Billet de blog 29 janv. 2017

En Hongrie, des Jeux Olympiques pour faire oublier les vrais problèmes ?

Les Jeux Olympiques de 2024 sont le symbole de l’absence d’avenir en Hongrie et de l’impasse dans laquelle nous mettent les responsables politiques actuels.

lepeltier.ludovic
Directeur de publication du Courrier d'Europe centrale et doctorant en géographie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Tribune de András Jámbor publiée le 29 janvier 2017 dans Kettős Mérce. Traduite du hongrois par Ludovic Lepeltier-Kutasi.


Traduction publiée initialement sur Hulala le 29 janvier 2017.


En général, les pays organisent des jeux  lorsqu’ils ne savent plus où mettre l’argent, ou bien lorsqu’ils cherchent à compenser auprès de la population le manque de perspectives et de ressources en remuant ciel et terre autour d’un grand projet.

J’ai trente ans et un enfant d’un an et demi. Si quelqu’un me demande comment je m’imagine dans dix ans, ainsi que l’avenir de mon enfant et de ma famille, je ne saurai pas quoi répondre. Je ne sais pas si je serai encore en Hongrie, je ne sais pas dans quelles conditions je vivrai, je ne sais pas ce que je pourrai alors offrir à mon enfant dans ce pays. Je suis incapable de l’anticiper car je ne parviens pas à voir quelles sont mes perspectives ici. Car tout est précaire.

Je ne suis pas le seul à raisonner ainsi, en tout cas autour de moi beaucoup pensent la même chose. Nous n’avons aucun repère et avons peur du futur. La question n’est pas de savoir si nous avons des projets – car nous en avons -, c’est d’arriver à deviner dans quelle mesure nous parviendrons à les concrétiser.

Mon rêve dans ce pays, ça n’est pas que l’on y accueille les Jeux Olympiques. Bien sûr, ça aurait de la gueule que Katinka Hosszú décroche des médailles dans sa propre ville, mais là n’est pas l’essentiel. Car les Jeux ne nous apporteront ni de pain, ni du travail, ni d’avenir meilleur.

Le mensonge de l’organisation des Jeux Olympiques, c’est de dessiner un avenir à un milliard de forints, sans pour autant que ça impacte positivement nos destins individuels et collectifs. C’est même le contraire, dans la mesure où l’on déshabille Pierre pour habiller Paul. Cela ne sera bénéfique ni pour les familles, ni pour les travailleurs, ni pour les pauvres, ni pour les mères, ni pour les pères, ni pour les jeunes, ni pour les retraités. Si nous obtenons les Jeux, nous bénéficierons au mieux d’un élan patriotique qui nous donnera la fierté d’être Hongrois, nous aurons certes deux semaines de bonheur partagé, mais l’argent considérable qui sera investi ne comblera pas ce dont nous manquons le plus : un chemin pour sortir de l’impasse, dessiner un avenir pour le pays et redresser la société.

Les Jeux Olympiques sont une illusion qui sert à masquer les problèmes concrets de la vie de tous les jours, le pourrissement du système de santé, l’affaissement du système scolaire, notre dépendance à la croissance des pays occidentaux, les statistiques faussés du chômage et l’absence pour beaucoup des moyens élémentaires de subsistance.

Toute cette organisation ne réglera pas nos soucis quotidiens, voire même les aggravera. Elle coupera bien fermement le robinet des investissements dans des secteurs qui n’en ont que trop peu reçus ces dernières décennies.

Organiser ces Jeux Olympiques reviendrait à organiser une extraordinaire orgie avec l’argent que nous aurions mis de côté pour payer le loyer et les charges.

Le problème n’est pas en soi de vouloir organiser des Jeux, mais c’est de vouloir le faire dans le contexte de carences que nous connaissons. C’est de vouloir le faire alors que nos élites politiques sont incapables de nous dire comment elles comptent régler les problèmes du pays et trouver les voies vers la prospérité.

L’organisation des Jeux est un bel exemple d’enfumage et de blabla inutile. C’est pour ça que s’y opposer, c’est aussi manifester notre réprobation à l’égard de l’inertie d’une élite politique impuissante.


Retrouvez Hulala, site d'information francophone sur l'Europe centrale, sur FacebookTwitter et Youtube.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal — Écologie
L’industrie de la pêche est accusée d’avoir fraudé les aides Covid de l’Europe
Alors que s’ouvre le 27 juin la Conférence des Nations unies sur les océans, Mediapart révèle avec l’ONG Bloom comment les industriels de la mer ont fait main basse sur les indemnités destinées aux pêcheurs immobilisés durant la pandémie. Des centaines de navires, aux pratiques de pêche les plus destructrices pour les écosystèmes marins, auraient fraudé près de 6 millions d’euros de subventions publiques.
par Mickaël Correia
Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte
Journal — Fil d'actualités
L’Ukraine demande plus d’armes et de sanctions contre Moscou après des frappes sur Kiev
Le gouvernement ukrainien a réclamé dimanche plus d’armes et de sanctions contre Moscou aux pays du G7, réunis en sommet en Bavière (Allemagne), à la suite de nouvelles frappes russes survenues à l’aube sur un quartier proche du centre de Kiev.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet de blog
Pacification en Algérie
Témoignage d'un militaire engagé en Algérie ayant participé à la pacification engagée par le gouvernement et ayant rapatrié les Harkis de la D.B.F.M en 1962
par Paul BERNARDIN
Billet de blog
Les taiseux d'Algérie
Dans un silence fracassant, excusez l'oxymore, les Algériens ont tu l'Algérie et sa guerre d'indépendance. Ils ne pouvaient plus en parler, des générations entières ont grandi dans le silence de leur père et de leur grand-père. Une mémoire calfeutrée derrière les non-dits omniprésents.
par dchraiti
Billet de blog
France-Algérie : une autre commémoration est-elle possible ?
L’Algérie hante la France, tel un spectre chiffonné, sûrement autant que les Français obsèdent les Algériens. Malgré le travail déjà fait, il y a tant de vérités enfouies, tant de paroles non entendues qui font défaut et empêche de construire un récit collectif. Et surtout tant de rendez-vous à ne plus manquer. Pour participer à cette libération de la mémoire et de nos imaginaires, le Club vous propose un travail collectif pour honorer cette 60e année de paix.
par Le Club Mediapart