Compte désactivé

Compte désactivé

Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Cent Paroles d’Aix, journal local alternatif

Suivi par 73 abonnés

Billet de blog 23 août 2011

Compte désactivé

Compte désactivé

Abonné·e de Mediapart

Mais non, les Indignés ne sont pas morts ! La grande Marche des Indignés vers Bruxelles Détermination et répression

Non, cette belle aventure qui a commencé au printemps n’est pas morte. Certes les étudiants d’Aix comme ceux d’ailleurs ont eu à passer leurs examens, certes beaucoup d’entre eux et d’entre nous sont partis en vacances, certes vous ne trouverez dans la presse nulle mention des Indignés. Et pourtant …

Compte désactivé

Compte désactivé

Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Non, cette belle aventure qui a commencé au printemps n’est pas morte. Certes les étudiants d’Aix comme ceux d’ailleurs ont eu à passer leurs examens, certes beaucoup d’entre eux et d’entre nous sont partis en vacances, certes vous ne trouverez dans la presse nulle mention des Indignés. Et pourtant … Au plan national et international, ça bouge beaucoup et la détermination demeure. Mais Cent Paroles ne se laissera pas engluer dans ce silence général. Voici donc des nouvelles, les plus fraîches possible, des Indignés, bien vivants.

Dans un mail du 23 juillet 2011, les Indignés d’Aix nous invitaient à suivre, le jour même à 20h30 sur la petite radio < knowledge-tv.com>,[1] l’émission « regroupant les témoignages d’Indignés de Metz, d’Avignon et d’Aix-en-Provence, ainsi que des organisateurs de la marche des Indignés sur Paris. » Je me souvenais très bien du soir où ces reporters de la petite station « knowledge » étaient venus interviewer les Indignés d’Aix (le 12 juin exactement) sur leur trottoir devant la statue de l’Industrie et des Arts Décoratifs à la Rotonde.

L’émission, qui a duré quelques deux bonnes heures, était fort intéressante et rendait très bien compte des opinions qui avaient été émises, en tout cas dans notre groupe, ce jour-là. Elle comportait deux grandes parties : la première était consacrée à la grande marche vers Bruxelles et la deuxième aux interviews.

Cette émission est le point de départ de plusieurs articles.

· Le premier (celui-ci) traitera de la grande marche des Indignés vers Bruxelles, telle qu’annoncée dans l’émission par les organisateurs français, son but et la répression dont elle commence à être l’objet à Bruxelles

· Le deuxième est un article de fonds sur le mouvement des Indignés tel qu’il se dessine de mieux en mieux au fil des rencontres, des interviews, des actions menées. Qu’est-ce qui fait se dresser les Indignés et les fait se mettre en route ? Quels sont leurs espoirs, leurs analyses, leurs valeurs (à travers l’émission citée, notre expérience aixoise et leurs déclarations, interviews et actions au cours de l’été qu'on retrouve sur les sites qui leur sont consacrés et sur ceux qui accompagnent et commentent la Marche, dans lesquels ils s’expriment aussi abondamment).

· Le troisième essaiera de vous faire vivre la marche en direct, « sur le terrain » (au sens propre !) Nous essaierons de suivre du mieux possible cette aventure.

  • La grande marche des Indignés vers Bruxelles

Le mouvement « Democracia Real Ya ! » (Une démocratie réelle maintenant !) s’organise autour de deux axes de revendications : régénération démocratique du système politique et défense d’une politique sociale. Il s’agit d’une véritable mobilisation citoyenne totalement indépendante et autogérée.

Dans la dynamique choisie par les Indignados de rejoindre les quartiers, d’entreprendre des marches vers d’autres villes pour aller au-devant de tous et ouvrir la discussion à tous, une partie d’entre eux a décidé d’entreprendre une grande marche vers Bruxelles en passant par la France :

Un groupe d’une cinquantaine « d’Indignés » espagnols a quitté mardi Madrid à pied pour Bruxelles, soit un parcours d’environ 1.500 kilomètres, pour faire entendre leur message à travers l’Europe. La plupart des manifestants étaient arrivés ce week-end à Madrid, déjà à pied, après avoir parcouru plusieurs centaines de kilomètres depuis différentes régions d’Espagne.

