le droit de rêver

               On commence à s'agiter, à l'approche des municipales, à Bordeaux comme dans les autres villes. Pour l'instant, la Presse s'interroge sur les chances de Nicolas Florian - propulsé aux affaires par le départ-surprise d'Alain Juppé et qui a reconduit une équipe qui ressemble comme deux gouttes d'eau à la précédente (Républicains + Modem) mais dont la cohésion n'est pas assurée. Sur celles du  marcheur parachuté, Thomas Cazenave - l'expression prise à la lettre n'a pas grand sens mais dit bien les paradoxes de la candidature de ce monsieur  qui va se heurter à des Modem qui sont pourtant des amis de son patron. L'un et l'autre se réclament d'Alain Juppé, normal  ! mais c'est quand même acrobatique si l'on sait qu'Edouard Philippe a pour "mentor" politique le même Juppé qui semble soutenir Nicolas Florian et appartient à la même famille politique que lui alors que notre bon premier ministre se doit de soutenir Thomas Cazenave.

               Vous me suivez ? Les sondages jouent aux montagnes russes. Ca monte et ça descend, comme le moral des uns et des autres. Qui est au pinacle, hier, (Florian) se retrouve en position médiocre aujourd'hui. Qui rêve de jouer les outsiders plafonne à un score minimaliste (Cazenave). Et l'opposition, dans tout ça ? Les Verts ont fait un score plus qu'honorable aux Européennes et se verraient bien à la tête de cette opposition, mais il leur faut bien trouver des alliés - l'ennui est qu' ils ne s'entendent pas toujours avec ceux qui pourraient logiquement faire partie de cette alliance. Les socialistes sont divisés, comme d'habitude ; les communistes sont en mode survie ; Vincent Feltesse ne sait plus très bien où il en est.

              Tous sont partants pour rendre Bordeaux, minéralisée par Juppé et quelques uns de ses conseillers, plus végétalisée. Cherche arbres désespérément ! et surtout où les planter .... Florian a une longueur d'avance puisque il a eu l'idée d'installer sur la place Pey Berland quelques arbres en pot que relient des morceaux de tissus, façon voiles, pour procurer un peu d'ombre et de fraîcheur sur cette place martyrisée par l'équipe précédente (la statue en bronze de Chaban, les trémies du parking dit Saint Christoly...). Ca coûte cher, dit l'opposition,  mais les gens adorent. Cazenave quant à lui ne connaît pas assez Bordeaux pour faire des propositions vraiment innovantes.

           Mais la lumière et l'espérance viennent du projet de Mathieu Rouveyre, le candidat socialiste, par ailleurs soldat courageux d'une union improbable des différents opposants. Une, non, deux idées parfaitement folles mais qui ont le mérite de faire rêver et sait-on jamais.... La première est de transformer la place des Quinconces - vous savez cette prétendue plus grande esplanade d'Europe dont les Bordelais sont si fiers  - et elle accueille, deux fois l'an, la Foire aux plaisirs, deux fois l'an aussi, la foire à la brocante, le Cirque Gruss, le Cirque Amar, et maintenant le spectacle de Bartabas, quelques concerts,  etc...(la place a horreur du vide, c'est bien connu) - la transformer donc en ferme urbaine - c'est vert, ça contribuera à un sacré îlot de fraîcheur, et ça apportera sa contribution à la nourriture des Bordelais qui ont, jusqu'à présent, vendu à tous les promoteurs du coin les terres maraîchères qui l'entouraient. Je trouve cette idée absolument géniale et propre à assurer la victoire de Mathieu Rouveyre, pour peu que les électeurs y réfléchissent un peu ! L'autre idée est de multiplier les piscines, le long du fleuve, les Bordelais ayant un peu épuisé le plaisir de patauger dans les quelques centimètres du miroir d'eau et les piscines traditionnelles étant notoirement insuffisantes -, histoire de mettre dans le bain le maximum de gens...

          Evidemment, il y a d'autres problèmes - celui du logement, celui de la circulation, celui de l'accueil des migrants. Et ce n'est pas rien. Nous aurons sûrement l'occasion d'en reparler. Qu'il nous suffise aujourd'hui d'avoir partagé cette bouffée d'air frais !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.