Fille de l’emblématique aventure de Longo maï, il est hors de question que Radio Zinzine Aix se laisse réduire au silence !

En cet après-midi d’été, par une chaleur suffocante, Fabrice, seul salarié de Radio Zinzine, et Wladimir Cerda, président de l’Association Aix-ensemble, nous reçoivent à Aix, pour nous raconter l’épopée (au sens propre ! ) de Radio Zinzine et la nouvelle qui vient de leur tomber sur la tête.

En cet après-midi d’été, par une chaleur suffocante, Fabrice, seul salarié de Radio Zinzine, et Wladimir Cerda, président de l’Association Aix-ensemble, nous reçoivent à Aix, pour nous raconter l’épopée (au sens propre ! ) de Radio Zinzine et la nouvelle qui vient de leur tomber sur la tête.


Une histoire peu banale : la naissance de Longo maï

En octobre 1972, se réunissent à Bâle des jeunes venus de 10 pays européens différents. Ils décident de créer des communautés européennes de jeunes. Pour cela ils exigent que les gouvernements de tous les pays d’Europe mettent à leur disposition « quelques kilomètres carrés – chacun sur son territoire - dans une de ces régions économiquement mortes et dépeuplées ». Dans leur résolution, ils décrivent ces communautés comme « zones expérimentales d’une Europe solidaire, pacifique et démocratique, pour une vie commune (sur la base de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme) et l’autosubsistance isue du travail dans l’agriculture et l’industrie (sur une base coopérative)…[Les communautés] ne sont pas des îles isolées, déclarent-ils. Elles sont les semences d’une Europe dans laquelle on n’échange pas que des marchandises mais des hommes, des idées et qui relie les peuples entre eux. »

Rémi, un des fondateurs du mouvement autrichien Spartakus (qui, avec le mouvement suisse Hydra, avec qui il vient d’unir ses forces, anime ce fameux congrès de fondation à Bâle) est originaire de Provence, il connaît l’ancien berger de Jean Giono, Pellegrin, qui l’aide à trouver un terrain à Limans. C’est sur ce terrain que les premiers « Villages Pionniers » ont été fondés et qu’ils ont pris le nom de Longo maï (vieux salut provençal qui signifie : « que cela dure longtemps »)[1]

Et depuis 1973, ils sont encore là !

 

Radio Zinzine : la radio à deux têtes

C’est là-bas qu’est créée Radio Zinzine, à partir de la première association dénommée  Zinzine (du nom de la colline où était le premier émetteur des coopératives agricoles communautaires de Longo maï), première radio FM sous Mitterrand, qui émet donc encore aujourd’hui, pour partie, de Limans (à côté de Forcalquier)… Les animateurs de Radio Zinzine Limans sont toujours issus de ce monde de coopératives agricoles et artisanales ; ils produisent des vins bios, de l’huile d’olive, ils font aussi de l’apiculture, ils ont une filature etc. dans une région qui connaît un fort exode rural, comme partout. Une partie d’entre eux habitent sur un même terrain et partagent les bénéfices. Le terrain est peu cher et ils en achètent en se cotisant pour réaliser des projets divers. Ce sont des gens qui se regroupent autour de projets communs et Radio Zinzine fut l’un de leurs premiers projets. Leur association compte aujourd’hui environ 150 membres.

 

Radio Zinzine Aix

Radio Zinzine Aix, la petite citadine, a vu le jour en 1998. Sa préhistoire ressemble étrangement à celle de Cent Paroles. L’association Aix Ensemble est un rassemblement de plusieurs associations, dont déjà la LDH et l’ATMF (comme Cent Paroles), la CIMADE, l’ASTI, l’AITE (aide aux Immigrés). En 97, l’Association Aix Ensemble partage Radio Zinzine avec Limans pour récupérer une fréquence d’antenne du Pays d’Aix supprimée par le CSA en 88. En 98 l’autorisation du CSA est donnée et à partir de là la programmation de Radio Zinzine Aix est assurée par Aix-Ensemble, qui commence à faire des émissions de développement culturel, avec également des informations locales et des informations sur les actions militantes.

 « On trouve un local près de l’IEP et on commence à créer une grille des programmes. On  profite de la création des emplois-jeunes pour constituer une équipe de permanents. (à l’époque,  il y a trois emplois-jeunes et trente bénévoles) », raconte Fabrice .

 

En 2000 une 2e équipe est créée avec toujours trois emplois-jeunes dont deux polyvalents. Au début, Fabrice est bénévole, puis bénéficie d’un contrat emploi solidarité (CES) puis, à son tour, d’un emploi-jeune ». À l’époque, la radio est financée à 99% 

 

Puis, au bout de quatre ans, plus d’emplois-jeunes.  Radio Zinzine se bat pour obtenir des subventions dégressives  sur trois ans (2004/2007). En 2007, plus rien. Les charges totales sont lourdes pour l’association, sans augmentation de subventions.

La radio reçoit : 9000 € du Département,5000 € de la Région, 36000 € des FSER (Fonds de Soutien à l’Expression Radiophonique) : taxe sur les grosses radios commerciales, prélevée une fois par an et qui alimente les radios associatives de catégorie A c’est-à-dire des  radios associatives libres, généralistes, sans publicité, ou ne dépassant pas, en tout cas, 20% du budget annuel (600 radios de catégorie A, en France).

 

Radio Zinzine Aix commence déjà une vie de nomade !

En 2002 le local est inondé et la radio doit quitter un local devenu insalubre. Radio Zinzine est nomade et le temps de trouver une solution, elle est hébergée par des associations amies : l’ASTI, les Oblats. Pendant un an, Radio Zinzine va de local en local, tout en cherchant partout (Mairie, Région, conseil Général) un endroit fixe pour installer son studio. Elle cherche des locaux qui ne servent à rien à Aix, jusqu’à ce qu’un conseiller municipal d’opposition (membre du Conseil Général) trouve, en 2003, le local actuel, appartenant au Conseil Général - 8, rue de la Molle :  100 m 2  qui ne servaient à rien !  (et d’où avait déménagé le CIO, Centre d' Information et d' Orientation) -  « Il nous dit : « Installez-vous ! On a fait un minimum de travaux, enchaîne Fabrice, pour renforcer les cloisons, l’insonorisation, on a fait un traitement acoustique, rajouté quatre portes.

Puis on a lancé la nouvelle grille des programmes» 


Mais la vie de Radio Zinzine continue à ne pas être un long fleuve tranquille !

Wladi reprend : « Dans l’immeuble au 8, rue de la Molle, le Conseil Général met en place au rez-de-chaussée – dont il est aussi en partie propriétaire - une première association, P.A.I.S, qui fait l’intermédiaire entre le Conseil Général, Aix Ensemble, et l’ADIL, (Association Départementale d’Information sur le logement), car le CG n’est pas propriétaire du bâtiment, mais uniquement du deuxième étage et d’une partie du rez de chaussée Nous sommes donc en lien avec Païs et depuis 2003, on demande chaque année une réunion de nos deux bureaux pour avoir une convention d’occupation en bonne et due forme

Chaque année elle est reportée de leur fait et cela jusqu’en 2010. Ils n’ont certainement pas l’autorisation de la part du Conseil Général de nous faire une convention ! »

Entre temps, entre 2002 et 2008, Radio Zinzine a essuyé trois licenciements économiques et Fabrice est le seul permanent.

Et tout d’un coup en 2009, coup de foudre dans un ciel serein , du jour au lendemain, le message :

« On met en vente le deuxième étage, prière de rendre les clefs… »  Abattement… Consternation…

« On n’arrive pas à les joindre, ils ne répondent pas au téléphone »

 

 Heureusement, Radio Zinzine, à l’image de son président, est une radio résiliente : pas question de rester les bras croisés.

« On rentre en résistance, on mobilise tous nos animateurs (référents d’un créneau horaire régulier sur la grille), c’est-à-dire 33 h/semaine de direct, du lundi au dimanche pour assurer l’antenne sur Aix 24 h/24. Pendant deux semaines, nous sommes présents nuit et jour pour animer et communiquer toutes les heures sur notre situation.  Ils nous coupent le courant , mais Fabrice trouve la parade et installe un jingle en continu. Toute cette histoire fait un  boucan  terrible », Wladi et Fabrice retrouvent le sourire. Et début 2010, la direction de l’Office du Patrimoine du Conseil Général des Bouches-du-Rhône se déplace pour négocier avec le bureau d’Aix Ensemble une convention d’occupation !

"La réunion a lieu, mais il n’en sort qu’une convention d’occupation annuelle précaire non renouvelable (ils continuent à mettre en vente avec visites de potentiels acheteurs etc.). Sans aucune autre proposition alternative, on signe, soupire Wladi, ce qui nous engage à partir début mai 2011.

En mai 2011, rappel ! On dit qu’on n’a rien trouvé. On a fait des recherches dans les parcs privés, dont on garde et présente les preuves. On ne trouve RIEN. On adresse des demandes à la mairie, à la CPA (Communauté du Pays d’Aix), à la Région, au Département.

Ils nous coupent à nouveau le courant et on refait du bruit.

Le Sextius Bar nous propose alors de venir émettre un jour par semaine durant 7h30, en direct de 18 h à 1h30 (on y est depuis un an). C’était une solution d’urgence, mais on y a rencontré nos auditeurs. Quand on fait des concerts, on passe des extraits des CD des artistes + leur interview + le concert en direct. (C’est un tremplin médiatique pour eux). Les DJ aussi, habitués du bar, appellent souvent pour savoir si on est là et pour connaître notre programme.

Mais les ennuis continuent : on nous coupe le câble d’alimentation avec le compteur EDF. Du coup, on essaie d’ouvrir le même compteur (jusque-là an nom du Conseil Général) au nom de l’association. À cette occasion, par téléphone on redit qu’on n’a rien trouvé et on s’entend répondre : « on vous comprend ! »  Du coup, on continue, un peu rassurés !!"


Dernier coup dur : le trois juillet dernier

« Nous recevons, alors que nous sommes à dix lieues de penser à ça, une lettre d’huissier qui stipule qu’il est mandaté par le Conseil Général pour nous informer qu’on est assigné le 10 juillet au TGI d’Aix pour occupation illégale de locaux. L’avocate d’Aix-Ensemble s’y est rendue et elle a obtenu un recours jusqu’au 28/8/2012, puis, dans un second temps, jusqu'au 11 septembre !

Nous allons y aller et défendre notre cause.

On vous tiendra informés.

Informez les autres.

Il faut défendre cette cause d’un média libre en danger ! »

 

Tel a été le message  livré à la fin par Wladi, qui se bat depuis de nombreuses années, avec courage et une grande conscience de militant, pour cette cause.

C’est ce que nous allons faire :  vous informer et vous donner les moyens de vous informer ! !

 

Écouter : Radio Zinzine sur 88.10 FM

Consuter : Radiozinzineaix.org

Vous lirez aussi avec intérêt l’article du Ravi : http://www.leravi.org/

Vous pourrez aussi consulter l’article de La Provence, du mercredi 8 ooût : « Zinzine Aix, future radio sans studio fixe »

Et aller signer la pétition pour sauver Radio Zinzine, qui en est déjà à plus de 2500 signatures :

https://www.lapetition.be/en-ligne/petition-5230.html

 


[1] Pour en savoir plus sur cette aventure passionnante, voir le livre de Béatrice Graf, Longo maï, Révolte et utopie après 68,vie et autogestion dans les Coopératives européennes, Thesis Velag, série ars historica. 2006.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.