Grand projet ferroviaire du Sud-Ouest (GPSO) : avis défavorable rendu par la commission d’enquête publique

"Les projets de lignes à grande vitesse Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax s’en remettront-ils ? L’avis défavorable à la déclaration d’intérêt public, indispensable à leur construction, rendu ce lundi par la commission d’enquête publique, se fonde sur un rapport accablant pour le grand projet ferroviaire du Sud-Ouest (GPSO)."

 

 

"« Impacts sur l’environnement insuffisamment pris en compte », « rentabilité socio-économique insuffisante », « financement public incertain », « alternatives à la grande vitesse insuffisamment explorées »… C’est à la TNT que la commission d’enquête publique fait dérailler les projets de ligne à grande vitesse (LGV) Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax.

 

A l’issue de trois mois d’étude des conclusions de l’enquête publique, qui s’est déroulée du 14 octobre 2014 au 8 décembre 2014, ses 21 membres ont rendu ce lundi au préfet d’Aquitaine un avis défavorable à la déclaration d’utilité publique.

 

Et sans DUP, le projet est gelé. Le gouvernement a jusqu’au 18 juin 2016, pour se prononcer, après avis du Conseil d’État, sur la déclaration d’utilité de ce projet estimé à 8,3 milliards d’euros. Mais on voit mal aujourd’hui comment il pourrait passer outre les conclusions accablantes de la commission."

(...)

 

Sur ce sujet les politiques par contre sont dans un grand consensus, quel que soit le parti...on ne se le tient jamais pour dit....

 

"Alain Rousset, Martin Malvy, Alain Juppé et Jean-Luc Moudenc prennent acte « avec regret » de l’avis défavorable rendu par la commission d’enquête.

« A l’évidence, cet avis est “dans l’air du temps” défavorable aux grands projets d’investissements pourtant indispensables pour relancer l’économie de notre pays et préparer notre avenir. Nous nous sommes engagés il y a plusieurs années, en partenariat avec l’Etat, la SNCF et RFF, sur un projet de désenclavement ferroviaire du Sud-Ouest de la France (…). Nous ne pouvons pas aujourd’hui imaginer que ce projet soit tronqué et qu’il n’en demeure que l’axe Paris-Bordeaux dont les aménagements s’achèvent et dont la justification passe par son prolongement vers l’Espagne (…). Nous nous refusons d’envisager que l’avis de la commission (…) signifie la remise en cause du projet. C’est la raison pour laquelle nous avons cet après-midi demandé audience à Monsieur Vidalies, secrétaire d’Etat aux transports, afin d’envisager avec lui les suites à donner à l’avis rendu par la commission d’enquête. »

 

Lire l'article complet sur le site de Rue89Bordeaux en cliquant ici !

http://rue89bordeaux.com/2015/03/gpso-les-lignes-a-grande-vitesse-deraillent/

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.