Le sexisme ordinaire, une histoire passée pour un meilleur avenir?

Pour son premier essai dessiné édité sous la forme d’un ouvrage, Marine Spaak, autrice et illustratrice, dresse un panorama très documenté du sexisme ordinaire à l’époque actuelle, soulevant des sujets si manifestes que l’on n’en parle pourtant encore très peu.

Au sujet de l’essai graphique Sea, sexisme and sun de Marine Spaak

Après plusieurs vagues de sensibilisation, de nouvelles visibilités de thèmes longtemps laissés dans les oubliettes de l’histoire, où en est-on à l’heure actuelle de la place de ces personnes qui constituent la moitié de l’humanité ? Marine Spaak, riche des échanges et de ses réflexions menées sur son blog intitulé Dans mon tiroir propose une nouvelle adaptation de ses observations dans cet ouvrage ludique qui use de l’ironie dans la tradition du Siècle des Lumières pour dénoncer des injustices sociales criantes. Ses remarques sont notamment construites et étayées aussi bien par des recherches universitaires de sociologues des deux côtés de l’Atlantique que de son propre regard anthropologique sur la société contemporaine à laquelle elle appartient en tant que femme. Pour mener à bien la transmission de ses constatations, elle utilise notamment la logique des Lettres persanes de Montesquieu qui consiste à déplacer le lieu d’observation sociologique que tout citoyen responsable peut mettre en œuvre pour découvrir ce que l’on appelle le « sexisme ordinaire » ou comment par des situations et des remarques a priori anodines et légères, les hommes imposent leur pouvoir et ne cessent d’étendre encore leurs conquêtes à l’image du chien marquant de son urine l’espace public qu’il n’a jamais cessé d’envisager de conquérir. Les références bibliographiques de Marine Spaak font aussi la part belle à toutes les chercheuses et intellectuelles des différentes époques invisibilisée là aussi.

Marine Spaak divise son exploration autour de plusieurs concepts clés qui sont autant de nouvelles grilles de lectures pertinentes. Ainsi du principe de « sac à dos invisible » qui fait que les femmes doivent évoluer et se construire avec un poids immense de responsabilités et d’entraves qui ont été attribués à son sexe au profit de l’homme qui dès lors peut évoluer avec un sac à dos d’autant plus léger que son contenu est pris en charge par le sexe qu’il appellera sans complexe aucun faible. Marine Spaak démontre patiemment les différentes mécaniques du sexisme dans différentes situations même les plus inattendues, notamment les moteurs de recherche sur Internet qui ont développé un filtre sexisme à la suite des contributions des développeurs majoritairement masculins et de leurs présupposés sur les identités de genre.

Si les plus éclairé-e-s des féministes n’apprendront peut-être pas grand-chose de ces constatations, leur synthèse dans un même livre fait de celui-ci un outil pratique indispensable pour tous, quel que soit son genre et son âge. Il reste en effet tant à déconstruire du monde patriarcal pour reconstruire un monde sain et équilibré où chacun aurait une vraie place pour s’épanouir à loisir socialement quelle que soit son origine sociale, son origine géographique ou son identité sexuée qu’il est bon de pouvoir ouvrir son esprit et sa conscience par cette lecture.

 

9782412046692ori
Sea, sexisme and sun. Chroniques du sexisme ordinaire
de Marine Spaak

Nombre de pages : 144
Date de sortie (France) : 29 août 2019
Éditeur : F1RST Éditions

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.