Céline Wagner
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

BDleaks

Suivi par 50 abonnés

Billet de blog 11 févr. 2021

ImagiLand, symbole de l’ancien monde

Le projet de parc d'attraction autour de la BD, ImagiLand, près d'Angoulême à été voté, menaçant une zone humide jusque là épargnée par les bulldozers. Le cri des habitants rassemblé sous le collectif ImagiNON inaugure des mois de lutte contre cette hérésie sociale et écologique.

Céline Wagner
Auteur de roman graphique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La Couronne, Charente, 2021 : Un projet de parc d'attractions sur le thème de la Bande Dessinée, un site parsemé de lacs au sein des carrières, gris en hiver, turquoises en été, oasis au milieu d’une zone industrielle et pavillonnaire.

105 millions d’euros sur la table. Omerta politique.

Le vote de la communauté d’agglomération du Grand Angoulême tombe un soir d’octobre 2020 comme un couperet : 70 voix pour, 5 voix contre. Les dés sont jetés.

Le porteur du projet se dit adoubé, s’exhibe fièrement dans la presse locale.      

Autour de nous, des voix se lèvent. Nous montons l'association ImagiNON, postons sur les réseaux sociaux.

Voici un commentaire parmi d’autres : “Je ne comprends pas comment on peut être contre, ça va créer des emplois, et mes enfants vont adorer”.

C’est bien là le problème, il faut relire Guy Debord. Critiquer le divertissement y compris depuis ces usines à touristes, est une hérésie. Quant à aller contre des emplois, même précaires et au SMIC, n’en parlons même pas...

Schizophrénie. On nous parle tous les jours d’effondrement, de la fin d’un modèle productiviste et consumériste. Et là, on va déverser des milliers de tonnes de béton dans une zone humide, construire un hôtel et 950 places de parking sur des terres agricoles, pour faire venir 440 000 touristes par an en bagnole, afin que des gamins achètent des peluches de Marsupilami, des Gastons et des Boule & Bill en plastique.

Encore un choc des générations : "Désolé les jeunes, ce sont toujours les boomers, assistés par leurs cadets néo-libéraux qui décident de l’avenir du monde."

Pour Monsieur le Maire, nous ne sommes que “des pancartes”. Il nous balaye d’un revers de main pour incompétence, boucle le site par arrêté communal. C’est David contre Goliath.

Nous affinons notre argumentaire, distribuons des tracts. De simples citoyens nous devenons militants. Ingénument, nous voulons faire classer la zone, sanctuariser ce bout de terre qui a déjà trop souffert. Préserver ses oiseaux de passage en hiver, ses chauves-souris et ses crapauds. Raté, le site ne rentre dans aucun des acronymes technocratiques. Ni ZNIEFF, ni ZICO, ni ZCS.

La Couronne, ville à gauche, arbore fièrement à l’entrée de ses zones commerciales “Commune Hors TAFTA”. La communication verte des élus bat son plein : “ Faisons place au dialogue, recentrons le débat sur les urgences sociales et environnementales ! ”

On va surtout recentrer le débat sur ce foutu réchauffement climatique qui nous pend au nez. Il faudrait réduire de 5% par an nos émissions de CO2 pendant 30 ans pour avoir la moindre chance de respecter les accords de Paris. Et on nous pond quoi ? Un parc d’attractions qui relève du niveau zéro de la culture, financé par un investisseur chinois, et construit par Vinci.

Imagiland, c’est un symbole. Symbole de l’ancien monde, gangréné par l’avarice, la course au profit, le chantage à l’emploi.

Chaque brindille lancée dans les rouages infernaux de cette machine a son importance. Notre alouette Lulu, égérie du collectif, a déjà commencé.

Le Collectif ImagiNon.

....................................................................

Découvrez le collectif ImagiNON

L'association ImagiNon lutte contre le projet d’implantation du parc d’attraction “ Imagiland ” ayant pour thématique la bande-dessinée, sur le lieu dit “La Brousse Marteau” sur la commune de La Couronne (16), dans la banlieue d'Angoulême. Ce parc, porté par l'investisseur chinois Dragontoon, et confié au groupe Vinci pour un budget de 105 millions d'euros, porte atteinte à la faune et flore locales, promet d'être un échec économique, tout comme un contre-sens culturel.

Culturellement, on pourrait penser que l'agglomération d'Angoulême constitue l'endroit idéal pour un projet lié à la bande-dessinée. Mais Dragontoon a choisi de véhiculer une image passéiste du 9e art avec des licences datant des années 60-70, sans aucun personnage féminin, déconnectée des goûts de la jeunesse actuelle. Ce projet n'aidera en rien les auteur.trices actuel.les dont 1/3 vivent en-dessous du seuil de pauvreté. Avec une Maison des Auteurs qui subit des coupes budgétaires d'année en année, la priorité n'est-elle pas de soutenir les acteur.ices du monde de l'image ?

