Une enfance palestinienne après les massacres de Sabra et Chatila

Réunis en une même édition DVD, quatre films de moins d'une heure chacun, réalisés par Maï Masri entre 1988 et 2001 autour de l'enfance, de la Palestine, du Liban et de la violence de l'exil et de l'occupation militaire.

"Les Enfants du feu" de Maï Masri © Les Films du Paradoxe "Les Enfants du feu" de Maï Masri © Les Films du Paradoxe

Sortie DVD : 4 films de Maï Masri

Maï Masri a réalisé plusieurs documentaires depuis les années 1980 sur la condition géopolitique de la Palestine. Ses débuts à la réalisation correspondent à une catastrophe humaine qui a traumatisé toute une population : le massacre de Sabra et Chatila. En effet, Maï Masri vivait à proximité du camp de réfugiés palestiniens lorsque les massacres ont été perpétrés par des milices d'extrême droite libanaise sous la protection de l'armée israélienne en 1982. Le devenir des Palestiniens et des générations suivantes qui ont survécu aux massacres occupe pleinement les trois films réunis dans cette édition DVD, à commencer par Les Enfants de Chatila (1998) où la parole est avant tout donnée aux enfants pour narrer leur quotidien et leur projection dans un avenir obscur. Maï Masri reste avec sa caméra au plus près d'eux, de leur quotidien et de leurs rêves pour partager leurs témoignages sans filtres. Parfois même, les enfants prennent également la caméra pour interroger la génération qui a été chassée en 1948 de leurs maisons par l'armée israélienne. Trois ans plus tard avec Rêves d'exil, Maï Masri continue à donner la parole aux enfants palestiniens réfugiés au Liban en suivant la correspondance entre deux jeunes filles palestiniennes séparées par la frontière du sud du Liban. Une amitié épistolaire se nourrit alors au fil des correspondances et offre un nouvel horizon de résistance dans leurs démarches au quotidien.
Les Enfants du feu est un documentaire qui a été réalisé beaucoup plus tôt en 1991 peu après la première Intifada. La réalisatrice était alors restée un mois avec sa caméra dans sa ville d'origine de Naplouse pour suivre la réalité de l'occupation militaire israélienne massacrant des enfants jeteurs de pierres. En bonus pour élargir l'horizon de la filmographie de Maï Masri, Beyrouth, génération de guerre (1988) porte un témoignage sur la guerre civile aux plusieurs milliers de morts au Liban en filmant les civils, dont certains ont pris les armes, qu'il s'agisse de vraies comme les fausses des enfants mimant les atrocités des adultes.

 

 
Les Enfants de Chatila
de Maï Masri
Palestine, Liban – 1998.
Durée : 47 min

Rêves d'exil
de Maï Masri
Palestine, Liban – 2001.
Durée : 56 min

Les Enfants du feu
de Maï Masri
Palestine, Liban – 1991.
Durée : 50 min



coffret-la-trilogie-de-mai-masri-dvd
Sortie France du DVD : 15 mai 2019
Couleur
Langue : arabe - Sous-titres : français.
Éditeur : Les Films du Paradoxe
Bonus :
Beyrouth, génération de guerre de Maï Masri, Palestine, Liban – 1988, 50 min



 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.