Yoon-Sun Park - Tout ce qui avait l’air invincible en fait ça ne l’était pas

Cette semaine nous avons la chance de découvrir le travail de Yoon-Sun Park, une artiste entière, engagée dans son œuvre et qui nous parle en toute simplicité de son travail et de sa façon de vivre le confinement...

BDleaks vous présente aujourd'hui Yoon-Sun Park, son travail, sa vision du monde, son sentiment face aux bouleversements que nous traversons. Ce billet est introduit par une vidéo tournée en avril 2020 suivie d'une petite interview sur le jour d'après écrite ces derniers jours...

Vidéo réalisée par Philippe Guerrieri © MagelisTV

Bonjour Yoon-sun, tu es auteur de bande dessinée, coréenne installée à Angoulême, on te doit un bel ouvrage, En Corée, aux éditions Misma (2017) chez qui nous pouvons découvrir plusieurs de tes albums comme Où est le Club des Chats ? (2021) Le Club des Chats Casse la Baraque (2019) Les aventures de Hong Kiltong (2018) ...

Comment vis-tu ton confinement, sur le plan personnel et professionnel ?

J’habite dans une petite ville, et heureusement j’ai un jardinet. Du coup, le confinement ne m’est pas trop insupportable. Mais je n’ai pas d’internet à la maison. J’utilisais celui de mon atelier collectif qui est fermé pour le confinement. Du coup, c’est beaucoup plus galère qu’avant pour les envois d’emails. Mais on trouve toujours des solutions, et finalement ce n’est pas si mal de ne pas passer trop de temps sur internet.

Comment concevais-tu la place de l’artiste/auteur avant la crise du coronavirus avec les conséquences que nous découvrons tous les jours et comment l’imagines-tu maintenant ?

Même si j’avais déjà fait pas mal de livres, je ne me sentais pas vraiment faire partie du « secteur du livre », je veux dire dans son côté le plus économique. Mais maintenant, oui. Les librairies étant fermées, la parution de beaucoup de livres a dû être repoussée à des dates assez incertaines. (En ce qui me concerne, deux de mes livres sont ainsi repoussés). Beaucoup de petites maisons d’éditions se demandaient déjà comment s’en sortir, et maintenant encore plus. Alors, ça me fait réfléchir, et je sens d’avantage que je suis dans le même bateau. D’ailleurs je ne sais pas si c’est très bon pour moi de me sentir ainsi aussi attachée au marché du livre. Ça prend trop de poids, d’une certaine façon.

Que t’évoque cette notion née durant le confinement, Le Jour d’Après ?

On savait très bien que le monde n’allait pas bien mais on faisait pas grand-chose, en pensant « on n’y peut rien ». Des gens essaient individuellement de faire quelque chose : acheter des produits locaux, ne pas prendre trop souvent la voiture, réduire l’usage du plastique… mais ça ne suffit pas. Pendant ce confinement, on a tout arrêté. On ne pensait pas que c’était possible et en fait si. Je ne veux pas dire qu’on doit rester comme ça (confinés, à l’arrêt), mais puisqu’apparemment c’est possible de changer beaucoup, pourquoi ne pas saisir l’occasion ? Ça donne un espoir. Tout peut changer en fait.

Qu’as-tu envie de dire aux enfants, aux jeunes artistes ?

Je me sens encore faire partie des jeunes en fait… alors ce que je veux dire… On peut changer. Tout ce qui avait l’air inamovible, invincible, en fait ça ne l’était pas.

Que feras-tu en premier le jour du déconfinement ?

Aller en librairie (il y en a 4 dans ma ville) et dans ma boutique habituelle de fournitures de beaux-arts.

Merci Yoon-Sun pour ta contribution, on adore ton boulot et ta démarche, on continue de te suivre te sur BDleaks et te souhaitons le meilleur pour tes nouveaux projets.

..........................................

L'œuvre de Yoon-Sun Park

 © Yoon-Sun Park © Yoon-Sun Park
 © Yoon-Sun Park © Yoon-Sun Park

 © Yoon-Sun Park © Yoon-Sun Park

 © Yoon-Sun Park © Yoon-Sun Park
 © Yoon-Sun Park © Yoon-Sun Park

 

..........................................

Le blog de Yoon-Sun Park ici

La chaîne youtube "Mots d'auteur" est soutenu par le Pôle Image Magélis

Yoon-Sun Park - collection personnelle Yoon-Sun Park - collection personnelle

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.