« Du nord au sud, de l’est à l’ouest, le combat continue, peu importe ce qu’il coûte », scandaient les manifestants en quittant la place de la Puerta del Sol, sous un soleil brûlant et les applaudissements de leurs sympathisants http://www.unefois.be/portail/groups/la-grande-marche/

Selon le sitehttp://www.scoop.it/t/belgian-revolutionil semblerait qu’un mois après avoir levé le camp de la Puerta del Sol, le mouvement de protestation né le 15 mai dernier veuille dépasser la seule indignation pour devenir force de proposition.

"À Bruxelles pour un monde plus humain", "Peuples d'Europe levez-vous" proclamaient les banderoles. Leur plan de route prévoit une moyenne de 24 kilomètres par jour pour arriver à Bruxelles,après avoir, notamment, traversé la France.

« Nous allons informer les Européens sur notre mouvement, nous voulons qu'ils nous rejoignent", expliquait hier à notre confrère de l'agence Belga, Enrique, 32 ans, qui a parcouru 600 kilomètres à pied entre Barcelone et Madrid pour participer à la manifestation des "Indignés", dimanche dans la capitale.

« Nous allons continuer, devenir plus forts, nous allons nous unir avec l'Europe parce que les problèmes auxquels nous faisons face sont globaux. Ils existent aussi à Paris, Montpellier, Bruxelles" ajoutait Enrique, qui a quitté un travail saisonnier pour rejoindre les Indignés.

Pour Leire, qui, elle, a participé à l’une des précédentes marches d’Indignés qui,pendant un mois, ont parcouru l’Espagne pour rejoindre la capitale le 23 juillet dernier, le défi est de trouver les moyens de poursuivre son action sans s’essouffler.

Le but, désormais, est de passer de l’indignation à la proposition d’une véritable alternative. Le défi est de taille, et pour le relever, la créativité et la ténacité des Indignés seront plus que nécessaires.

L'arrivée à Paris est prévue le 17 septembre 2011.Les Indignés espèrent arriver pour le 8 octobre 2011 à Buxelles, pour une journée de protestation devant la commission européenne et pour préparer la mobilisation mondiale du 15 octobre.

Il y aurait un groupe qui serait arrivé à Barcelone le mercredi 17 juillet. Des marches sont donc parties de Madrid et de Barcelone, d’autres seraient parties également d’Aix-la Chapelle, Lisbonne, Vienne, Londres, de villes de Hollande et d’Italie. Les Indignés français ont décidé de s’y rallier : partis de Toulouse le 23 juillet, ils devaient rejoindre les Espagnols à Paris. Ils n’ont pas déposé le parcours (pour éviter d’avoir à le faire pour chacune des communes traversées) mais ils ont préparé les lieux avec sanitaires etc. Une journée complète d’arrêt est prévue à Paris, car le mouvement de Paris est le plus important de France. Il y aura soit un campement, soit une manifestation, soit une rencontre avec débat. Ça se décidera au dernier moment. Le 17 septembre à Bruxelles, il y aura occupation de places, campements, manifestations, cela dépendra aussi de la réponse sécuritaire qui leur sera opposée.

  • Quel est le but de cette grande marche ?

Cette marche vers Bruxelles, (qu’un site qualifie de : le chemin de Compostelle des Indignés espagnols » !), a pour but de réclamer la démocratie directe en Europe. Elle dénonce le monopole des technocrates non élus, des oligarchies politiques qui détiennent tous les pouvoirs et elle exige leur départ. Les Indignés appellent donc partout en France à l’organisation de rassemblements et d’occupations pacifiques des places publiques pour rappeler à nos gouvernants que le seul souverain, c’est le peuple !

Ils appellent chacun à devenir acteur de cette dynamique de changement, à les rejoindre pour marcher ou à participer aux assemblées, débats, échanges et activités proposéslors des différentes étapes.

Pour exister cet événement à besoin de la contribution de chacun de nous

Pour une réelle démocratie maintenant !

Tel est le projet clairement énoncé sur la plupart des sites relayant la marche ; cet extrait provient du site : http://roadtobrussels.blogspot.com/p/presentation.html)

Ils veulent donner à cet événement une ampleur énorme, européenne. Quand on leur demande à quelle réponse du système ils s’attendent, ils répondent qu’ils ne font que défendre les Droits de l’Homme tels que formulés en 1948 par Stéphane Hessel entre autres et inscrits dans la constitution de 1958 et dénoncer ce qui s’y oppose : par exemple on fait évacuer des logements occupés,les campements sur les places à Madrid, à Poitiers »

« Ce qui peut nous sauver, c’est la masse » disent-ils encore.

Leur posture sera de contourner ou de s’arrêter si on ne les laisse pas passer. Ils misent sur le fait que si le système va jusque-là, il risque le ridicule . Mais j’objecterai que dans notre système actuel (et en France en particulier !), il y a longtemps que le ridicule ne tue plus !!! C’est ce qui s’est d’ailleurs passé à Bruxelles le 21 juillet 2011 où de gentils Indignés se sont fait cueillir à la gare et arrêter avant d’avoir eu le temps de rencontrer qui que ce soit dans cette ville. Il semblerait qu’en Belgique, les Indignés dérangent beaucoup et que cette marche soit un coup de pub dont nos voisins se passeraient bien !!! On trouvera ici une video désopilante (si ce n’était si triste) où ces Indignés, arrêtés pour « troubles à l’ordre public », témoignent : http://www.unefois.be/portail/groups/la-grande-marche/

  • La repression à Bruxelles

Voici quelque extraits de leurs témoignages écrits : Que la liberté d’expression ait ete bafouée c’est ce qui me dérange le plus….je portais un t-shirt avec la phrase de Gandhi « sois le changement que tu veux voir dans ce monde » et voilà que je me fais arrêter !!! je ne sais pas encore pourquoi car la police ne m’a rien dit a ce sujet….ils m’ont simplement dit en parlant du tshirt

« celui-là on le garde » j’ai alors répondu « lisez au moins ce qu’il y a d’écrit »

et je compte bien être le changement que je veux voir dans ce monde. Le premier que je revendique, est de pouvoir circuler librement dans Bruxelles et pouvoir afficher mes opinions.

dès demain j’y retourne …

21 juillet 2011, fête nationale à Bruxelles :

Aujourd’hui, nous avons voulu aller à la rencontre d’amis de Liège, Bruxelles et Namur, amis Indignés assez courageux pour vouloir se rendre à Bruxelles Centre le jour de la Fête Nationale pour faire quelques actions ludiques et festives: porter des t-shirts faits maison disant « Erreur 404, Gouvernement pas trouvé», (cela fera 404 jours que la Belgique n’a officiellement pas de gouvernement), porter des nez de clown, et distribuer quelques tracts pacifistes. (Après tout, même le Roi estindigné au point de refuser la fête !)

Nous devions rencontrer des amis près du Palais de Justice, mais dès notre arrivée, respectivement à la Gare Centrale (11h) et à la Rue de la Régence (12h45), nous nous sommes fait tous arrêter. Pris par surprise, soudain encerclés par des dizaines de policiers en uniforme ou en civil, nous n’avons plus eu le droit, devant les yeux de centaines de passants, ni de fumer, ni de téléphoner. On a mis des menottes en plastique à tout le monde. Aux « Pourquoi ? » j’ai entendu répondre : « Votre t-shirt, vous manifestez ! ».

Un peu plus tard, une personne est arrêtée pour avoir des feuillets, distribués à des passants. Lorsqu’elle se voit confisquer son sac, d’autres interviennent et se font embarquer également. Dans la camionnette, un policier dit : « Pourquoi vous, les Espagnols, vous venez foutre la merde partout ? » et lance une insulte dans un espagnol parfait. Nous sommes embarqués au Commissariat Central, dit l’Amigo.

Nous attendons à tour de rôle pour être fouillés, photographiés, fichés.

Nous sommes tous restés très calmes, souriants même. Suite aux demandes de renseignements on entend plusieurs : « Parce que vous avez foutu la merde. »

Ensuite, nous sommes emmenés dans les cellules, hommes et femmes séparés. Une jeune femme y avait déjà passé deux longues heures seule. Son délit ? Etre descendue du train venant de Liège avec quelques amis. Heureusement nous nous sommes trouvées à sept dans la même cellule. Pour toutes les femmes, c’était la première fois en garde à vue.

Certaines ont été fouillées entièrement, d’autres ont eu droit à une fouille de sécurité. Nous sommes toutes privées de nos sacs, vestes, ceintures, sous-vêtements, collants, bijoux et tout autre objet personnel.

La cellule ? C’est 2 mètres sur 5, carrelage par terre, le sol en pente. Il y a des traces de souillure partout. Il n’y a ni couverture ni matelas, ils ont été retirés à notre arrivée. Un WC derrière un muret, on doit demander en frappant à la porte pour qu’un policier tire la chasse de l’extérieur et qu’on nous passe un morceau de papier WC. On nous a dit qu’on restera jusqu’à la fin de la « fête ».

Une femme a la maladie de Crohn, mais elle a faim donc elle mange un morceau de gaufre. Elle a très mal au ventre. On lui interdit l’accès à son médicament.

Une femme est habillée de short et petit t-shirt, elle a très froid. A deux reprises, nous demandons une couverture: « Non, vous allez la déchirer ».

Les femmes ont été enfermées à sept, et les hommes à neuf durant cinq, six ou sept heures pour délit de t-shirt, délit de train, délit de mauvais endroit à la mauvaise heure, et délit d’idées. On nous a dit : « Vous pouvez manifester tous les jours de l’année, mais pas le 21 juillet. » Pourtant, nous n’avons pas manifesté ? Les nez de clown ont été gardés par la police, comme preuves de danger public. Les t-shirts aussi…

Nous avons été arrêtés pour avoir des idées. L’ idée du jour? Se balader lors de la fête nationale de manière pacifique et ludique (nez de clown, t-shirts humoristiques), et parler du fait que depuis 404 jours nous n’avons pas de gouvernement et qu’il est peut-être temps de réfléchir à une alternative.

Nous n’avons pas reçu de numéro ou de copie de PV. Leur motif: “Vous avez 364 jours pour manifester, pas aujourd’hui!” La nation s’est-elle encore passée du peuple?

Nous n’avons reçu aucun document, lorsque, entre 18 et 19 heures, nous avons tous été relâchés.

(Texte provisoire, approuvé par 5 des 7 femmes en détention administrative le 21 juillet)

http://www.unefois.be/portail/blog/2011/07/25/21-juillet-2011-erreur-404-liberte-d%e2%80%99expression-not-found/

Tout cela est aussi grave que ridicule en effet … Les Indignés dérangent beaucoup et la grande marche n’est pas du goût de tout le monde …

Voici le communiqué de presse du mouvement des Indignés suite à ces arrestations abusives du 21 juillet 2011 :

Ce 21 juillet, 16 personnes faisant partie ou soupçonnées de faire partie du mouvement des Indignés (mouvement de réappropriation de l’espace public et de reprise d’une parole politique confisquée), ont été arrêtées administrativement. Quatre Indignés liégeois qui ont rejoint Bruxelles en train ont été suivis par la Police dès la gare de Liège-Palais. Arrivés à la gare centrale, ils ont à peine eu le temps d’en sortir que la Police les a arrêtés pour « trouble de l’ordre public »… Quel était-il, alors que ces personnes descendaient juste du train ?

Quant à l’arrestation des Indignés namurois, les raisons étaient aussi floues : « présence de tracts », ou « t-shirts ». De quel délit s’agit-il ? Nous remarquons dès lors que cette arrestation était non motivée et portait également atteinte aux droits fondamentaux de libre expression.Le déroulement des arrestations a été on ne peut plus chaotique : refus de donner un médicament (présent dans le sac de la personne), pas de délivrance de PV, insultes racistes, mises à nu pour fouilles corporelles (pour certains hommes et certaines femmes) et prises de photos (ce qui n’est pas autorisé dans le cadre d’une arrestation administrative), etc.

Suite à ces arrestations abusives, nous ne pouvons réagir que vivement face à ces abus de pouvoir et ces dérives policières ne respectant ni les droits constitutionnels, ni les « Droits de l’Homme ».

ll en a été de même lors des manifestations d’Indignés les 19, 22 et 23 juin 2011 à Bruxelles : arrestations pour trouble de l’ordre public ciblées sur 42 personnes soupçonnées, parfois à tort, de faire partie du mouvement des Indignés.

Par ces pratiques, la Police se place délibérément au-dessus de la Loi.

