Billet de blog 21 janv. 2022

"This is my Land" de Tamara Erde

En Israël, les divisions comme les tentatives de tolérance entre Palestiniens et Israéliens se développent à l’école. Tamara Erde a pris sa caméra pour suivre ce qui se dit dans les école juives, mixtes et palestiniennes sur les questions d’identité.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Sortie DVD : This is my Land de Tamara Erde

Et si les divisions politiques prenaient leur origine dans les enseignements scolaires ? Alors la transmission de la tolérance serait l’espoir de la cohésion sociale pacifique. La réalisatrice Tamara Erde s’est particulièrement concentrée sur l’enseignement du conflit israélo-palestinien dans les écoles. On trouve ainsi dans les écoles juives des enfants qui expriment leur insécurité et leur envie de quitter un pays où ils se sentent persécutés et ne connaissent pas la paix, tandis que dans les écoles palestiniennes, le sentiment d’injustice de terres spoliées, de membres de la famille persécutés ou encore assassinés entraîne un ardent esprit de revanche et de lutte sociale. Il y a bien entre les deux des écoles mixtes où l’on enseigne la découverte de l’autre où l’altérité est aussi capable de produire de la similitude et des valeurs communes.

"This is my Land" de Tamara Erde © Juste Doc

Tamare Erde s’intéresse autant au contenu des enseignements de la part des instituteurs qui ont bien voulu l’accueillir avec sa caméra qu’au rôle prépondérant que celui-ci prend dans la continuité de la prise de conscience citoyenne et identitaire chez les plus jeunes. La réalisatrice ne cherche nullement à influer sur les prises de disposition même si elle fustige l’intolérance. Elle cherche à mettre sur un pied d’égalité les différentes écoles pour mieux les confronter et les évaluer. Au final, le constat est plutôt amer alors que des individus construisent encore leur identité en réaction et opposition à l’autre. Il y a bien quelques adultes qui tentent d’apporter une voix alternative par rapport au fatalisme de l’histoire politique mais celle-ci reste encore peu entendue et peu encouragée.

This is my Land
de Tamara Erde
France, Israël, Palestine, Pologne – 2014.
Durée : 93 min
Sortie en salles (France) : 20 avril 2016
Sortie France du DVD : 26 septembre 2017
Couleur
Langues : arabe, hébreu - Sous-titres : français, anglais.
Éditeur : Juste Distribution
Bonus :
Entretien avec Thomas Vescovi de l’AFPS
Entretien avec Laurence de Cock
Entretien avec Philippe Meirieu

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Violences conjugales : Jérôme Peyrat finalement contraint de retirer sa candidature
L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, condamné pour violences conjugales, renonce à la campagne des législatives. La défense catastrophique du patron de LREM, Stanislas Guerini, a accéléré les choses. Et mis fin à la gêne qui montait au sein du parti présidentiel, où personne ne comprenait cette « décision venue d’en haut ».
par Ellen Salvi
Journal
Affaire Jérôme Peyrat : « Le problème, c’est qu’ils s’en foutent »
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA