Mineurs isolés, une initiative citoyenne à Bordeaux

On sait le problème des mineurs isolés et les réponses bien paresseuses des autorités. Des étudiants bordelais (ils sont 4) ont pris les choses en main, au niveau qui est le leur. Ils se sont installés dans un immeuble appartenant à la Région,  inoccupé depuis lurette, pour y accueillir 8 de ces mineurs qui sont à la rue.

On sait le problème des mineurs isolés et les réponses bien paresseuses des autorités. Des étudiants bordelais (ils sont 4) ont pris les choses en main, au niveau qui est le leur. Ils se sont installés dans un immeuble appartenant à la Région,  inoccupé depuis lurette, pour y accueillir 8 de ces mineurs qui sont à la rue. Ils n'ont pas fait ça tout seuls, ils ont cherché et obtenu le soutien de Médecins du monde, de la Cimade, de l'Asti, de la Ligue des Droits de l'Homme - ce qui n'est pas rien et témoigne du sérieux avec lequel ils mènent leur action.

Ils ont obtenu d'EDF que l'installation électrique soit sécurisée, ils ont réparé des canalisations d'eau percées, ils ont meublé quelques pièces tant bien que mal avec l'aide des uns et des autres, prévenu les gens du coin dont certains viennent leur donner un coup de main. Ils sont attentifs à ce qu'il n'y ait ni alcool ni drogue. La réponse peut sembler dérisoire, mais c'est toujours ça de fait et ils pensent pouvoir accueillir quelques mineurs supplémentaires.

On pourrait penser que les responsables régionaux  se réjouiraient d'une telle initiative ou tout du moins feraient mine de ne pas s'en apercevoir. Mais non, une procédure d'expulsion est en cours devant le tribunal administratif - ils n'ont pas perdu de temps - qui a ordonné une évaluation de salubrité. Les autorités se réfugient aussi derrière un louable souci de sécurité - il peut sembler pourtant évident que ces jeunes sont ici plus en sécurité que dans la rue.

Affaire à suivre.

(d'après un article de Xavier Sota paru dans Sud-Ouest, le 27 septembre)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.