L’adolescence féminine sous les barreaux iraniens

À Téhéran, des jeunes filles sont incarcérées dans un centre de détention : le documentariste indépendant les suit avec sa caméra.

 

"Des rêves sans étoiles" de Mehrdad Oskouei © Les Films du Whippet "Des rêves sans étoiles" de Mehrdad Oskouei © Les Films du Whippet

Sortie nationale (France) du 20 septembre 2017 : Des rêves sans étoiles de Mehrdad Oskouei

C’est une fois de plus via le cinéma documentaire que l’information sur l’actualité du monde iranien traverse les frontières. En l’occurrence, ce projet a pu être mis à bien grâce à la ténacité du réalisateur et producteur indépendant Mehrdad Oskouei. Pas de grande aventure ni d’expérimentation documentaire, mais une farouche volonté de témoigner via le microcosme d’une microsociété recluse, condamnée officiellement par le reste de la société, de la réalité contemporaine de tout un pays en revisitant ses institutions. On voit bien dans cette humble volonté de filmer avec les moyens du bord et une ténacité sans faille de poursuivre un projet au public limité, une filiation avec le cinéma documentaire de Frederick Wiseman. La priorité est ici de donner la parole aux jeunes détenues pour progressivement livrer des portraits à partir de chemins de vie d’autant plus chaotiques que l’environnement familial a été violent à l’égard des jeunes filles. Les experts et autres garants de l’ordre de l’institution n’apparaissent pas à l’écran, ce qui permet d’offrir d’autant plus de place aux détenues qui la plupart du temps tentent avec un savant exercice d’autodérision de s’évader de leurs conditions immédiates sans trop entrevoir ce que sera véritablement leur avenir peu reluisant lorsqu’elles se retrouveront à l’extérieur de la prison. Leur horizon semble invariablement ténu, comme si au final c’était la féminité adolescente qui était en tant que telle condamnée au-delà des choix de vie de chaque individu. Comme l’illustre avec une morne tristesse le titre, les rêves sont bien là en plein exercice auprès de chacune des détenues, mais les étoiles de la nuit où le dormeur se plaît à voyager, se font encore attendre.

 

 

desrevessansetoiles-120x160-1

Des rêves sans étoiles
Royahaye dame sobh
de Mehrdad Oskouei

Documentaire
76 minutes. Iran, 2016.
Couleur
Langue originale : perse

Images : Mohammad Hadadi
Montage : Amir Adibparvar
Musique : Afshin Azizi
Son : Parsa Karimi
Production : Oskouei Film Production
Producteur : Mehrdad Oskouei
Distributeur (France) : Les Films du Whippet

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.