Sommes nous tous des terroristes ?

Ces dérives graves, inhérentes à nos démocraties, ont été à plusieurs reprises dénoncées par la Ligue des Droits de l’Homme, des ONG comme Greenpeace et Amnesty International, ainsi que par de nombreux parlementaires européens et syndicalistes. Il ne s’agit pas d’un cas isolé ou d’une simple bavure mais d’une intention délibérée : cette répression s’inscrit dans le cadre de la criminalisation de l’action politique et du rétrécissement du champ de la liberté d’expression.

En France, les policiers surveillent les Indignés du coin de l’oeil[2] . À Bayonne, les forces de l’ordre sont opposées à toute installation de tentes malgré de fortes pluies. N’oublions pas les arrestations en juin à Paris ! http://www.millebabords.org/spip.php?article17900

Non le ridicule ne tue plus …Et si les médias taisent cet événement au peuple,le pouvoir, lui, est tout-à-fait au courant et prêt à faire taire les Indignés.

En tout cas ces derniers sont déterminés : « on ne nous empêchera pas d’aller jusqu’à Bruxelles ».

Ils sont prêts à tenir et proposent à chacun de participer selon ses envies et possibilités. Certains marcheront plus de temps. Parmi les Espagnols, il y a beaucoup de chômeurs ; en France aussi, donc nombreux sont les gens qui peuvent marcher longtemps !!! Toux ceux qui s’indignent ne peuvent pas marcher, mais toute aide est bienvenue. D’ailleurs tout au long de leur marche, ils sont bien accueillis (mieux à la campagne, dans les villages, que dans les villes écrivent certains dans les blogs) et ils comptent sur ce soutien tout au long du chemin …

D’après les différents sites qui relatent leur avancée, le mieux pour ceux qui ne peuvent ni marcher, ni les rejoindre, c’est de se tenir informé : à cet effet, nous avons listé pour vous, à la fin du troisième article à venir, quelques sites dont certains vous parlent de cette aventure en termes très vivants, avec photos, vidéos, des documents à la fois beaux et riches d’enseignement. C'est Bertold Brecht, qui tenait, comme principe de base à sa création théâtrale, à ce qu’on ait soin de montrer les pauvres et leur combat dans toute leur dimension esthétique…

Ne manquez pas notre prochain article sur « la grande marche sur le terrain au jour le jour : arrêt sur quelques images et évènements et mode d’emploi »


[1] http://www.knowledge-tv.com/kt%E2%80%8Bvr.html

[2] Vous aurez plus d’infos sur ce sujet dans notre troisième article)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Lula se présente en apaiseur des années Bolsonaro
Dimanche 2 octobre, les Brésiliens choisissent entre Jair Bolsonaro et Lula da Silva. Après un mandat marqué par les violences et une politique favorable aux plus riches, l'ancien chef d’état affirme vouloir réconcilier le pays. Avec l’espoir de l’emporter dès le premier tour.
par François Bougon
Journal — Santé
En ville, à la mer et à la montagne : là où se trouvent les oasis médicaux
Cause sans cesse perdue, la lutte contre les déserts médicaux masque une autre réalité : les médecins libéraux s’installent toujours plus nombreux comme spécialistes dans quelques zones privilégiées. Ils sont aussi toujours plus nombreux à pratiquer des dépassements d’honoraires.
par Caroline Coq-Chodorge et Donatien Huet
Journal — France
Télémédecine : derrière « Sauv Life », le business contestable d’un médecin de l’AP-HP
Pour désengorger les urgences, le ministre de la santé pousse les « unités mobiles de télémédecine », officiellement opérées par une association, Sauv Life, qui envoie, via le 15, des infirmiers dotés de mallettes de télémédecine au chevet des patients. En coulisses, cette expérimentation soulève des questions sur le niveau du service rendu, le coût et les procédures de commande publique. Contre-enquête sur un chouchou des médias.
par Stéphanie Fontaine
Journal — Terrorisme
Une section informatique aveugle à ses propres alertes
Dans les deux années précédant la tuerie à la préfecture de police, les alertes se sont multipliées au sein de la « S21 », la section où travaillait Mickaël Harpon. Sans jamais que cela ne porte à conséquence pour le futur terroriste.
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon
Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica
Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol