concerné commentant sa propre œuvre. Lucas Belvaux s'est ainsi plié au jeu et l'on peut ainsi découvrir chronologiquement l'évolution d'un cinéaste qui a appris son métier en le faisant, patiemment, avec une fine attention tout d'abord en observant très jeune en tant qu'acteur les cinéastes les plus ambitieux dans leur mise en scène au service des sujets sociaux contemporains.

Lucas Belvaux passe ainsi du drame à la comédie, d'un scénario original à l'adaptation d'un roman avec toujours le plaisir de raconter des histoires en étroite connexion avec la société actuelle. Avec modestie et détermination, il a construit une œuvre qui fourmille de nombreuses références cinématographiques où l'on retrouve notamment des cinéastes hollywoodiens comme Billy Wilder, Alfred Hitchcock, Fritz Lang : des européens qui se sont adaptés à une industrie et à son exploitation des genres.

Lucas Belvaux s'intéresse à la polyphonie des récits comme autant d'acteurs sociaux d'un monde en souffrance qui lutte avec dignité pour dépasser la haine de l'autodestruction. Il n'en a pas non plus oublié son plaisir de diriger des acteurs et actrices qui font émerger une réalité sociale à partir de la fiction sans passer par une approche documentaire de la mise en scène qui, elle, est nourrie par une construction documentée.

La Mécanique Lucas Belvaux
de Quentin Mével et Louis Séguin

Nombre de pages : 144
Format : 12 x 15,7 cm
Date de sortie (France) : 17 novembre 2020
Éditeur : Playlist Society
Collection : entretien/cinéma

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon
Journal — Euro
La Réserve fédérale des États-Unis envoie l’euro par le fond
Face à l’explosion de l’inflation et à la chute de l’euro, la Banque centrale européenne a décidé d’adopter la même politique restrictive que l’institution monétaire américaine. Est-ce la bonne réponse, alors que la crise s’abat sur l’Europe et que la récession menace ?
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze
Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière