Billet de blog 17 janv. 2022

FIFP 2022 : "Mizrahim, les oubliés de la Terre promise" de Michale Boganim

En Israël, les Mizrahim sont les citoyens qui ont été placés en périphérie de la société en tant que Juifs orientaux à la différence des Ashkénazes venus d’Europe. Michale Boganim plonge dans l’histoire de son père et retrace l’histoire méconnue d’une partie de la société israélienne discriminée.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

4e édition du Festival international du film politique de Carcassonne 2022 : Mizrahim, les oubliés de la Terre promise de Michale Boganim

Remarqué aux festivals de Venise et de Cinemed à Montpellier en 2021, le documentaire Mizrahim, les oubliés de la Terre promise de Michale Boganim poursuit à présent au festival international du film politique de Carcassonne sa rencontre avec son public en déplaçant vers le centre les questions de société laissées en périphérie. En l’occurrence, Michale Boganim part d’une histoire familiale, celle de son père, membre des Black Panthers en Israël au début des années 1970 dans le but de lutter contre la discrimination que subit une grande part de la société israélienne, ceux que les Ashkénazes nomment les Mizrahim, autrement dit les Juifs orientaux.

"Mizrahim, les oubliés de la Terre promise" de Michale Boganim © Ex Nihilo – Lama Films – Bonne Nouvelle – Studio Orlando - France 2021

La réalisatrice d’Odessa… Odessa ! (2005) et de La terre outragée (2012) se sert de ce amorce initiale familiale pour plonger dans une histoire qui dépasse ce cadre autobiographique et embrasser toute l’histoire des oubliés de l’État d’Israël. Son récit se construit scénaristiquement sur la base d’un road movie pour découvrir toutes ces villes habitées par les Mizrahim laissées en marge de la société dans son ensemble, tout en suivant un déroulement chronologique. En ligne de fond, l’histoire de son père, Juif marocain qui arrive comme tant d’autres en recherche d’une terre promise en Israël et qui au lieu de trouver son espace de vie à Jérusalem, se retrouve confiné au milieu du désert. Et plus largement, il est ici question de l’histoire des Mizrahim en Israël au fil des décennies.

Michale Boganim s’attache particulièrement aux lieux de vie laissés en marge de la société dans une démarche quasi archéologique qui consiste à remettre à jour une histoire enfouie en interrogeant notamment les contemporains filmés dans ses lieux qui ont traversé ces décennies. Au fil de la reconstruction historique de ce road movie documentaire, Michale Boganim rappelle ses propres déplacements qui l’ont conduite enfant à se retrouver à vivre dans une nouvelle périphérie en France à Arcueil, ce qui conduit à universaliser une problématique de fond où la cohésion sociale devient impossible au niveau national. C’est en effet la logique de l’exclusion sociale que subissent les banlieues en France et ailleurs avec des raisons idéologiques et politiques distinctes d’un pays à l’autre.

Le fil rouge du film reste la cartographie d’Israël autour de ses lieux marginalisés qui se retrouvent par la grâce de la grammaire cinématographique au centre des questions posées par le film. Michale Boganim réalise ainsi une démarche historique et sociologique aussi essentielle qu’incontournable pour comprendre le poids de l’histoire dans les divisions sociales contemporaines afin de rêver une communauté alternative où la construction bénéficierait de plus d’énergie que les divisions insufflées par la haine des irresponsables politiques.

Mizrahim, les oubliés de la Terre promise
de Michale Boganim

Documentaire
93 minutes. France, Israël, 2021.
Couleur
Langues originales : français, hébreu

Scénario : Michale Boganim
Productrice : Marie Balducchi
Coproducteur Israël : Amir Harel / Lama Films

Images : Nathalie Durand
Montage : Pierre Deschamps
Son : Amos Greilsammer, Graciela Barrault
Musique : Joachim Mimouni
Montage son : Alexandre Hecker
Mixage : Melissa Petitjean
Production : Ex Nihilo (France)
Coproduction : Lama Films (Israël)
Ventes internationales : Réservoir Docs
Distributeur (France) : Sophie Dulac Distribution

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse
Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey