SEL: Système d’Echange Local

Le SEL est né d’un malheureux constat :Ravages dans l’humanité, nous ne parvenons plus à voir ce qui se passe ici chez nous  (F. Terris).Qu’est-ce qu’un SEL ?

Le SEL est né d’un malheureux constat :

Ravages dans l’humanité, nous ne parvenons plus à voir ce qui se passe ici chez nous  (F. Terris).

Qu’est-ce qu’un SEL ? Un groupe de personnes qui pratiquent l’échange multilatéral de biens, de services et de savoirs, sans monnaie

SEL en Durance  

  • Je suis membre de ce SEL qui regroupe des citoyens de Pertuis et d’Aix-en-Provence, soit 150 membres. Les échanges sont comptés en référence en temps passé.

1 minute = 1 unité = 1 galet chez nous
Ex : si je donne une heure de soutien scolaire, je reçois 60 galets. Si je demande une heure pour désherber mon jardin, je donne 60 galets. Cette comptabilité est gérée sur papier et par informatique.

  • Une fois par trimestre est organisée une bourse locale d’échange où l’on peut se procurer vêtements, livres … moyennant galets. C’est un moment très convivial avec un repas partagé.
  • Une fois par trimestre également un inter-SEL régional est organisé, ce qui est enrichissant pour chacun.

But de notre SEL

  • Pour certains : subvenir à leurs besoins sans avoir à donner de l’argent.
  • Pour d’autres :
    •   
    • Acte militant contre l’inégalité et la misère,
    • Création d’un réseau de solidarité,
    • Expérimenter des voies alternatives au système économique dominant,
    • Possibilité de devenir utile à un groupe.

Dans le SEL, je ressens une certaine volonté d’améliorer son quotidien, de conduire le monde vers une société plus équitable, plus humaine. La route est longue, elle est pavée du respect de la liberté d’autrui et de tolérance.

En complément du SEL local, nous avons une association internationale.

La Route des SEL

Cette association a pour but : favoriser les rencontres entre adhérents des SEL en utilisant leurs possibilités d’hébergement. C’est l’idée d’échange qui nous mobilise.

La route des SEL ne peut exister que parce les « Seliens » ouvrent leurs portes.

Il est édité chaque année un catalogue avec la liste de tous les hébergements dans l’Europe entière. En France chaque « Selien » peut avoir une ou plusieurs nuitées à Marseille, Srasbourg, Paris, Brest… pour soixante unités SEL (galets chez nous) la nuitée. Il y a 2000 adhérents en France.

La route des SELS, comme le SEL, est un pari de confiance, de dialogue. C’est un état d’esprit.

Aller à la rencontre de l’autre est riche en découverte de modes de vie différents.

Andrée Chabaud

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.