Terminons par la grande raison avancée par les politiques pour justifier ce projet : l'emploi. L'étude de marché prévoit 440 000 visiteurs / an, le porteur de projet annonce jusqu'à 700 emplois. Les nuités sur toute la Charente en 2018 étant au nombre de 454 000, on a du mal à les croire. Il faut savoir que dans ce secteur, 80% des emplois sont saisonniers et au SMIC. Une comparaison avec les autres parcs français nous donne une estimation d'une trentaine de CDI et de 180 saisonniers. Il est prévu que la construction du parc sera financée à 50 % par Dragontoon, 50% par la banque des territoires (caisse des dépôts et consignations). La Région a déjà voté une aide de 2M€ dans le plan de relance. Des subventions du Grand Angoulême sont prévues (non encore votées), alors que ses finances sont dans le rouge.

C'est pour toutes ces raisons que nous appelons à un arrêt de ce projet, dont les travaux devraient commencer dans les mois à venir. Nous ne voulons pas d'un parc d'attraction supplémentaire. Le Futuroscope à 1h30 de chez nous est amplement suffisant. En revanche Angoulême et ses alentours regorge d'artistes, d'artisans, de commerçants, pleins d'idées portées vers un avenir écologiquement et socialement responsables. Un avenir qui remet l'Essentiel en priorité.

https://www.facebook.com/collectif.imaginon

https://www.instagram.com/contre_imagiland/

Adhérez à l’association ImagiNon qui lutte contre l’implantation du parc Imagiland.

https://www.helloasso.com/associations/association-imaginon

La lutte d'ImagiNON contre le projet ImagiLand figurera bientôt sur la carte des grands projets inutiles tenue par la revue Reporterre ici

Le site de La Brousse-Marteau qui doit accueillir le parc ImagiLand

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Gouvernement
Le malentendu Pap Ndiaye
Insulté par l’extrême droite et critiqué par certains partisans de Macron, le ministre de l’éducation nationale est en réalité un modéré, loin des caricatures indigénistes et des procès en wokisme. Mais, entouré de proches de Jean-Michel Blanquer et du président, Pap Ndiaye aura du mal à s’imposer.
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Journal
Législatives : comment le RN cible le rassemblement des gauches
Mediapart a pu consulter les documents fournis aux candidats du parti d’extrême droite pour les législatives. Ils montrent que le parti fait manifestement peu confiance à ses troupes sur le terrain. Ils s'en prennent à la coalition de gauche Nupes, rebaptisée « extrême gauche pro-islamiste ».
par Lucie Delaporte
Journal
Le travail sexuel, angle mort de la Nupes pour les législatives
Le sujet n'a jamais fait consensus à gauche. Le programme de la Nupes est marqué par les positions abolitionnistes, majoritaires dans les partis. Plusieurs acteurs de terrain s'insurgent. 
par James Gregoire

La sélection du Club

Billet de blog
A quoi sommes-nous sensibles ?
La mort des non Occidentaux semble invisible. Qu’ils soient Syriens, Afghans, Nord Africains, du Moyen Orient, d’Asie... Ils sont comme fantomatiques, presque coupables d’effleurer notre champ de vision.
par Bruno Lonchampt
Billet de blog
Faire de l’hospitalité un droit fondamental
Dans un livre qui fera date, la juriste Marie Laure Morin propose de faire de l’hospitalité un droit fondamental afin de construire un droit des migrations qui rompe, enfin, avec des législations répressives qui violent les droits humains et menacent l’État de droit. J’ai volontiers accepté d’en écrire la préface.
par Edwy Plenel
Billet de blog
Mineur·es en danger à la rue, il est urgent de les protéger !
« Les droits de l’enfant ne se discutent pas, encore moins au profit d’affichages politiciens de “lutte contre l’immigration”. » Face au nombre croissant d’enfants migrants en grand danger faute de prise en charge, une soixantaine d'associations locales de terrain et d'organisations nationales tirent la sonnette d’alarme. Ils demandent que « la présomption de minorité soit inscrite explicitement dans la loi. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Accès au droit des étrangers : régularisons l’administration !
Des élus de la République, des responsables associatifs, des professionnels du droit et autorités administratives intervenant dans le 20e arrondissement, et à Paris, sonnent la sonnette d'alarme. La prise de rendez-vous dématérialisée auprès des préfectures en vue de déposer des demandes de titres de séjour est devenue quasi impossible. « La déshumanisation et le dévoiement des services publics sont à leur comble ! » 
par Les invités de Mediapart