Billet de blog 12 févr. 2012

BGL

BGL

Abonné·e de Mediapart

LES INDIGNE-E-S D'AIX REELLE DEMOCRATIE MAINTENANT par eux-mêmes

D'où venons-nous, comment nous définir, qu'avons-nous fait ?

BGL

BGL

Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

D'où venons-nous, comment nous définir, qu'avons-nous fait ?

D’où venons-nous ?

Du printemps des peuples arabes à « Democratie Real Ya » du 15 mai (15M) en Espagne en passant par « Occupy Wall Street » le mouvement dit des « Indigné-e-s » essaime à travers le monde… jusqu’à Aix

Parce que partout nous voulons sortir de la logique où l’argent, la finance, le productivisme aliènent les êtres humains et les réduisent à des marchandises, détruisent nos écosystèmes et mettent en cause le devenir des jeunes générations et des suivantes…

Parce que le toujours plus n’est pas mieux et parce que « l’avoir » nous fait perdre « l’être » et nos « savoirs faire » dans cette société du jetable. Face à cette globalisation uniforme mortifère nous voulons retrouver nos racines, la décence, les limites à travers une sobriété joyeuse et réapprendre à se parler pour renouer les liens qui seuls libèrent.

Comment nous définir ?

Nous sommes un mouvement horizontal, où il n’y a ni chef, ni porte parole, où chacun(e) est différente et où chacun(e) a sa place

Nous sommes vous et ensemble nous sommes les 99%, nous n’avons pas « la solution », ni « le programme clé en main », ni de « schéma pré établi ».

Nous agissons dans une démarche ascendantenon violente pour penser à nouveau « le faire ensemble ». Nous le ferons à travers des débats contradictoires parce que les 99% ne sont pas un bloc monolithique et parce que différent(e)s nous sommes égaux.

Nous le ferons à partir de « ce n’est pas ta solution, ce n’est pas davantage la mienne » mais ensemble discutons sur un pied d’égalité pour trouver un point d’équilibre que nous mettrons à nouveau en ex(s)périmentation… 

Nous construirons ainsi notre chemin en marchant et sur la durée, à partir de ce qui nous affecte au quotidien dans notre immeuble, nos quartiers, nos lieux de travail, nos précarités, notre cité…

Nous voulons vaincre les peurs et les représentations dues au formatage des esprits pour aller à la rencontre de l’Autre, pour accueillir/recueillir sa parole et la faire vivre ensemble, parce qu’aucune culture n’est supérieure à l’autre nous voulons faire vivre le métissage. Ces différences sont sources de vie et permettent, ensemble, de libérer nos potentialités et notre puissance d’agir pour faire par nous-mêmes.

Nous voulons relever la tête, retrouver notre dignité, prendre le temps de rêver, de créer pour faire autrement et autre chose, pour redonner sens à nos vies parce que nous aimons la vie.

Nous nous situons dans une logique de partage, de coopération, de gratuité, d’échange sur un pied d’égalité, de proximité, d’écoute, de liberté,…

Nous voulons nous auto-organiser, nous réapproprier l’espace public et nos affaires au quotidien. Cette réappropriation collective est fondée sur l’usage, l’entretien et la restitution, puisque nous ne sommes que de passage, soyons des passeurs/ses !

Sur ces fondations partagées nous reconstruirons notre maison commune et nos communs:

Un toit c’est un droit, comme celui de se nourrir sainement et de proximité, de vivre dignement de son travail/activité, de vivre en bonne santé physique et psychique, et lorsque cela devient nécessaire celui de se soigner selon « de chacun selon ses possibilités, à chacun selon ses besoins », celui d’aller à l’école pour se forger un esprit critique, de se cultiver, celui d’avoir accès gratuitement pour les besoins de base à l’eau, aux transports, à l’énergie,… et aussi celui de se réunir, de débattre, de construire et de porter ensemble les possibles…

Nous ferons vivre la démocratie dans le cadre d’un mouvement par essence jamais fini, parce qu’elle est fragile, sans cesse en danger, toujours en devenir, elle doit être l’affaire des 99%. Notre émancipation, individuelle et collective, en est le point d’appui et le levier. L’égalité son principe

Qu’avons-nous fait ?

La cuisine solidaire et auto organisée à partir des produits de proximité fournis par des agriculteurs qui travaillent en culture biologique et autour de celle-ci nous voulons mettre en place une coopérative d’entraide car il s’agit de faire vivre concrètement notre solidarité, ainsi qu’une monnaie locale : « l’allumette ».

Nous continuerons, avec vous, à aller à la rencontre des gens dans les quartiers pour faire vivre ensemble la parole d’en bas et (re)faire une société humaine, et aussi devant différents lieux après « Pôle emploi », la CAF, les centres de sécurité sociale,…

Nous avons inscrit samedi 21 janvier dernier « le revenu INCONDITIONNEL d’existence » parmi le « ce que nous voulons » de notre mouvement parce qu’il est une pierre essentielle dans une démarche d’émancipation des êtres humains d’ici et de là-bas…

Le reste nous le ferons ensemble…

Réunissons-nous le mercredi à partir de 17 heures
et le samedi à partir de 15 heures au bas du Cours Mirabeau devant la statue des Arts et de l’Industrie

Nos décisions sont prises en Assemblée Populaire

http://aixreelledemocratie.jimdo.com

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
#MeToo, 5 ans après : notre émission spéciale
Le 5 octobre 2017, un mot-dièse va faire le tour de la planète : #MeToo (« moi aussi »), une expression pour dire haut et fort les violences sexistes et sexuelles. Cinq ans plus tard, les rapports de domination, de pouvoir, ont-ils vraiment changé ?
par À l’air libre
Journal
MeToo, plus de cinq ans d’enquêtes
Parmi les centaines d’articles publiés et émissions réalisées par Mediapart, ce dossier rassemble une sélection d’enquêtes marquantes, du monde du travail à celui de la musique, de la politique au cinéma, et fait la chronique des défaillances de la justice.
par La rédaction de Mediapart
Journal
Face aux affaires, l’opposition s’indigne, l’exécutif se terre
Les dernières mises en cause par la justice de deux figures du pouvoir, Alexis Kohler et Éric Dupond-Moretti, sont venues perturber mardi la rentrée parlementaire. Face à des oppositions plus ou moins véhémentes, l’exécutif et la majorité en disent le moins possible, en espérant que la tempête passe.
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Exécutif
Kohler, Dupond-Moretti : et soudain, il ne se passa rien
Le président de la République n’a pas jugé nécessaire de réagir après l’annonce du procès à venir de son ministre de la justice et de la mise en examen de son bras droit. Il mise sur le relatif silence des médias. Et ne s’y trompe pas.
par Michaël Hajdenberg

La sélection du Club

Billet de blog
L'Italie post-fasciste : en marche vers le passé
La victoire du post-fascisme, déflagration annoncée, menace nos systèmes démocratiques imparfaits et l'Europe qui subit une guerre de conquête et un bouleversement interne avec ces extrêmes-droites qui accèdent au pouvoir. Faut-il attendre les catastrophes pour crier ? La remise en cause de vieux réflexes ne demandent-elles pas une actualisation pour agir sur notre époque sans se renier ?
par Georges-André
Billet de blog
Ouvrir les yeux sur le fascisme qui vient
Un peu partout, « la loi et l’ordre » s’imposent, sous une forme directement inspirée des années 40 comme Italie, ou de façon plus insidieuse, comme chez nous. De L’écofascisme au post-fascisme en passant par l’autoritarisme policier ultra-libéral, c’est cinquante nuances de brun. Et il va falloir commencer à sérieusement s’en inquiéter, si on ne veut pas voir nos gosses grandir au son des bottes.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
La grande nostalgie
Les nostalgiques de l'ère fasciste s'en donnent à cœur joie pour ressortir les reliques de l'époque. Dimanche matin à Porta Portese, le plus grand marché aux puces de la capitale, j'ai trouvé un choix impressionnant de memorabilia de l'ère Mussolini.
par D Magada
Billet de blog
Après les élections, vers le post-fascisme
Aujourd'hui, en Italie, l'institutionnalisation du fascisme va porter l'agression raciste et patriarcale à un niveau supérieur. Avec cette combinaison du fascisme et de la technocratie, le gouvernement Meloni ne sera probablement pas simplement un gouvernement Draghi plus raciste. Nous verrons dans quelle mesure les alliances internationales, l'Union européenne et la Présidence de la République pourront limiter et contenir les dégâts. 
par Bruno Montesano