Le Mouvement vert iranien en huis clos

En juin 2009, Téhéran est en ébullition, suite à la fraude électorale qui renouvelle Mahmoud Ahmadinejad à la présidence du pays. Les manifestations se multiplient dans la rue, appuyées par la couverture médiatique des réseaux sociaux. Mais la répression est violente. Un groupe de jeunes se réfugie alors dans l'appartement d'Ali.

"Red Rose" de Sepideh Farsi © Urban Distribution "Red Rose" de Sepideh Farsi © Urban Distribution

Sortie DVD : Red Rose de Sepideh Farsi

Un an et demi avant le « Printemps arabe », l'Iran a connu avec le « Mouvement vert » un rendez-vous important avec l'Histoire, faisant vaciller l'exercice répressif du pouvoir en place. C'était l'avant goût d'une nouvelle forme de mobilisation que l'on a nommée « révolution 2.0 » en raison des nouvelles technologie de communication mises en œuvre. Les participants ont en outre choisi la forme pacifique pour manifester avant tout un énorme sentiment d'injustice face à la fraude électorale impossible à masquer. Les caméras des téléphones portables ont été très actives, comme plus tard durant le « Printemps arabe », pour assurer la couverture via les réseaux sociaux et autres formes non officielles de communication, des événements d'une histoire iranienne en marche. Ces vidéos se retrouvent ainsi dans ce film, qui associe réalité documentaire de la rue et fiction documentée des espaces intérieurs. C'est d'abord dans cette volonté de documenter un événement historique que le pouvoir en place a voulu effacer des mémoires que s'affirme politiquement le film de Sepideh Farsi. Dans ce contexte historiquement situé, Sepideh Farsi et son coscénariste Javad Djavahery développent un huis clos où sont conduits à se confronter aussi bien physiquement que symboliquement, Ali, un ancien militant politisé qui a participé à la Révolution de 1979 et Sara, jeune femme portée par l'effervescence du « Mouvement vert » en cours. Les idées de deux formes de lutte, deux générations, deux genres sont mises en scène dans la relation d'un couple en train de se constituer.
Progressivement, Sepideh Farsi brise les différents tabous de l'Iran actuel en synthétisant les tensions de son pays dans le dialogue de ce couple en devenir. Le film est bien évidemment plus politique que romantique. L'espace intime d'un appartement devient ainsi la face réprimée de chaque citoyen iranien. Le jeu de séduction entre Sara et Ali est ainsi à lire comme le dialogue qui se met en place entre une génération de révolutionnaires dés
œuvrée et une autre qui fait l'expérience de l'émancipation en occupant l'espace public pour s'affirmer. On comprend ainsi que pour la cinéaste la société iranienne ne peut évoluer favorablement au profit du respect des droits élémentaires de chaque individu qu'en renouant avec sa propre histoire, qui passe par le dialogue et la complicité intergénérationnelle et entre genres. Si le symbole est omniprésent, il apparaît avant tout pour enrichir les lectures multiples d'un récit que l'on pourrait au premier degré prendre en considération comme une simple histoire d'amour. Ainsi, le film, entièrement tourné en Grèce en raison de la censure en Iran, s'universalise tout autant qu'il se localise. Il constitue également un parfait complément au témoignage revendicatif lancé dans le documentaire No Land's Song d'Ayat Najafi (sorti dans les salles en France depuis mars 2016) dont l'initiative commence précisément lorsque le « Mouvement vert » semblait tomber dans l'oubli.

 

dvd-red-rose

 

Red Rose
de Sepideh Farsi

Avec : Mina Kavani (Sara), Vasilis Kuhkalani (Ali), Javad Djavahery (Mr. Amini), Darya Djavahery-Farsi (un ami de Sara), Babak Farahani (l’agent immobilier), Stella Maggana (Marjan), Hassan Malekian-Ardestani (un étudiant), Shirin Manian (Mrs. Amini), Shabnam Toloui (Simin), Rezvan Zandieh (Mehri), Petros Syropoulous

Iran, France, Grèce – 2015.
Durée : 104 min
Sortie en salles (France) : 9 septembre 2015
Sortie France du DVD : 1er mars 2016
Format : 1,85 – Couleur
Langue : farsi - Sous-titres : anglais, français, grec.
Éditeur : Urban Distribution

Bonus :
Bande-son d’Ibrahim Maalouf
Red Rose… La genèse (3’)
Scène finale commentée par la réalisatrice Sepideh Farsi (6’)
Bande-annonce(2’)

lien vers le site de l’éditeur

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.