Billet de blog 21 oct. 2021

Cinemed 2021 : "Souad" un film d’Ayten Amin

Dans la petite ville égyptienne de Zagazig, Souad, 19 ans, mène une double vie entre ses amours virtuels libres et son cercle familial conservateur. Un événement tragique conduit sa jeune sœur de 13 ans à enquêter sur elle.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Souad" d’Ayten Amin © DR

Film en compétition long métrage de fiction lors de la 43e édition de Cinemed, Festival de cinéma méditerranéen de Montpellier : Souad d’Ayten Amin

Au plus près de la jeunesse d’une adolescente, le film débute comme un documentaire autour d’une caméra certes discrète et pudique mais omniprésente. Le film ne semble alors pas avoir d’autres prétentions que d’approcher au plus près le quotidien d’une adolescente égyptienne d’aujourd’hui dont les relations virtuelles semblent occuper beaucoup de son temps et de ses émotions et fait d’elle une adolescente intégrée dans la dynamique du reste du monde. Son quotidien comprend aussi sa place dans une famille conservatrice où les femmes sont condamnées à servir les hommes. Sa jeune sœur reste admirative et poursuivra son cheminement au-delà de ses propres contraintes. Le récit se caractérise par deux temps forts, chaque partie portée par une sœur pour enrichir le portrait de l’une et de l’autre en passant par le regard de l’autre.

L’audace du film consiste à initier un nouveau cheminement inattendu au moment où le cadre narratif semblait bien installé. Pourtant très simple à réaliser, ce revirement narratif se révèle être d’une grande force expressive au service de son personnage et à travers elle une certaine jeunesse égyptienne au bord de l’asphyxie. Les jeunes femmes sont ici les protagonistes de ce film qui brosse avec délicatesse les interrogations de ces jeunes femmes du monde contemporain prises entre les contradictions entre les promesses d’émancipation installées dans le monde virtuel et les déceptions prosaïque de la société physique. Un portait d’une criante vérité où une disparition se poursuit dans une apparition/révélation.

Souad
d’Ayten Amin

Fiction
96 minutes. Égypte, Tunisie, Allemagne, 2021.
Couleur
Langue originale : arabe

Avec : Bassant Ahmed (Souad), Basmala Elghaiesh (Rabab), Hussein Ghanem (Ahmed), Hagar Mahmoud (Wessam), Sarah Shedid (Amira), Carol Ackad (Yara), Mona Elnamoury (la mère), Islam Shalaby (le père)
Scénario : Mahmoud Mahmoud Ezzat, Ayten Amin
Images : Maged Nader
Montage : Khaled Moeit
1ers assistants réalisateurs : Mostafa Ihab, Morad Mostafa
Effets visuels : Ayasylla Ghosn
Directeur artistique : Chahira Mouchir
Costumes : Nayira Al-Dahshoury
Production : Vivid Reels
Corpdocution : Nomadis Images, Film-Clinic, Neue Road Movies, Fig Leaf Studio
Producteur : Sameh Awad
Coproducteurs.rices : Ayten Amin, Dora Bouchoucha, Lina Chaabane Menzli, Léa Germain, Mohamed Hefzy, Mark Lotfy, Wim Wenders

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Une peine de prison aménageable est requise contre François Fillon
Cinq ans de prison dont quatre avec sursis, la partie ferme étant « aménagée sous le régime de la détention à domicile », ainsi que 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité ont été requis lundi 29 novembre contre François Fillon à la cour d’appel de Paris.
par Michel Deléan
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk
Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné
Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO
Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c