Téhéran en polystyrène

Alain se remémore sa rencontre avec Jasmine au fil des lettres qu’ils ont échangées. C’était la fin des années 1970, Alain et Jasmine étaient tombés amoureux. Jasmine devait rentrer en Iran. Depuis l’arrivée au pouvoir de Khomeiny à Téhéran, Alain n’a plus de nouvelles de Jasmine et décide dès lors de partir la retrouver.

"Jasmine" d’Alain Ughetto © DR "Jasmine" d’Alain Ughetto © DR

Sortie DVD de Jasmine, d’Alain Ughetto

Pour raconter cette histoire autobiographique, Alain Ughetto utilise de la pâte à modeler et confectionne tous ses personnages comme il avait coutume de le faire au début des années 1980 dans ses premiers courts métrages que l’on retrouve avec émerveillement dans cette édition DVD. Plus de trente ans après l’histoire vécue avec Jasmine, il réalise son premier long métrage qui porte son nom avec des techniques d’animation qui furent ses premiers pas dans le cinéma. Les images d’archives montrant le Téhéran de l’époque ont été filmées à l’époque par Alain Ughetto. Pour raconter une histoire personnelle rencontrant violemment l’Histoire, le cinéaste utilise des moyens élémentaires revenant aux origines de son travail contemporain des événements comme aux origines de l’humanité selon la mythologie biblique. Ainsi cette animation en pâte modelée trouve tout son sens. Si l’on ajoute que tous les mouvements des personnages doivent être constamment modelés par les mains d’Alain Ughetto lui-même, la transmission émotionnelle est alors optimale. Si Dieu a modelé le premier homme dans la glaise à son image pour lui proposer un devenir, Alain Ughetto est aussi démiurge mais dans le but de rejouer ce passé, le convoquant pour mieux l’interroger.

Pour donner vie à Jasmine et Alain, ce sont respectivement Fanzaneh Ramzi et Jean-Pierre Darroussin qui prêtent leur voix. La ville de Téhéran est symbolisée sous la forme d’emballages polystyrène tout à fait crédibles. Dès lors, le récit peut se mettre en scène. Et l’on est d’autant plus fasciné par celui-ci que la proposition inédite fascine. Il se trouve que la pâte modelée garde formidablement bien les traces quasi archéologiques d’émotions surgies du passé pour toucher le présent d’Alain cinéaste. Il est dès lors très aisé d’adhérer à cette proposition audacieuse et perspicace de cinéma, s’approchant au mieux au sentiment que l’on peut avoir en tant qu’individu face à une Histoire dont la rapidité et la violence nous échappe. À cet égard, l’écrasement de toute une population par ses décideurs politiques n’a jamais été aussi bien symbolisée que par la pâte à modeler. Cette histoire, entre récit autobiographique, documentaire animé et fiction, réussit à toucher le cœur de l’humanité dont l’étymologie nous rappelle que la terre (l’humus) est au cœur de l’homme et que son histoire ne cessera de le modeler au gré des événements. Jasmine parvient à témoigner si justement de notre for intérieur, par sa sensibilité ineffable, que l’on peut aisément parler de documentaire animé au sens où ce sont bien les informations du documentaire qui nous anime en tant que spectateur. Quand la sincérité d’un propos rencontre une forme audacieuse de l’exprimer, un dialogue d’une belle richesse s’opère entre un public et un auteur.

 

 

dvd-jasmine

Jasmine
d’Alain Ughetto
Avec les voix de : Jean-Pierre Darroussin et Fanzaneh Ramzi

France - 2014.
Durée : 70 min
Sortie en salles (France) : 30 octobre 2013
Sortie France du DVD : 6 mai 2014
Format : 1,66 – Couleur
Langue : français.
Éditeur : Shellac Sud

Bonus :
3 courts métrages d'Alain Ughetto
L’Échelle 1981 – 8 min.
La Fleur 1983 – 8 min.
La Boule 1984 – 8 min.
Bande annonce

lien vers le site de l’éditeur

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.