Billet de blog 29 juin 2022

Itinéraire d'une bifurcation

La bifurcation peut prendre de nombreuses formes. Ici, je vous propose mon témoignage personnel. Ma bifurcation a commencé il y a bientôt 5 ans et est toujours inachevée.

C'est Juste Ici
Place de marché de produits locaux à éthique environnementale et sociale
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bonjour,
J'ai aujourd’hui 40 ans et cela va faire 5 ans que ma bifurcation a commencée.
J'étais alors technicien et travaillais depuis de nombreuses années en tant que projeteur (dessinateur d'assemblages) dans le domaine de l'optique et plus précisément des lasers, sur de grands projets scientifiques.
Mon employeur était une société privée qui travaille pour de grands donneurs d'ordre. Sa préoccupation pour l'écologie était au même niveau que celle pour le bien-être de ses salariés, proche du néant.
N'ayant que peu de latitude au niveau professionnel, je faisais ma part d’écogestes dans mes actes du quotidien.
Nous avons mis notamment en place avec d'autres membres de ma famille un système d'entraide nous permettant de consommer des produits locaux tout en limitant nos trajets dédiés, puisque chacun récupérait les produits des autres sur les trajets du quotidien.
Il m'est alors venue l'idée de créer une place de marché sur ce principe : proposer des produits locaux, à éthique environnementale et/ou sociale et encourager les consommateurs à utiliser leurs trajets quotidiens pour récupérer leurs produits mais aussi ceux de leur communauté.
Nous étions alors fin 2017.
Un an s'est écoulé pour que je puisse valider complètement le concept en y travaillant pendant mon temps libre. J'ai ensuite passé une bonne partie de l'année 2019 à donner de la visibilité au projet et à côtoyer les producteurs et artisans de mon secteur géographique, afin de vérifier que mon offre pouvait correspondre à une demande de leur part.
Vient alors 2020 et le début de la pandémie. Les différentes restrictions sanitaires poussent les consommateurs et les producteurs à jouer d'ingéniosité, les uns pour manger et les autres pour écouler leur production. Le click and collect devient la norme et je réalise que mon concept, s'il était en place, aurait simplifié de nombreux échanges.
Je prends donc la décision de quitter mon emploi actuel pour m'y consacrer pleinement, mais il me sera impossible de démarrer mon activité sans un coup de pouce financier. Mon employeur me refusant une rupture conventionnelle, je dois donc démissionner et reprendre 6 mois de CDD dans le même domaine pour pouvoir bénéficier de l'ARCE pendant que je finalise mon projet.
En Juillet 2021, je quitte enfin le salariat et reprends la main sur ma vie et mes convictions. Après une formation pour créer son entreprise à impact avec Ulule et une autre pour maîtriser l'édition internet en "no-code", Je créé depuis le site internet de ma société qui est sur le point d'être immatriculée.
Mon objectif est de favoriser le développement d'initiatives à impact social et / ou environnemental positif tout en créant du lien social.
Par cette société, je veux offrir un accès simplifié aux producteurs locaux, le retour de l'entraide entre particuliers pour récupérer ses produits du quotidien, avec un impact « trajet » de chaque produits limité d'autant.
Je souhaite aussi diversifier le paysage des acteurs de la vente directe sur chaque territoire et soutenir les projets qui démarrent.
Cette ambition n'aurait eu aucun écho sans bifurcation. Elle fait partie maintenant du champ des possibles.
Je ne considère pas encore ma bifurcation comme terminée, il y aura toujours à faire pour améliorer son empreinte carbone ou pour la justice sociale.
Je souhaite par ce témoignage montrer que cela peut prendre parfois du temps, que cela représente un risque, mais qu'il est possible de changer de voie.
La bifurcation nous pousse à sortir ce que qu'on appelle notre zone de confort. Mais quand on y réfléchit, ce confort n'est que financier, particulièrement quand vous travaillez pour une société qui a des valeurs contraires aux vôtres.
Une fois que ce constat est fait, l'action devient évidente.
Je me réjouis de voir que de nombreuses personnes ont commencé leur bifurcation des dernières années et particulièrement lorsque celle-ci peut être médiatisée et encourager d'autres à le faire également.
Nicolas 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Face au chaos climatique, le séparatisme des riches
Alors que des milliers de Français sont évacués à cause des incendies, que d’autres sont privés d’eau potable voire meurent au travail à cause de la chaleur, les ultrariches se déplacent en jet privé, bénéficient de dérogations pour pouvoir jouer au golf et accumulent les profits grâce aux énergies fossiles. Un sécessionnisme des riches que le gouvernement acte en perpétuant le statu quo climatique.
par Mickaël Correia
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Proche-Orient
À l’hôpital al-Shifa de Gaza, les blessés racontent les bombardements
La bande de Gaza ressort épuisée de cet énième round de violences meurtrières entre Israël et le Djihad islamique palestinien. Malgré la trêve entrée en vigueur dimanche soir, les habitants pleurent leurs morts, les destructions sont importantes, et des centaines de blessés sont toujours à l’hôpital, désespérés par la situation et par les pénuries de médicaments. « J’ai vraiment cru qu’on allait tous mourir, enterrés vivants », raconte un rescapé.
par Alice Froussard
Journal
En Ukraine, les organisations internationales en mal de confiance
Depuis le début du conflit, la société civile ukrainienne s’est massivement mobilisée pour faire face à l’offensive russe. Alors que les organisations internationales sont critiquées, comme on l’a vu encore récemment avec Amnesty International, la plupart de l’aide humanitaire sur le terrain est fournie par des volontaires à bout de ressources.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Cornichon
Si mal jugé.
par C’est Nabum
Billet de blog
Une approche critique de la blanquette de veau
Un jour, je viens voir ma mère. Je mange avec ma mère. J’ai fait une petite blanquette, c’est dans la casserole, elle me dit et je lui dis que c’est chouette mais quand je regarde la casserole, c’est bizarre cette blanquette dans l’eau. On dirait qu’il manque quelque chose.
par noemi lefebvre
Billet de blog
Iel
De la nécessité d'écrire inclusif-ve...
par La Plume de Simone
Billet de blog
Avec mes potes, sur la dernière barricade
Avec les potes, on a tout ce qu’il faut pour (re)faire un monde. Et on se battra jusqu’à la dernière barricade, même si « la révolution n’est plus synonyme de barricades. Elle est un tout autre sujet, bien plus essentiel : elle implique de réorganiser la vie tout entière de la société ». Ce à quoi on s’emploie. Faire les cons, tout en faisant la révolution : ça va être grandiose. Ça l’est déjà.
par Mačko Dràgàn