Billet de blog 24 mai 2022

Cannes 2022 : Sous les figues d'Erige Sehiri

Durant une journée de récolte de figues, des femmes partagent leurs sentiments, leurs appréhensions et se confrontent aux hommes, parfois réservés, dans un échange spontané et attentif mais aussi parfois dans le harcèlement à partir de leur position hiérarchique.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Festival de Cannes, Sélection de la Quinzaine des Réalisateurs 2022

Les relations humaines sont une source infinie de récits et l'art du conteur d'histoire qu'est la.le cinéaste consiste à saisir les situations opportunes pour libérer du récit. C'est à partir d'un regard anthropologique d'une grande perspicacité qui avait fait toute la force de son premier long métrage La Voie normale dans sa capacité autour d'un train à réaliser le portrait de tout un pays, qu'Erige Sehiri dévoile sa force narratrice. Après le huis clos en mouvement de son documentaire, c'est à présent le huis clos à ciel ouvert qu'elle met en scène en s'intéressant notamment à l'espace de la sororité qui se développe à l'ombre des feuilles de figuier, après avoir largement interrogé l'espace de travail essentiellement masculin dans La Voie normale.

"Sous les figues" de Erige Sehiri © Jour2Fête

Le film reprend les contraintes créatrices du théâtre classique de Corneille avec ses unités de temps, de lieu et d'action avec cette récolte de figues au cours d'une journée dans une même plantation. Cette concentration du regard permet dès lors de saisir autour de ce microcosme humain la société tunisienne qui se devine en hors champs autour de problématiques économiques et relationnelles qui se développent dans chaque échange. Erige Sehiri démontre qu'au cœur de ce temps le plus souvent caché au cinéma alors qu'il occupe la majeure partie de la vie des individus, le temps du travail, des enjeux essentiels de récits sont en cours. L'affirmation de soi comme la lutte pour le respect de son intégrité est un enjeu de tout moment et la force qui anime les jeunes protagonistes au centre de l'intrigue dans ce film choral est d'une fraîcheur enthousiasmante pour saisir la vie réelle dans toute son apparente spontanéité

Erige Sehiri réussit une magnifique synthèse du cinéma et du théâtre dans son sens mesuré de la tragédie, comme de la fiction et du documentaire, dans une danse permanente qui se joue entre l'individu et sa construction sociale. Un film d'une générosité aussi nourrissant qu'un figuier aux branches fragiles mais qui est capable d'offrir des fruits sur plus d'un mois. Telle est la force de ce cinéma d'Erige Sehiri dans son enracinement mouvant au réel contemporain.

Sous les figues
Taht el Karmouss
d'Erige Sehiri

Fiction
92 minutes. Tunisie, France, Suisse, Allemagne, 2022.
Couleur
Langue originale : arabe

Avec : Ameni Fdhili (Sana), Fide Fdhili (Fidé), Feten Fdhili (Melek), Samar Sifi (Mariem), Leila Ohebi (Leila), Hneya Ben Elhedi Sbahi (Hneya), Gaith Mendassi (Ghaith), Abdelhak Mrabti (Abdou), Fedi Ben Achour (Saber), Firas Amri (Firas)
Scénario : Erige Sehiri, Ghalya Lacroix, Peggy Hamann
Images : Frida Marzouk
Montage : Ghalya Lacroix, Hafedh Laaridhi, Melek Kammoun
Musique : Amine Bouhafa
Costumes : Nabila Cherif
Production : Henia Production (Tunisie), Maneki Films (France), Akka Films (Suisse), In Good Company (Allemagne)
Productrices : Erige Sehiri, Didar Domehri
Coproductrices : Palmyre Badinier, Philippe Coeytaux, Nicolas Wadimoff, Roshanak Behesht Nedjad
Distributeur (France) : Jour2Fête

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida