"Je danserai si je veux" un film de Maysaloun Hamoud

Trois jeunes femmes sont colocataires à Tel-Aviv en Israël et doivent faire face à diverses discriminations : en tant qu’Arabe, homosexuelle, libre et tout simplement en tant que femme.

"Je danserai si je veux" de Maysaloun Hamoud © Blaq Out "Je danserai si je veux" de Maysaloun Hamoud © Blaq Out
Au sujet du DVD : Je danserai si je veux de Maysaloun Hamoud

Dans ce premier long métrage, Maysaloun Hamoud décrit avec simplicité mais avec un point de vue inédit la place des femmes de différentes confessions dans la société israélienne actuelle, sujet finalement peu traité jusqu’ici dans le cinéma palestinien de ces dernières décennies auquel il manquait notamment ce regard féminin à l’intérieur d’Israël. Elle reçoit un soutien remarquable en la personne de Shlomi Elkabetz qui est devenu son producteur sur ce film, après avoir produit et coréalisé avec sa sœur Ronit les films les plus marquants en Israël depuis deux décennies. De cette rencontre, tout devient possible dans la réalisation et notamment un point de vue pertinent pleinement connecté avec la société actuelle. En plus de proposer trois destinées de jeunes femmes aux caractères distincts, il est aussi question d’une puissante sororité entre elles qui les conduit à surmonter les drames et les déceptions les plus douloureuses, les amenant à se redéfinir dans la sphère sociale. L’amitié et la force d’une nouvelle communauté alternative suffisamment puissante permettent de dépasser les cadres familiaux traditionnels que chacune tente de fuir pour des raisons différentes.

Les trois personnages sont suivis et traités avec un égal intérêt, comme pour saisir trois faces de la féminité quelle que soit la confession religieuse en question ou son absence, dans le Tel-Aviv actuel. Même si l’épanouissement amoureux n’est pas toujours au rendez-vous, chaque personnage n’en a pas moins réalisé un singulier chemin qui leur permettra de rester fidèles à ce qu’elles sont au plus profond d’elles-mêmes.

Pour continuer l'exploration de ce merveilleux film, les bonus de cette édition proposent le making of du film présentant le hors champ qu'est le tournage, avec des entretiens avec la réalisatrice Maysaloun Hamoud, toujours d'une singulière vivacité et d'un vif enthousiasme pour mettre en scène son film dans un véritable esprit d'équipe. Figure également le court métrage Sense of Morning (2010, 8’) de Maysaloun Hamoud qui raconte une nuit en huis clos d'un vieil homme palestinien qui tente de vivre face aux bombardements incessants.

 

 

m0b073213fnq-source
Je danserai si je veux
Bar Bahar
de Maysaloun Hamoud
Avec : Mouna Hawa (Leila Bakhr), Sana Jammelieh (Salma), Shaden Kanboura (Noor), Mahmud Shalaby (Ziad Hamdi), Henry Andrawes (Wissam), Ashlam Canaan (Dounia), Aiman Daw (Saleh), Khawlah Hag-Debsy (la mère de Salma), Amir Khoury (George, le frère de Salma), Firas Nassar (Rabia), Samar Qupty (Rafif), Eyad Sheety (Mahmoud, le père de Noor)
Palestine, Israël, France, 2016.
Durée : 98 min
Sortie en salles (France) : 12 avril 2017
Sortie France du DVD : 12 septembre 2017
Format : 2,40 – Couleur
Langue : arabe - Sous-titres : français.
Éditeur : Blaq Out

Bonus :
Making of (27’)
Sense of Morning court métrage de Maysaloun Hamoud (2010, 8’)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.