Billet de blog 18 janv. 2017

Amnesty demande la libération d’un Syrien condamné pour terrorisme en Hongrie

Amnesty International vient de lancer une pétition en ligne afin d’obtenir la libération d’Ahmed Hamed, condamné à dix ans de réclusion pour « acte de terreur » lors d’une émeute en septembre 2015 à la frontière serbo-hongroise.

lepeltier.ludovic
Directeur de publication du Courrier d'Europe centrale et doctorant en géographie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le tribunal de Szeged, dans le sud de la Hongrie, a jugé Ahmed Hamed en première instance coupable d’« acte de terreur » à la fin du mois de novembre dernier. A tort, selon l’ONG qui précise que ce jugement en première instance a été rendu au titre d’une législation hongroise relative à la lutte contre le terrorisme, dont elle estime que « les termes sont extrêmement vagues ».

Comme nous le racontions peu après sa condamnation, l’histoire d’Ahmed Hamed est tout à fait singulière puisque celui-ci n’est pas un « migrant », mais résidant depuis de nombreuses années à Chypre, qu’il avait quitté pour aider sa famille fuyant la Syrie à se réfugier en Allemagne.

Concrètement, la Justice hongroise lui reproche d’avoir jeté trois pierres en direction des forces de l’ordre pour forcer le passage de la frontière hongroise lors d’une émeute le 16 septembre 2015, soit le lendemain de la fermeture par Budapest du rideau de barbelés sur la frontière Schengen entre la Hongrie et la Serbie.

Amnesty espère obtenir 15 000 signatures pour cette pétition.

© Amnesty International

Des législations « orwelliennes »

Amnesty réclame également à la Hongrie de mettre fin à « l’utilisation abusive » de ses lois antiterroristes et d'« arrêter de faire des déclarations qui établissent un lien entre les migrations et le terrorisme ».

L’ONG vient aussi de publier un rapport très critique sur les législations pour lutter contre le terrorisme de plusieurs pays européens : « Antiterrorisme en Europe : des lois orwelliennes« . Concernant la Hongrie, Amnesty critique le « sixième amendement » à la Constitution promulgué en juin 2016 qui définit une « situation de menace terroriste » trop vague selon l’ONG et qui instaurerait un régime d’exception restreignant le droit à la liberté d’association et de rassemblement pacifique, le droit à la vie privée et le droit de circuler librement.

Retrouvez notre article sur Ahmed H.

Retrouvez Hulala, site d'information francophone sur l'Europe centrale, sur FacebookTwitter et Youtube.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
La redevance sabordée, l’information en danger
Emmanuel Macron l’a décidé presque seul : l’audiovisuel public sera privé dès cette année des 3,2 milliards d’euros que lui rapporte cette ressource prélevée depuis 1948. Au nom du « pouvoir d’achat », le gouvernement s’apprête à faire peser de lourdes menaces sur les médias publics.
par Dan Israel
Journal
Outre-Manche, la BBC dans le collimateur du gouvernement
L’exécutif britannique veut changer le mode de financement du groupe audiovisuel public pour des raisons économiques et électoralistes. En janvier dernier, la ministre de la culture, Nadine Dorries, a expliqué vouloir mettre fin à la redevance, un système de financement qu’elle juge « obsolète ».
par Marie Billon
Journal — Gauche(s)
Le conflit russo-ukrainien divise la gauche anti-guerre
La cohérence du camp anti-impérialiste, a priori uni par son rejet des blocs militaires, a été mise à l’épreuve par l’invasion de l’Ukraine. Certains refusent les livraisons d’armes, craignant l’engrenage d’un conflit interimpérialiste, tandis que d’autres estiment incontournable cette solidarité. 
par Fabien Escalona
Journal
Yaël Braun-Pivet, première femme au perchoir
La députée des Yvelines succède à Richard Ferrand au terme de deux tours de scrutin. Un poste qu’elle convoitait depuis de nombreux mois. 
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
Le combat pour l'avortement : Marie-Claire Chevalier et le procès de Bobigny (1)
[Rediffusion] Marie-Claire Chevalier est morte le 23 janvier, à 66 ans. En 1972, inculpée pour avoir avorté, elle avait accepté que Gisèle Halimi transforme son procès en plaidoyer féministe pour la liberté de disposer de son corps. Pas facile d’être une avortée médiatisée à 17 ans, à une époque où la mainmise patriarcale sur le corps des femmes n’est encore qu’à peine desserrée.
par Sylvia Duverger
Billet de blog
Autorisation de l'interdiction de l'IVG aux USA, sommes nous mieux lotis en France ?
« N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant ».
par bennoursahra
Billet de blog
Quel est le lien entre l’extrême droite, l’avortement et les luttes féministes ?
La fuite du projet de décision de la Cour suprême qui supprimerait le droit à l'avortement aux Etats Unis en est l'exemple. L’extrême droite d’hier comme d’aujourd’hui désire gouverner en persécutant un groupe minoritaire sur des critères raciaux pour diviser les individus entre eux. Quant aux femmes, elles sont réduites à l’état de ventres ambulants.
par Léane Alestra