Il se passe quelque chose à Bordeaux et c'est pire !

                      Il fallait s'y attendre, les mots doux échangés entre le candidat LR et le candidat LREM, les serments faits par le LREM de faire mordre la poussière au maire sortant LR dont il fustigeait, à juste titre, l'incompétence notoire sont passés aux oubliettes - il aura suffi de quelques coups de fil des parrains qui tiennent à garder Bordeaux dans l'escarcelle de la droite pour que la réconciliation entre les deux concurrents soit présentée comme une heureuse solution. Solution, il faut le rappeler, qui ressemble furieusement aux accommodements de la politique d'avant.

                      Il fallait s'y attendre, la liste menée par Poutou se maintient - ah ! ça fait du bien de voir qu'il reste des vrais révolutionnaires, des qui ont bien médité sur les textes sacrés et à qui on ne la fera plus - des alliances ? jamais. Plutôt crever. Anticapitalistes, ils sont ; chercher à mettre en place une politique qui pourrait être différente de celle qui a été menée depuis....des lustres, ça ne les intéresse pas du tout - eux, c'est le système qu'ils veulent abattre. Alors que ce soit la droite ou les écolos alliés aux partis de gauche qui soit aux manettes, ils n'en ont rien à cirer !  A Bordeaux, ils vont mettre à bas le capitalisme, qu'on se le dise !

                       La liste Bordeaux Respire menée par Pierre Hurmic (EELV, PS, Rénovation, PCF, Nouvelle Donne, Place public et quelques autres) avait fait jeu égal avec celle du maire sortant. En s'unissant pour lui faire barrage, la droite et le représentant ont changé la donne. Les Insoumis et autres NPA, en se maintenant, leur font un super cadeau, sans doute au nom de leur lutte contre le capitalisme. Il reste une chance, c'est que les citoyens de la base se montrent plus clairvoyants que ceux qui prétendent les tenir par un pacte inepte.

                      "Le monde change, dit Hurmic, Bordeaux doit changer aussi."

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.