Dialogue inattendu entre les awbach au Maroc et le Printemps arabe

En décembre 1975, Sarah, 8 ans, vit dans un foyer d’accueil catholique d’où son père biologique, qu’elle ne connaît pas, vient la chercher sous le prétexte de passer avec elle un week-end à Paris. Mais à son réveil, Sarah découvre le Maroc. Son père repart aussitôt, la laissant entre les mains de ses tantes.

"Le Sac de farine" de Kadija Leclere © Doriane Films "Le Sac de farine" de Kadija Leclere © Doriane Films

Sortie DVD : Le Sac de farine de Kadija Leclere

Avant d’être réalisatrice, Kadija Leclere est reconnue dans le cinéma belge pour avoir été la directrice de casting de près d’une trentaine de films notables depuis le début des années 2000 : Indigènes de Rachid Bouchareb, Nue propriété de Joachim Lafosse, JCVD de Mabrouk El Mechri, Des filles en noir de Jean-Paul Civeyrac, Les Géants de Bouli Lanners, Illégal d’Olivier Masset-Depasse… Les courts métrages qu’elle réalise sont les premiers pas, à travers le sujet et le choix de mise en scène, vers Le Sac de farine (cf. le court Sarah en bonus de cette édition DVD). Il y a ainsi énormément de Kadija Leclere dans son premier long métrage, dont le récit, précise-t-elle, est issu « d’une histoire que j’ai réellement vécue […] ». C’est pourquoi l’histoire ne s’embarrasse pas de s’associer à une trame narrative préalablement vécue : l’histoire est avant tout celle de Kadija Leclere. Ensuite, les traits connus du grand public de Smaïn dans un rôle à contre emploi du comique qu’il a coutume de jouer, ainsi que les magnifiques actrices Hafsia Herzi et Hiam Abbass, invitent le spectateur à entrer de plain pied dans un moment de cinéma. Le besoin d’émancipation est très bien incarné par Hafsia Herzi interprétant Sarah devenue jeune femme tandis que Hiam Abbass apporte une présence forte de femme de la culture « autre » à laquelle Sarah est du jour au lendemain soumise. Si l’arrachement de Sarah à son milieu d’origine en Belgique par son père en guise de préambule du film est violent, la mise en scène tend à atténuer cet aspect pour montrer que ce personnage cherche progressivement à trouver sa propre place, sans faire nécessairement du Maroc où elle se trouve une prison où elle a pourtant été abandonnée par son père. Mis dans la situation de la jeune fille, le spectateur est conduit, comme elle avec ses références issues de Belgique, à découvrir un nouveau monde avec de nouvelles règles. La réalisatrice a l’intelligence de ne jamais vouloir opposer les deux pays qui vont devenir les deux références originelles d’où sont issues les valeurs de Sarah, double manifeste de la réalisatrice.
Il y avait de la part de Kadija Leclere comme une nécessité impérieuse de donner vie à ce film, fruit de sa propre expérience de vie. Réalisé en 2011, le film fait dialoguer entre eux deux événements historiques fondamentaux d’émancipation : la révolte étudiante dite des awbach durement réprimée par le régime d’Hassan II qui figure dans le film comme un événement fondamental de la vie de Sarah, et les Printemps arabes de 2011 qui se déroulent au moment où le film est en train d’être tourné au Maroc ! Le cinéma montre ainsi son heureuse capacité à se connecter avec l’histoire en train de se faire tout en mettant à jour pour le plus grand public une réflexion sur une histoire nationale que certains préféreraient exclure des livres d’histoire, notamment en ce qui concerne le massacre du jeudi noir en 1984 où les autorités ont tiré à balles réelles sur la foule. Ici, le film de Kadija Leclere participe à cet élan du cinéma marocain à renouer avec les heures sombres de son histoire récente à l’instar de C’est eux les chiens d’Hisham Lasri (2013).

 

 

 

dvd-le-sac-de-farine-de-kad

 

Le Sac de farine
de Kadija Leclere

Avec : Hafsia Herzi (Sarah), Hiam Abbass (Yasmine), Smaïn Fairouze (le père de Sarah), Medhi Dehbi (Nari), Rania Mellouli (Sarah, jeune), Souad Saber (Zeina), Abderraouf, Hassan Foulane, Fairouzze Amiri
France – 2012.
Durée : 92 min
Sortie en salles (France) : 26 mars 2014
Sortie France du DVD : 5 juin 2015
Format : 1,85 – Couleur
Langue : français.
Éditeur : Doriane Films

Bonus :
Sarah de Kadija Leclere (2007, 14’)
Entretien avec le compositeur de la musique du film Christophe Vervoort
Bande-annonce

lien vers le site de l’éditeur

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.