FIFIB 2020 : "Le Diable n’existe pas" de Mohammad Rasoulof

En quatre histoires aux personnages distincts mais tous liés à la pratique de la peine de mort en Iran, Mohammad Rasoulof réalise un film dans la clandestinité sur la banalisation du mal chère à Hannah Arendt et à la responsabilité de chacun dans un contexte totalitaire.

"Le Diable n’existe pas" (Sheytan vojud nadarad) de Mohammad Rasoulof © Pyramide Distribution "Le Diable n’existe pas" (Sheytan vojud nadarad) de Mohammad Rasoulof © Pyramide Distribution
Le nouveau film Le Diable n’existe pas de Mohammad Rasoulof était programmé section long métrage hors compétition ce mercredi 14 octobre 2020 dans la salle de l’Utopia au sein du Festival International de Film Indépendant de Bordeaux (FIFIB) du 14 au 19 octobre 2020.

Avec son Ours d’Or au festival de Berlin de 2020, Le Diable n’existe pas (Sheytan vojud nadarad) de Mohammad Rasoulof est un nouveau film de la clandestinité qui brave le régime totalitaire en osant regarder frontalement l’arme d’oppression que constitue la peine de mort. Si le format du film à sketchs est un moyen de braver la censure plus soucieuse de contrôler les longs métrages que les courts, Mohammad Rasoulof dresse un large panorama de la question de la banalisation du mal dans une société à l’exercice politique totalitaire coercitif, en se concentrant sur quatre récits qui n’ont aucun personnage en commun en dehors du thème de la peine de mort et l’incarnation de ceux qui la rendent effective. Le cinéaste, scénariste et producteur développe une profonde et très large réflexion contemporaine des thèmes abordés par Hannah Arendt pour comprendre de l’intérieur la manière dont un système coercitif est capable de se maintenir à l’échelle de tout un pays en brisant les élans intérieurs de chacun.
Au fil de ces quatre histoires, le film évolue sur de nouveaux espaces éloignés des centres du pouvoir que sont les villes pour interroger la possibilité d’une nouvelle quiétude à l’heure où la volonté de contrôle des mœurs citadines atteint comme une contagion l’espace rural. Chaque histoire contient sa propre légitimité et sa propre mise en scène, comme autant de courts métrages autonomes, se référant d’ailleurs à la mise en scène géniale d’autres cinéastes iraniens auquel il est ainsi rendu hommage, qu’il s’agisse d’Abbas Kiarostami, Jafar Panahi ou encore Shahram Mokri adepte de la mise en scène du ruban de Moebius à laquelle fait écho la seconde histoire en milieu carcéral.
Quant à la direction d’acteurs, elle est d’une grande précision, tout en subtilité de la part d’acteurs épousant pleinement leurs personnages autour des questionnements sur la liberté de conscience qu’ils incarnent. Si « le diable n’existe pas », l’enfer devient réalité par tous les renoncements de chacun à assumer leur propre intégrité. En pleine crise de pandémie internationale où l’usage de la paranoïa et de la peur est une tentation forte des gouvernements divers pour imposer de manière décomplexée leurs propres intérêts idéologiques et économiques, le message de Mohammad Rasoulof dans le contexte sociopolitique de l’Iran est un appel à la solidarité collective interindividuelle où chacun résiste et devient lui-même en refusant la fatalité.

 

 

 

lediable120x160franceinterldpage-0001
Le Diable n’existe pas
Sheytan vojud nadarad
de Mohammad Rasoulof

Fiction
2h32. Iran, Allemagne, République Tchèque, 2020.
Couleur
Langues originales : farsi, allemand
Sortie cinéma nationale (France) : 2 décembre 2020

Avec : Ehsan Mirhosseini (Heshmat), Kaveh Ahangar (Pouya), Mohammad Valizadegan (Javad), Mohammad Seddighimehr (Bahram), Jila Sahi (Zaman), Shaghayegh Shourian (Razieh), Mahtab Servati (Nana), Baran Rasoulof (Darya)
Scénario : Mohammad Rasoulof
Images : Ashkan Ashkani
Montage : Mohammadreza Moueini, Meysam Muini
Musique : Amir Molookpour
Son : Hassan Shabankareh
Décors : Saeid Asadi
Costumes : Afsaneh Sarfehju
Production : Cosmopol Film, Europe Media Nest, Filminiran
Producteurs : Kaveh Farnam, Farzad Pak,    Mohammad Rasoulof
Producteur exécutif : Farzad Pak
Direction de production : Ali Hemmati, Maryam Yavari
Distributeur (France) : Pyramide Distribution
Distributeur (France) : xx

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.