"France, terre d'asile", histoire ordinaire d'une injonction à quitter le territoire

C'est l'histoire d'une famille originaire de Lybie. Le père est venu en France pour suivre des études de génie civil ; il avait obtenu pour ce faire un visa étudiant. Il est venu avec sa femme, ils avaient à l'époque un enfant. Au terme de ses études (master),  il a obtenu un CDI ; il fallait qu'il passe du statut d'étudiant à celui de salarié. Cela lui a été refusé. Le voilà donc sans travail, obligé pour faire vivre sa famille (deux enfants sont nés depuis) d'être chauffeur-livreur ; et dans l'obligation, depuis la fin janvier,  de quitter le territoire d'ici la fin du mois.

La fratrie est scolarisée à Bordeaux (maternelle et primaire) et la famille est très bien intégrée. Dans un premier temps, la maman n'a pas osé parler de cette situation aux autres mères de l'école, trop humiliée de devoir demander de l'aide. C'est maintenant chose faite. Les parents d'élèves et les enseignants des écoles Fieffé et Francin se mobilisent pour obtenir la suppression de cette injonction à quitter le territoire. Mais le temps presse. Renvoyer cette famille méritante dans un pays en guerre, c'est vraiment la condamner à mener une vie misérable et pleine de dangers, c'est couper les enfants de leur cercle d'amis pour les envoyer dans un pays dont ils ne comprendront pas la langue, c'est les priver des soins dont ils pourraient avoir besoin.

Ce cas est banal, je le sais. Et si les citoyens que nous sommes ne font rien, la famille quittera l'asile qu'elle croyait avoir trouvé chez nous pour un avenir tout à fait incertain. On ne peut pas laisser faire ça. Sans répit, il nous faut dénoncer ces décisions prises dans l'opacité la plus totale et l'indifférence absolue à l'égard des souffrances que l'on inflige à des êtres humains. Sans répit, il faut user de tous les moyens qui sont à notre disposition pour lutter contre cette trahison de l'idéal du droit d'asile, dont nous avions cru qu'il était au cœur de nos valeurs républicaines.

                 

                

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.