patrick rodel
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Bordeaux sur Garonne

Suivi par 165 abonnés

Billet de blog 9 janv. 2019

Une vie de soleil, Jean-Marie Planes

patrick rodel
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

                    Nous avions quitté Jean-Marie Planes, enfant, dans le Chemin de Macau (Arléa). Nous le retrouvons, avec le même bonheur, jeune adulte, dans Une vie de soleil (toujours chez Arléa) qui est une variation sur la mémoire, sur les mémoires qui s'entrecroisent, se superposent, se font écho. Eclats de mémoire. Planes nous donne ce qui pourrait être les fragments d'un journal intime. En a-t-il tenu un ? Je ne sais pas ; mais je sais que nombreux sont ceux qui redoutent qu'un tel journal existe qui ne manquerait pas de dévoiler quelques secrets et de décocher quelques flèches acérées sur ceux qui se croient protégés par leur pouvoir ou leur richesse. Malicieusement, Planes montre qu'en la matière il sait faire.

                     Dans Une vie de soleil, le prétexte peut sembler léger – les plages, le soleil, la mer, le farniente, les plaisirs. Mais qu'on ne s'y trompe pas ; Planes sait quel est le prix à payer pour cette insouciance passagère. Les fantômes des êtres aimés peuplent toujours l'évocation du passé – la silhouette du père vénéré, celle de la mère, de la sœur tant aimée, des amis, ceux qui lui furent fidèles, ceux qui l'abandonnèrent.

                    Pour qui vit à Bordeaux (même si Planes a fait quelques escapades à Ibiza ou à Madagascar), la mer n'est jamais loin, de l'île de Ré à la Côte basque, en passant par le Bassin d'Arcachon, le Pyla, côté riche, le Cap Ferret, côté snob. Aussi est-elle souvent mêlée aux jeux de l'enfance qui se poursuivent longtemps encore à l'âge adulte, jeux dans les vagues, jeux dans les dunes ; rêveries sur la Chambre d'Amour, souvenirs d'autres chambres également accueillantes mais moins tragiques. L'on peut même, à quelques mètres de la brisure des vagues, travailler presque sérieusement comme lorsque Jean-Marie Planes prépare, sur le sable, l'oral de l'agrégation ou corrige les copies de ses élèves du Lycée d'Arcachon. Et l'on y revient toujours, lors même que les rêves se sont évanouis.

                   Jean-Marie Planes, qui fut animateur des "jeudis et samedis littéraires",  président du Salon du livre de Bordeaux, a croisé, au cours de sa vie, bien des gens célèbres du monde des lettres ; quand il ne les a pas interrogés pour la presse ou la télévision, quand il n'a pas entretenu avec eux des relations d'amitiés, il a lu leurs livres et ils font partie de ses familiers ; il n'en tire aucune gloriole et les traite avec la même distance amusée qu'il réserve à des rencontres plus éphémères. A une exception près, qui nous vaut des pages pleines d'humour. Il est vrai qu'il s'agit de Marie Laforêt, dont Planes était amoureux quand il était adolescent (il n'était pas le seul...) et qu'une amie lui fait rencontrer, quelques cinquante ans plus tard. « Dans sa cuisine, surveillant la cuisson des tagliatelles, encouragée discrètement depuis la chambre par un enregistrement de Cecilia Bartoli, elle chantait l'aérienne aria de Haendel, Lascia la spina. Eh bien, quand on a vu, devant ses casseroles, cette dame aux yeux d'or, avec un tablier blanc et, dans la main, une cuillère en bois, quand on a entendu la voix de couleur grise/ qui s'élève au lointain du chant qui s'est perdu, si l'on en croit le professeur Tournesol dans Objectif lune, page 4, découvrant dans son « périscope stroboscopique » la terre à dix mille kilomètres de distance, « quand on a contemplé pareil spectacle, eh bien, on peut mourir ! » Tintin et les autres passagers sont moins pressés. » (page 44)

                    Qui peut, en quelques lignes, passer, comme en se jouant, d'Yves Bonnefoy évoquant Kathleen Ferrier à Marie Laforêt chantant en même temps que Cecilia Bartoli une aria de Haendel pour terminer sur une citation de Hergé, si ce n'est Jean-Marie Planes ? Alors que tant d'autres nous auraient assommés de dix pensums, son art tout de retenue et d 'élégance glisse sans appuyer. Les références de Planes montrent à l'envi sa liberté à l'égard des normes académiquement reconnues – la chanson, le cinéma, la bande dessinée, Mozart, Duras ou Julien Green, Rembrandt et l'Evangile, s'y côtoient en un mélange jubilatoire, en une insolente bousculade

                    La mort, pourtant, est toujours présente, la douleur aussi, mais sans que jamais elles soient l'occasion d'un apitoiement sur soi – l'autodérision vient ébaucher un sourire quand les larmes sont proches. Il est beau de penser encore au soleil quand les nuages s'accumulent et qu'on se retourne sur son passé - décidément, ce titre, Une vie de soleil, est une trouvaille

                    On annonce beaucoup de livres en ce début d'année, on fait, à grand renfort d'articles et même de décorations, la promotion de tel ou tel ; il serait dommage que cela nous empêche d'entendre une voix, celle de Planes, qui sans rien renier de la beauté des choses sait nous en dire la fragilité – grande tradition, certes, mais un peu malmenée par les temps qui viennent.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal
Verlaine Djeni, le drôle d’« ami » de Marine Le Pen et Rachel Khan
La candidate du RN et l’écrivaine macroniste ont déjeuné ensemble au domicile de la première, en avril 2021. Les deux femmes ont été mises en relation par ce blogueur d’extrême droite, ancien militant LR, condamné pour détournement de fonds publics.
par Michel Deléan
Journal — Migrations
Un passeur algérien raconte son « business » florissant
En 2021, de nombreuses personnes ont tenté de quitter l’Algérie et rejoindre l’Europe par la mer, débarquant à Almeria, Carthagène ou aux Baléares. Dans le sud de l’Espagne, Mediapart s’est s’entretenu longuement avec un de ces « guides » qui déposent les « harraga » (exilés) en un aller-retour. 
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès
Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes
Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves