Billet de blog 17 oct. 2022

Corentin Léotard
Pigiste Mediapart

Attentat néonazi en Slovaquie : « Je veux qu’ils sachent que je suis homosexuelle »

Deux jeunes hommes, Matúš et Juraj, ont été abattus par un néonazi devant un bar gay de la capitale slovaque, le 12 octobre. Dans ce post facebook, leur amie Nikola Kišová leur rend hommage et adresse un message de lutte à la communauté LGBT et à toute la société slovaque.

Corentin Léotard
Pigiste Mediapart
Matúš et Juraj, victimes de l’homophobie à Bratislava en octobre 2022. © Adrien Beauduin

Matúš et Juraj étaient mes potes. Matúš était chez moi à ma pendaison de crémaillère. Il m’a apporté des zakouskis et m’a offert un vinyle car je venais d’acheter un gramophone. Nous parlions toujours d’aller ensemble au marché de vinyles du Vieux Marché. Lorsque j’ai rencontré Juraj pour la première fois, j’ai été marquée par son charisme et par l’énergie qu’il dégage. Quand il m’a écrit ce soir-là qu’il était content de m’avoir rencontrée, ça m’a fait très plaisir car je voulais vraiment être amie avec lui. On se marrait tellement avec eux, j’étais toujours heureuse quand je les rencontrais, que ce soit dans la rue, en boîte ou à Tepláreň.

Un attentat néonazi perpétré contre des LGBT à Bratislava secoue la Slovaquie

Nous y sommes allés ensemble un nombre incalculable de fois. Je ne peux pas exprimer avec des mots à quel point je suis terrifiée de ce qui s’est passé et où ça s’est passé. Tepláreň est un bar où j’ai travaillé pendant deux ans. Jusqu’à récemment, c’était le seul bar gay de Bratislava. C’est un lieu important pour toute la communauté. J’y ai servi toutes les catégories possibles de gens. Des adolescents nerveux, qui commandaient un Kofola, qui étaient assis en silence et étaient heureux d’être parmi les leurs pour la première fois. Des touristes qui cherchaient un petit chez-soi dans un pays étranger. Des gens qui sont out, pas out, des lesbiennes, des gays, des trans, des hétéros… Même ma mamie était venue là pour voir. C’était le seul endroit sûr où tout le monde pouvait être qui il voulait. La musique passait, les gens dansaient, chantaient, parlaient et s’amusaient.

Je suis dévastée par l’idée que quelqu’un soit venu dans cet espace dans le but de tuer. Tuer par haine. Je ne comprends pas comment cette personne a pu se le permettre et honnêtement, j’ai peur que quelqu’un d’autre fasse la même chose. Je me demande si je devrais supprimer toutes les photos d’Internet avec le drapeau arc-en-ciel et arrêter de traîner avec ma copine dans la rue. J’ai peur et beaucoup ont peur.

L’homophobie est partout. Cela commence par des blagues anodines sur les pédés et ça finit comme ça.

Matúš et Juraj étaient de fiers membres de la communauté LGBT. Ils ont toujours exprimé leur opinion. Ce n’était jamais silencieux. Ils se montraient en marchant, s’habillant, en vivant. Maintenant nous portons leur deuil et nous tentons de digérer nos émotions. La plupart d’entre nous en a le souffle coupé. Nous ne resterons pas silencieux pour toujours, comme eux ne le seraient pas restés.

Pour les hétéros : s’il vous plaît, ouvrez-la. Beaucoup de gens peuvent se le permettre plus que nous. Pour la plupart d’entre vous, votre espace sécuritaire est plus qu’un simple bar. L’homophobie est partout. Cela commence par des blagues anodines sur les pédés et ça finit comme ça. Soyez-en conscients, parlez-en. Ne vous taisez pas.

Pour la communauté LGBT : je réfléchis beaucoup. Personnellement, je ne veux pas me cacher. Je veux avoir des photos sur Instagram avec ma petite amie et je veux que d’autres personnes les voient. Je veux lui tenir la main et je veux que les gens sachent que moi aussi je vis ici dans ce pays. Je viens d’une petite ville et dans ma vie, j’ai eu beaucoup d’interactions avec des gens qui ne connaissent les homosexuels que par la télé. Je veux qu’ils sachent que je suis homosexuelle. Qu’ils sachent qu’on vit parmi eux et qu’on ne les mord pas. Nous ne pouvons pas tous nous permettre une telle ouverture et nous ne sommes pas tous prêts pour cela. Surtout quand on voit ce qui arrive aux gens qui étaient ouvertement homosexuels. C’est normal d’avoir peur. Vous n’êtes pas seuls. Il faut se rappeler que nous sommes ensemble et que nous sommes nombreux.

C’est dur, tenez bon. Tous ceux qui les ont connus et tous ceux qui ont été touchés.

Matúš et Juraj, reposez en paix. J’imagine que là-haut vous avez une vraie soirée Beyonce.

Je pense que la meilleure chose que nous puissions faire est que, lorsque nous nous remettrons tous et que nous serons prêts, nous aurons la même soirée, pour Matúš et pour Juraj, car nous savons qu’ils aimeraient ça.

Source : page facebook de Nikola Kišová

Traduction : Adrien Beauduin

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte