Billet de blog 23 nov. 2017

Le «modèle Orbán» ne doit ses succès qu’à l’Union européenne

Sans l’Union européenne, l’économie de la Hongrie resterait plongée dans l’atonie, assure l’économiste Zoltán Pogátsa, selon qui les succès économiques de l’illibéralisme sont un mirage qui reposent entièrement sur l’appartenance du pays à une Union européenne pourtant honnie par Budapest.

Corentin Léotard
Pigiste Mediapart

Article de Zoltán Pogátsa publié le 20 novembre 2017 sur le site Social Europe sous le titre « The Political Economy Of Illiberal Democracy » et traduit et republié sur Hulala, "Le média de l'Europe excentrée".

Contrairement à une croyance répandue, Viktor Orbán n’est pas au pouvoir en Hongrie parce qu’il est populaire. Il ne bénéficie du soutien que d’un électeur sur quatre tout au plus. En 2006, quelque 2,6 millions d’électeurs sur un total d’environ 8 millions avaient voté pour son parti et ses alliés[1], et s’il a perdu les élections c’est parce davantage de suffrages s’étaient portés sur la gauche et les libéraux. En 2014, si moins de 2,2 millions ont voté pour le Fidesz de Viktor Orbán – soit une base rétrécie -, ce dernier a massivement gagné les élections parce que les forces de gauche et les libéraux ont vu leur soutien diminuer de moitié : de 2,6 à 1,3 millions. Et le voient diminuer encore.

Le règne illibéral de Viktor Orbán repose ainsi avant tout sur l’éclatement de cette opposition. Elle continue néanmoins de ressasser la même vision néolibérale du monde que les Hongrois rejettent. Ce qui la disqualifie. Le gouvernement du Premier-ministre Ferenc Gyurcsány (2004-2009) a mené une politique qui a conduit à des déficits budgétaires records, à une augmentation massive de l’endettement, à une aggravation rapide des inégalités et à un effondrement économique qui a poussé la Hongrie dans les bras du FMI. Les forces socialistes et libérales se présentent pourtant encore aujourd’hui dans les médias avec les visages de ceux qui sont responsables de la déroute d’il y a dix ans. Le chef de facto de cette opposition reste ce même Gyurcsány que les sondages désignent comme l’homme politique le plus impopulaire du pays. C’est donc l’incompétence de cette opposition qui est en grande partie la raison pour laquelle Viktor Orbán remporte une élection après l’autre. Les électeurs ne sont tout simplement pas prêts à soutenir des partis divisées et inefficaces sur qui pèsent le soupçon, quand bien même ils se revendiquent de l’opposition.

Il existe toutefois une autre raison qui vaut à Viktor Orbán sa longévité : ses résultats économiques. La Hongrie connait depuis ces dernières années une croissance solide, une augmentation de l’emploi et une augmentation régulière des salaires réels. Aux yeux des électeurs, le bilan économique de Viktor Orbán – un critère fondamental pour eux – est incontestablement une réussite au regard du triste bilan de ses adversaires discrédités. On trouve même de nombreux admirateurs de Viktor Orbán jusque dans les pays voisins, où l’on vante désormais le « modèle économique » de cette Hongrie illibérale.

« Le « modèle Orbán » est donc un mirage qui relève d’un alignement de planètes particulièrement providentiel et qui ne durera pas. »

Pourtant, ce « modèle », s’il faut vraiment le désigner ainsi, repose essentiellement sur l’appartenance de la Hongrie à l’Union européenne, une organisation que Viktor Orbán passe son temps à critiquer et contre laquelle il fait campagne.

Incapable d’absorber les fonds de développement de l’UE pendant la période socialiste pré-2010, la Hongrie disposait d’énormes réserves de fonds de cohésion européens au moment du retour au pouvoir de Viktor Orbán. Le pays a par ailleurs reçu chacune de ces dernières années jusqu’à 6-7% de son PIB en fonds structurels et de cohésion de l’Union européenne. Cela a généré une croissance moyenne du PIB oscillant autour de 3%, ce qui n’est pas en soi un exploit hors du commun. En fait, une étude de KPMG commissionné par le bureau du Premier ministre lui-même (oui, la Hongrie n’est pas une dictature, l’étude a été diffusée !) estime que, sans ces transferts d’argent de l’Union européenne, la croissance économique aurait été nulle en Hongrie. Ajoutez à cela l’équivalant de 3,5% du PIB qui arrive dans le pays sous la forme de fonds envoyés par les Hongrois travaillant en Europe occidentale, et vous comprendrez en quoi le soi-disant modèle Orbán dépend entièrement de l’appartenance de la Hongrie à l’Union européenne.

On peut tirer les mêmes conclusions en ce qui concerne l’emploi. Il y a eu une augmentation du nombre d’emplois d’environ 600 000 depuis le creux atteint sous le gouvernement socialiste (2002-2009). Parmi eux,  230 000 concernent les Hongrois qui ont trouvé un travail en Europe de l’Ouest, ce qui a eu pour effet d’améliorer les statistiques de l’emploi en Hongrie. Selon l’étude de KPMG susmentionnée, 175 000 emplois supplémentaires auraient aussi été créés sous l’effet des transferts massifs de l’UE à la Hongrie. Enfin, 200 à 220 000 emplois créés sont directement imputables au gigantesque programme de travail public géré par le ministère de l’Intérieur (!). Ces programmes de travail d’intérêt général sont coûteux, ne génèrent pas de recettes fiscales et maintiennent la plupart de leurs bénéficiaires à l’écart du marché du travail.

Sans l’Union européenne, la Hongrie n’aurait pas eu accès aux fonds structurels et de cohésion, n’aurait pas pu compter sur la création de nouveaux emplois dans le pays et en Europe occidentale et n’aurait pas bénéficié des transferts de fonds de ses expatriés. La Hongrie n’aurait pas de croissance économique autonome et serait encore plongée dans une crise économique durable. Le « modèle Orbán » est donc un mirage qui relève d’un alignement de planètes particulièrement providentiel et qui ne durera pas. La productivité moyenne de la Hongrie n’a pas augmenté depuis une décennie malgré les énormes sommes d’argent de l’Union allouées au développement, à la modernisation et au changement structurel. Une fois la pluie d’or disparue, il deviendra clair que l’économie politique de la démocratie illibérale n’aura été qu’une partie de poker menteur aux détriments de son adversaire, l’Union européenne.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre