Billet de blog 23 mai 2022

Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !

Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.

Collectif La Traverse
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Tout commence en 2018, lors de notre entrée en master à l’école urbaine de Sciences Po (Paris). 2018, c’est l’année de la démission de Nicolas Hulot et de la sortie du rapport du GIEC (groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) sur les impacts catastrophiques d’un réchauffement à +1,5°C. 2018, c’est aussi l’année des premières grèves lycéennes, avec Greta Thunberg en figure de proue de la génération climat.

Or en 2018, sur les bancs de Sciences Po, nous n’apprenions pas grand chose ni sur les évolutions du monde dans un contexte de changement climatique ni sur les voies possibles pour le limiter. Pourtant, nous avions choisi l’école urbaine car l’échelle locale nous apparaissait comme un terreau fertile pour (ré)inventer des modes de vie compatibles avec la sobriété énergétique et la réduction des émissions. Au lieu de nous apprendre à préparer les territoires - tous les territoires - , aux conséquences du dérèglement climatique, de l'effondrement de la biodiversité, et de la raréfaction des énergies fossiles, nous apprenions à nous intégrer dans un monde professionnel pré-existant, qui intègre à la marge et lentement les mots d’ordre de “durabilité”. On nous apprenait à être les têtes pensantes des métropoles, les consultant.es en smart city, les responsables des grands projets d’aménagement, publics comme privés. 

Dépité·es face à l’inadéquation entre ces enseignements et l’urgence sociale et environnementale, nous avons créé - au sein de notre master - le collectif Villes et décroissance, pour porter un plaidoyer auprès de l’administration de Sciences Po et nous auto-former. Pendant deux ans, nous avons appris sur la transition écologique, le municipalisme libertaire, le développement local, la décroissance… Sur tous ces concepts qui s’intéressent à l’aménagement du territoire mais n’avaient pas droit de cité dans notre cursus. Ces courants de pensée nous ont permis d’explorer les alternatives :  là où on nous enseignait la smart-city, nous nous intéressions à la ville low-tech; aux pôles de compétitivité, nous préférions les villes en transition.

Fort·es de ces enseignements, nous avons eu nos premières victoires : introduire un module de deux heures sur la décroissance dans le cours d’économie, élaborer un voyage d’étude à Grande-Synthe pour une 30aine d’étudiant·es,organiser des conférences qui faisaient salle comble et des soirées de lectures collectives…

Et puis nous avons eu notre diplôme.

Comment pouvions-nous nous arrêter en si bonne route ? Retourner sur le “droit chemin” de la vie professionnelle ?

En 2019, nous créons l’association La Traverse, et nous y consacrons toute notre énergie. D’abord à trois et pendant un an, en partant en autostop sur les routes de France métropolitaine à la découverte des campagnes françaises et à la rencontre de celles et ceux qui renforcent leur autonomie et considèrent que la transition se fait non pas par les écogestes individuels mais par l’action collective locale.

Suite à cela, nous commençons à accompagner nos premiers territoires, en essayant de nous affranchir autant que possible des normes classiques du conseil. Aux objectifs de croissance économique et d’attractivité, nous voulions opposer celui de résilience. Comment améliorer la capacité des territoires à s’adapter aux effets des crises environnementales tout en diminuant leur contribution au problème, c’est-à-dire leurs émissions de gaz à effet de serre ? Comment répondre aujourd’hui aux besoins des habitant·es tout en anticipant les évolutions climatiques et énergétiques ? Nous avons développé un format de résidence en immersion dans les territoires pour fédérer élu·es et société civile autour d’une envie d’agir. Ces résidences nous permettent d'expérimenter des méthodes originales et sensibles, qui impliquent les habitant·es. Nous y repérons les vulnérabilités du territoire et les ressources dont il dispose pour y faire face.

Seulement 3 ans après sa création, la Traverse c’est une équipe salariée de 6 ami·es de master, basée à Poitiers et travaillant en temps partiel choisi, à 4 jours par semaine. 

Nous intervenons régulièrement dans des formations en master pour montrer que d’autres parcours professionnels sont possibles. 

Aujourd’hui, nous espérons pouvoir dire que nous influençons positivement les territoires avec lesquels nous travaillons. Nous ne prétendons pas que tout fonctionne à merveille et nous continuons de questionner notre impact. Si nous avons fait un pas sur le côté, nous restons contraint·es par le cadre  des marchés publics et l’inertie de certaines institutions. Dans cette situation, nous encourageons les élus à s’émanciper des cahiers des charges imposés par le haut, pour réfléchir par eux-même et avec la société civile aux besoins réels.  

L’avenir dira si ce que nous impulsons en local impacte durablement les territoires, mais nous faisons de notre mieux pour nous rendre utiles à ceux qui souhaitent prendre en compte les crises avec lucidité. Trois ans plus tard, même s’il n’est pas toujours facile de convaincre les collectivités de l’urgence à agir, nous restons persuadé.es d’avoir fait le bon choix. 

Et si nous restons bien (trop) minoritaires, nous sommes ravi·es de voir que d’autres viennent gonfler les rangs de celles et ceux qui remettent en question la doxa libérale et croissantiste. Nous sommes ravi.es de voir que des étudiant.es d’AgroParisTech ont le courage de casser ces moments de liesse collective que sont les remises des diplômes, pour créer la gêne et faire réagir. Ils rappellent que la transition écologique n’est pas un dîner de gala, et nécessite de poser un rapport de force entre celles et ceux qui souhaitent perpétuer un modèle destructeur et celles et ceux qui tentent d’inventer autre chose. 

Un article écrit par Maud Picart et Alexia Beaujeux 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — États-Unis
L’écrivain Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York. De premiers éléments sur le profil de l’agresseur témoignent d’une admiration pour le régime iranien.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Le piège du nucléaire
Maintenant que la France est en proie à des incendies en lien avec le réchauffement climatique, que notre pays manque de plus en plus d’eau et que notre président et ses ministres, après avoir renationalisé EDF, nous préparent un grand plan à base d’énergie nucléaire, il serait temps de mettre les points sur les « i ».
par meunier
Billet de blog
Face aux recommandations du GIEC, comment réconcilier l’écologie avec le nucléaire
L'écologie politique a toujours manifesté une aversion contre le nucléaire. Pourtant, cette source d'énergie décarbonée n'est pas dénuée d'intérêt. D'où vient alors ce désamour pour le nucléaire ? Le nucléaire devrait se guérir de deux maux: sa filiation militaire qui met en exergue sa dangerosité, et l'absence d'une vision stratégique renouvelée et forgée avec l'adhésion de la société.
par francois brechignac
Billet de blog
Réagir avant qu'il ne soit trop tard 2/4
L’avenir n’est plus ce qu’il était ! La guerre en Ukraine, la menace nucléaire, la crise alimentaire, le dérèglement climatique, les feux gigantesques de l’été, les inondations meurtrières, autant d’épisodes anxiogènes de la modernité face auxquels nous devons impérativement réagir. Ces désordres du monde constituent une opportunité à saisir pour modifier notre trajectoire
par HARPAGES
Billet de blog
Le nucléaire sans débat
Où est le débat public sérieux sur l'avenir du nucléaire ? Stop ou encore ? Telle est la question qui engage les générations futures. Une enquête remarquable et sans concession qui expose faits et enjeux. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement