patrick rodel
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Bordeaux sur Garonne

Suivi par 165 abonnés

Billet de blog 13 mai 2022

A propos de deux livres récents

patrick rodel
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

                       Deux livres viennent de paraître aux Editions Confluences et dont j'ai grand plaisir à rendre compte. Ils appartiennent à des genres bien différents et c'est aussi une des raisons  pour lesquelles leur lecture m'a enchanté, un récit d'un côté, une biographie de l'autre.

                        C'est un très beau portrait de femme que Claire Jacquet (Claire Jacquet qui est directrice du FRAC (Fonds régional d'art contemporain MECA à Bordeaux) nous propose dans ce court récit, « Y », celui de sa grand-mère. Le titre est mystérieux, on en découvrira les différents niveaux de sens au fil de la lecture. Il est plein d'affection pour cette figure tutélaire et s'interroge sur ce qu'a pu être la vie d'une femme d'avant Le deuxième sexe. Une vie tout entière déterminée par l'image traditionnelle de la femme : épouse, mère, catholique pratiquante, et pratiquant les devoirs de sa classe sociale, soucieuse de son patrimoine ( on ne parlait pas encore de « matrimoine ») ; mère au foyer, certes, mais qui n'a guère mis la main à la pâte, aidée qu'elle était par une armée de domestiques. « Elle a un rapport à la vie biaisé », écrit Claire Jacquet.

                    Qu'en était-il de sa liberté intérieure ? Qu'est-ce qui lui appartenait en propre ? Qu'est-ce qu'elle pensait, par devers elle ? Il faut décrypter les signes de cette personnalité, de son originalité profonde, qui n'échappent pas à la tendre perspicacité de sa petite-fille – malgré leur ténuité – ainsi de sa volonté d'apparaître sur l'annonce du décès de son mari, non pas comme Mme Léon F. mais comme Mme Yvonne F.

                   Comment se maintient l'unicité d'une personne sous les contraintes du rôle que les traditions lui imposent, le problème est réel. « Elle a été la dernière digue du patriarcat, admettant la loi du père, du mari et des fils (…) Elle aura été la dernière digue. Après elle, tout va exploser. » On peut penser que les conditions de vie qui furent celles de 'bonne maman', privilégiées s'il en fut, ont sensiblement atténué les sacrifices qu'elle aurait pu être contrainte d'effectuer.

                    Le regard de Claire Jacquet est celui d'une femme de notre temps, elle ne peut s'empêcher de marquer, en italiques, son étonnement, ni d'employer parfois un vocabulaire familier qui tranche avec l'ambiance très aristo de la galerie de portraits de ses ancêtres. J'aime que le livre commence par des généalogies à la Prévert et finisse par des recettes de cake.

                    Le second livre est donc une biographie, "La vie de Félix Arnaudin". Qui mieux que Guy Latry pouvait nous raconter la vie de Félix Arnaudin, lui qui a consacré de nombreuses années à faire connaître l'oeuvre d'Arnaudin ? (Guy Latry est professeur émérite d'occitan à l'Université Bordeaux-Montaigne. Il est partie prenante dans la publication des OEuvres complètes d'Arnaudin et a édité son Journal et sa Correspondance). Le livre qu'il lui consacre est passionnant à plus d'un titre. Il analyse très finement la personnalité complexe de cet amoureux inconditionnel d'un pays, d'un paysage, d'une culture en pleine mutation. Arnaudin est né à Labouheyre en 1844 et il y restera viscéralement attaché, résistant aux sirènes de l'ascension sociale que permet la plantation de la forêt industrielle de pins décidée par le pouvoir napoléonien. « Avec le triomphe de l'arbre d'or, la lande découvre à la fois le capitalisme et l'exacerbation de la lutte des classes. »

                          Arnaudin arpentera en tous sens cette lande qu'il voit disparaître pour que subsistent des traces indélébiles de ceux qui y ont vécu et travaillé. Ce « chasseur » enfiévré de solitude est en même temps collecteur méthodique, possédé et savant, ethnologue et indigène, écrit Latry. La photographie est une aide précieuse pour cette enquête. Mais Arnaudin n'en reste pas là. Grâce à un réseau d'informateurs et surtout d'informatrices, il rassemble les contes qu'on se racontait le soir, à la veillée ; les chants qui animaient les fêtes et rendaient moins pénibles les travaux quotidiens. Travail d'ethnologue, de folkloriste ou de traditionniste ? Arnaudin est difficilement classable, parce qu'il puise dans son propre fonds de souvenirs et intervient parfois dans la transcription de ce qui était une culture purement orale. L'étude linguistique des différentes variantes de l'occitan parlées dans la lande retient particulièrement l'attention du professeur d'occitan qu'est Guy Latry. - et c'est un aspect très important de l'oeuvre d'Arnaudin.

                           Le destin d'Arnaudin est finalement tragique. S'il est reconnu par les spécialistes des disciplines où il s'illustre, il reste méconnu et incompris dans son propre milieu ; il se sent « déclassé », à tous les sens du terme, s'accroche à une réalité qui déjà n'est plus et finit, après la disparition de celle qui fut l'amour de sa vie, Marie, dans une pauvreté qui ne peut qu'augmenter son amertume et sa nostalgie. L'importance de ce qu'il a accompli ne sera reconnue que des années après sa mort grâce à la publication de ses œuvres complètes qui réserve tant de belles surprises. Le livre de Guy Latry en est l'introduction indispensable.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Fausse rétractation de Takieddine : sur la piste d’un « cabinet noir » au service de Sarkozy
L’enquête sur l’interview arrangée de Ziad Takieddine révèle les liens de plusieurs mis en cause avec le clan Sarkozy et leur volonté de « sauver » l’ancien président, mais aussi ses anciens collaborateurs, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert, également mis en examen dans l’affaire libyenne.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal — Terrorisme
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
Journal — Justice
À Marseille, des juges font reculer l’incarcération à la barre
L’aménagement de peine, par exemple le bracelet électronique, prononcé dès le jugement, est une possibilité qui n’avait jamais décollé avant 2020. Mais à Marseille, la nouvelle réforme de la justice et la volonté d’une poignée de magistrats ont inversé la tendance. Reportage.
par Feriel Alouti
Journal — Politique
Violences conjugales : le jugement qui condamne le candidat LREM Jérôme Peyrat
Investi par la majorité présidentielle malgré sa condamnation pour violences conjugales, l’ancien conseiller d’Emmanuel Macron continue de minimiser les faits. Mais le jugement rendu en septembre 2020 par le tribunal correctionnel d’Angoulême note que Jérôme Peyrat a « adapté sa version » aux stigmates, physiques et psychologiques, constatés sur son ex-compagne, ayant occasionné 14 jours d’ITT.
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
La comédie des catastrophes
Au Théâtre de la Bastille, le collectif l'Avantage du doute dresse un hilarant portrait de la société contemporaine pour mieux en révéler ses maux. De l’anthropocène au patriarcat, de la collapsologie aux comédiennes mères ou non, du besoin de tendresse des hommes, « Encore plus, partout, tout le temps » interroge les logiques de puissance et de rentabilité par le biais de l’intime.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Un poète palestinien : Tawfik Zayyad
Cette poésie simple, émouvante, populaire et tragique a circulé d'abord sous les tentes des camps de réfugiés, dans les prisons avant d'être lue, apprise et chantée dans toute la Palestine et dans tout le monde arabe.
par mohamed belaali
Billet de blog
La chanson sociale, comme levier d’empowerment Bernard Lavilliers en concert
Dans la veine de la chanson sociale française, l’artiste Bernard Lavilliers transmet depuis plusieurs décennies la mémoire longue des dominés, leurs souffrances, leurs richesses, la diversité des appartenances et propose dans ses narrations festives et musicales. Balzac disait que «Le cabaret est le Parlement du peuple ». En quoi la chanson sociale est-elle un levier de conscience politique ?
par Béatrice Mabilon-Bonfils
Billet de blog
La clique de « Kliniken » vue par Julie Duclos
Quinze ans après Jean-Louis Martinelli, Julie Duclos met en scène « Kliniken » du dramaturge suédois Lars Noren. Entre temps l’auteur est décédé (en 2021), entre temps les guerres en Europe ont continué en changeant de pays. Immuable, la salle commune de l’hôpital psychiatrique où se déroule la pièce semble jouer avec le temps. Troublant.
par jean-pierre thibaudat